Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMThelonious S. Monk › Monk's music

Thelonious S. Monk › Monk's music

6 titres - 38:29 min

  • 1/ Abide with Me (0:55)
  • 2/ Well, You Needn't (11:27)
  • 3/ Ruby My Dear (5:28)
  • 4/ Off Minor (5:11)
  • 5/ Epistrophy (10:48)
  • 6/ Crepuscule with Nellie (4:40)

enregistrement

Reeves Sound Studios, New York City, USA, 26 juin 1957

line up

Art Blakey (batterie), John Coltrane (saxophone ténor), Coleman Hawkins (saxophone ténor), Thelonious S. Monk (piano), Wilbur Ware (contrebasse), Ray Copeland (trompette), Gigi Gryce (saxophone alto)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité. Cette version comporte deux prises alternatives : "Off Minor" (5:15) et "Crepuscule with Nellie" (4:44), portant la durée totale du disque à 48:28

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
hard bop

En 1957, Thelonious Monk est déjà bien installé. Ce pianiste de talent, ce visionnaire pour ainsi dire, incarne, aux côtés de Dizzy Gillespie et de Charlie Parker, l'essence même du bop ; ce jazz qui, à la fin des années '40, s'émancipait des formules passe partout des big bands, afin de donner du crédit à des artistes qui allaient s'en servir comme véhicule privilégié pour y faire passer leurs émotions, leurs sentiments mais aussi tout leur talent. Ce qui séduit d'emblée chez Monk, c'est sa modernité : de par son écriture subtilement abstraite, il insère des notes, des gammes boiteuses et dissonantes, qui confèrent à sa musique cette approche hors du commun qui en inspirera des centaines par la suite, d'Ornette Coleman à Charles Mingus, pour ne citer que les plus évidents. Après déjà plus de dix ans d'activités, et une bonne vingtaine d'albums derrière lui, Thelonious Monk réunit pour l'occasion un formidable septet qui enchante par le dialogue quasi intuitif qui s'instaure entre les musiciens. Si Blakey et Ware assurent une rythmique solide sur laquelle toute le groupe va pouvoir s'appuyer, on se délecte des duels entre Coleman Hawkins et John Coltrane, enfin réunis sur disque, comme si l'ancien était prêt à passer le relais à une relève qui mènera sa mission à bien. Avec Gigi Gryce en appui à l'alto, Ray Copeland et sa trompette secondent à la perfection les phrasés déstabilisants que Monk produit au piano. Les compositions, quant à elles, sont tout bonnement prodigieuses : "Abide with Me", joué seul par les cuivres, avec ses airs de marche funèbre, donne le ton. "Well, You Needn't" et "Ruby My Dear" sont, d'entrée de jeu, des classiques. Du pur Monk. Et puis, "Off Minor" et "Crepuscule with Nellie", avec leur approche abstraite, leurs accords et leurs notes surprenantes, et ce piano qui peint sa toile impressionniste, par petites touches, font de cet album un des meilleurs que le bonhomme ait enregistré. La grande classe.

note       Publiée le lundi 24 juin 2002

partagez 'Monk's music' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Monk's music"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Monk's music".

ajoutez une note sur : "Monk's music"

Note moyenne :        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Monk's music".

ajoutez un commentaire sur : "Monk's music"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Monk's music".

boumbastik › vendredi 7 juillet 2017 - 16:12  message privé !

Après 4-5 écoutes, plutôt d'accord avec le com précédent. Monk's Dream m'a fait autrement plus forte impression. Et puis cette batterie sous-sous-sous mixée, bon sang mais why ?

AlXX › jeudi 27 mars 2014 - 20:50  message privé !

Pas du tout accroché sur celui-ci. C'est linéaire et répétitif. Sauvé du 2 par Ruby, My Dear.

Note donnée au disque :       
cantusbestiae › jeudi 1 septembre 2011 - 10:11  message privé !

S'il ne devait rester qu'une chronique sur guts of darkness, ce serait celle-là. Un album tellement emblématique du sombre et de l'experimental.

Dioneo › mardi 30 août 2011 - 22:17  message privé !
avatar

Parce que ce sont lesdites idées qui lui dictaient le sens même du mot "juste" ; et non des limites posées avant qu'il vienne ?

Hipster<3 › mardi 30 août 2011 - 21:49  message privé !

Y'a de bonnes idées, mais pourquoi diable ne joue-t-il pas juste?

Note donnée au disque :