Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOzzy Osbourne › Blizzard of Ozz

Ozzy Osbourne › Blizzard of Ozz

cd • 9 titres

  • 1I don't know
  • 2Crazy train
  • 3Goodbye to romance
  • 4Dee
  • 5Suicide solution
  • 6Mr. Crowley
  • 7No bone movies
  • 8Revelation
  • 9Steal away

enregistrement

Enregistré entre le 22 mars et le 19 avril 1980 aux Ridge Farm Studios

line up

Don Airey (claviers), Bob Daisley (basse, chant), Lee Kerslake (batterie), Ozzy Osbourne (chant), Randy Rhoads (guitares)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
hard rock

Y-a-t-il une vie artistique après Black sabbath ? Voilà la question qu'on peut se poser en mettant pour la première fois ce "Blizzard of Ozz", premier album d'Ozzy Osbourne, premier chanteur du fabuleux groupe de heavy-metal anglais Black Sabbath (est-il encore besoin que le rappeler ?), sur la platine. Et bien on ne se posera pas cette question très longtemps... Pour l'occasion, le chanteur a fait appel à quelques musiciens de sessions, Lee Kerslake à la batterie, Bob Daisley à la basse, Don Airey aux claviers et surtout un tout jeune prodige de la 6 cordes, Randy Rhoads. Et ce dernier va avoir une influence extraordinaire sur la carrière d'Ozzy. Son jeu, à la fois aggressif et posé, mélange de Tony Iommi et d'Eddie Van Halen, fait merveille ! Musicalement, c'est le carton plein. Le style est bien plus diversifié que celui de Black Sabbath, et aussi plus "gentillet" (certains diront plus commercial...), tout en restant assez homogène avec, pour commencer 2 hits fabuleux que sont "I don't know" et "Crazy train" - déjà, le ton est donné -, puis vient une ballade magique, "Goodbye to romance". Après un court intermède à la guitare sèche par le maitre Randy, on passe au sulfureux "Suicide solution" au feeling excellent, puis 'ze materpiece', "Mr. Crowley" endiablé à souhait et bien maléfique (si j'ose m'exprimer ainsi !!!), s'ensuit alors un bon rock bien puissant, "No bone movies", enfin "Revelation", d'une beauté à faire pleurer avec un piano et des ambiances extraordinaires, pour terminer avec un facile mais efficace "Steal away" ! Vous l'aurez compris, il s'agit de l'album parfait, celui qu'on n'attendait pas, et pourtant... Un pur joyaux de hard rock, un véritable condensé de tout ce qui se fait dans le style. Comme le dit si bien ma mère : "Il y a de tout dans cet album, des morceaux entrainants avec de superbes guitares, du bon vieux rock n' roll, de bonnes ballades bien sympas, le tout aggrémenté d'une voix magique !". Quand je vous dis que cet album est parfait ! Et puis, si Ozzy est encore là aujourd'hui en 2002 à avoir toujours autant de succès, c'est aussi grâce à ce premier album solo... Donc, vous l'aurez compris, déjà, vous devez acheter ce CD, ensuite, et pour répondre à la question d'introduction de la chronique, bien sûr qu'il existe une vie après Black Sabbath. Et quelle est belle cette vie ! Ozzy est un Dieu !

note       Publiée le samedi 10 août 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Blizzard of Ozz".

notes

Note moyenne        32 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blizzard of Ozz".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blizzard of Ozz".

zugal21 › samedi 19 septembre 2020 - 14:44  message privé !

Merde alors, Kerslake.... Je me ferai un Uriah Heep ou celui-ci aujourd'hui

Note donnée au disque :       
Nicko › samedi 19 septembre 2020 - 14:41  message privé !
avatar

Alors que demain on fêtera les 40 ans de ce monument du rock, Lee Kerslake vient de nous quitter ! RIP

Note donnée au disque :       
zugal21 › mercredi 22 janvier 2020 - 17:30  message privé !

Il paraît qu'il a été diagnostiqué d'un truc du spectre de la maladie de Parkinson, lis-je dans la presse de ce jour .

Note donnée au disque :       
Rastignac › dimanche 17 juin 2018 - 10:42  message privé !
avatar

Merci Randy ! Y a un paquet de pépites guitaristiques là-dessus...

zugal21 › samedi 24 mars 2018 - 18:29  message privé !

Je remonte ma sévère note et j'en profite pour enfoncer une porte ouverte : Tudieu, que l'oeuvre solo du père Ozzy est plus joussive que celle de Ronnie James Dio ! ! !

Note donnée au disque :