Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRSteve Roach › Holding the Space: Fever Dreams II

Steve Roach › Holding the Space: Fever Dreams II

7 titres - 72:17 min

  • 1 The Wounded Healer 9:20
  • 2 Energy Well 7:17
  • 3. Opening the Space 6:18
  • 4 Heart's Core 8:53
  • 5 Fires Burning 9:03
  • 6 Metamorphic 9:59
  • 7 Holding the Space 21:23

line up

Steve Roach : Synthétiseur et guitares Byron Metcalf: Percussions Jennifer Grais: Voix Mark Seelig: Flûte sur The Wounded Healer

remarques

Pour plus d'info sur Steve Roach et son étonnant monde musical, visitez son site web à l'adresse suivante: http://www.steveroach.com/store/store.php

chronique

Un peu dans la même fièvre que Fever Dreams I, The Wounded Healer ouvre sur un tempo lent où les percussions semblent à bout de souffle. L’atmosphère y est toujours aussi sombre sur des strates de synthé flottant aux striures intrigantes qui voguent sur une mer d’effets sonores très ajustés. Fever Dreams II est un digne complément de son prédécesseur. Le côté tribal est plus spectral, grâce aux superbes et envoûtantes vocales de Jennifer Grais qui ajoute une profondeur désertique ancestrale.
Energy Well est un titre à évolution lente qui prend son accélération sur les rails d’un train virtuel. La magie opère sur de bonnes percussions qui cassent le tempo et d’un synthé flûté qui moule les réverbérations d’une cheminée qui crache sa fumerolle. La finale est discrète, juste assez pour introduire les lourds bourdonnements de Opening the Space. Un titre totalement hallucinant avec ses lourdes clameurs qui poussent comme le vent qui frappe et entre avec lourdeur dans des sinuosités caverneuses. La voix de Grais Jennifer, qui se moule aux souffles arides, est sculptée sur mesure pour une musique ambiante. Comme un fleuve aride, lafinale se jette dans les fougueuses transes de Heart’s Core qui remous comme une folle pulsation névrotique. Les lamentations de Grais se moulent sensuellement à d’obscures strates synthétisées qui noircissent une atmosphère d’un désert surréaliste.
Un peu comme Energy Well, Fires Burning évolue lentement sur de belles strates moulantes qui deviennent plus onctueuses à mesure de sa progression. La fusion synthé et souffles vocaux donnent une dimension spirituelle que l’on peut facilement imaginer sur le bord d’un feu de désert, avec une fumée hallucinogène. Il n’y a pas à dire, Roach maîtrise son rythme et son évolution, au travers les superbes percussions de Byron Metcalf. Suivant ce principe, Metamorphic est plus spasmodique sur des accords nerveux et fébriles et de bons effets sonores.
Holding the Space est une longue kermesse tribale où le rythme est lent, un peu à l’image de Moved Beyond, où le jeu des percussions est en contraste avec les nappes planantes d’un synthé aux multiples variatiuons.
Vous avez aimé Fever DreamsI, vous allez raffolez du II. L’ambiance lourde, sombre et désertique y est encore présente. Sauf que les voix de Jennifer Grais apportent une dimension unique qui vaut plus qu’un coup d’oreille. Du grand Roach

note       Publiée le samedi 8 mars 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Holding the Space: Fever Dreams II".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Holding the Space: Fever Dreams II".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Holding the Space: Fever Dreams II".