Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Woman › Created in the Image of Suffering

King Woman › Created in the Image of Suffering

cd | 7 titres | 37:40 min

  • 1 Utopia [03:10]
  • 2 Deny [03:54]
  • 3 Shame [03:39]
  • 4 Hierophant [07:59]
  • 5 Worn [04:37]
  • 6 Manna [06:16]
  • 7 Hem [08:05]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à l'Atomic Garden par Jack Shirley.

line up

Kristina Esfandiari (voix), Peter Arensdorf (basse), Colin Gallagher (guitare), Joey Raygoza (batterie)

remarques

Sorti en cd, vinyle, fichiers numériques.
Illustration par Pedro Felipe.

chronique

En regardant passer les sorties de 2017 j'ai perdu beaucoup de temps à me blaser le groin, à me dire qu'il ne fallait pas se forcer pour si peu de choses, et que l'emballage souvent me disait tout d'emblée, un "tout" qui voulait dire dans ma tête : "bêtise marketée". Genre King Woman. Allez, encore le filon du doom à chanteuse, sans fin, jusqu'à ce que le cochon soit bien engraissé pour l'abattage ! Quelques mois après la sortie de cet album, je l'écoute. Ben voilà : je suis vraiment devenu un vieux con. Il est bien ce groupe ! Ce n'est même pas si "doom" que cela, il y a beaucoup de mélodies ici qui me rappellent des groupes moins typés dans le métal pas trop compliqué, ou carrément pas métal, j'ai lu souvent le terme "shoegaze" dans la promo de leur musique, même si ce n'est pas trop du côté des guitares que vous entendrez ça, mais plutôt dans cette accentuation trainante de la voix à deux de tension dont je m'abreuve depuis longtemps dans les versions "sad" du "core" ou du "gaze" - King Woman est donc un groupe dont la musique tient beaucoup à la personne en poste au chant. Et à l'instar de cette écoute du live au Roadburn par Subrosa, je continue de découvrir l'une des facettes de la musique triste, là où l'accent est bien plus mis sur les harmonies vocales et sur les cordes, sur la douceur de mal vivre, gardant ce point commun avec le doom qui est l'amour du texte, des plaintes très longues, avec beaucoup de mots. Encore une jolie petite surprise, qui veut dire que, allez, en 2018, on va peut-être arrêter de râler pour rien !

note       Publiée le lundi 22 janvier 2018

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Created in the Image of Suffering' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Created in the Image of Suffering"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Created in the Image of Suffering".

ajoutez une note sur : "Created in the Image of Suffering"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Created in the Image of Suffering".

ajoutez un commentaire sur : "Created in the Image of Suffering"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Created in the Image of Suffering".

Twilight › lundi 22 janvier 2018 - 18:42  message privé !
avatar

Acheté puis revendu...C'est pourtant pas si mal mais pas dans la durée en ce qui me concerne. Enthousiaste assez vite mais le soufflé est retombé; pas complètement cela dit...

Note donnée au disque :       
(N°6) › lundi 22 janvier 2018 - 17:34  message privé !  (N°6) est en ligne !
avatar

Ah mais oui je crois bien. Ah, toi...

saïmone › lundi 22 janvier 2018 - 17:24  message privé !
avatar

ça devait être moi, sans doute <3

Note donnée au disque :       
(N°6) › lundi 22 janvier 2018 - 17:21  message privé !  (N°6) est en ligne !
avatar

Je jure que c'est vrai, j'étais perdu dans mes pensées à me dire "Tiens au fait c'était quoi ce truc que j'avais liké sur Facebook l'autre jour au passage ?", je me connecte sur GoD et bim. C'était King Woman. Les algorithmes de l'intelligence artificielle des chroniqueurs.

born to gulo › lundi 22 janvier 2018 - 16:48  message privé !

Shoegaze moyen, plutôt juste indie. Mais avec, à la différence du premier disque, davantage de gros riffs saturniens bien chauds comme une couette. Musique pour faire sa dépression kiltran dans les forêts de l'Oregon, ou un truc du style. Artwork dégueulasse, en effet, et à côté de la plaque, on dirait que Relapse a voulu faire dans le rip-off d'Urfaust.

Note donnée au disque :