Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRSteve Roach › Destination Beyond

Steve Roach › Destination Beyond

cd • 1 titre • 71:41 min

  • 1Destination Beyond 71:41

line up

Steve Roach: Électroniques, percussions et FX

remarques

Pour en savoir plus sur Steve Roach et entendre des échantillons sonores, visitez son site web; http://www.steveroach.com

chronique

Le vent synthétisé de l’ouest musical balaie les dunes arides et survole, telles les ombres des aigles d’Amérique, les vestiges d’un monde où la poésie sonore est le point de rencontre entre les souffles d’une rêverie éthérée à des rythmes souples et moulants d’une transe spirituelle. Avec Destination Beyond, Steve Roach poursuit sa quête d’une musique transcendantale qui amalgame la pensée zen à des rythmes hypnotico-transes aux habits rusés qui cogitent dans un élixir de sérénité. Un habile mélange de la douce et obscure tranquillité de Dynamic Stillness à la houleuse, mais contrôlée, agitation d’Arc of Passion. Tout simplement divin!
Une onde sonore sombre et légèrement fuyante ouvre les premières mesures de Destination Beyond qui s’étend en un long titre épique de 72 minutes. Le synthé est de souffles cristallins qui ululent avec grâce au travers les stigmates d’un désert chimérique. Très tôt on perçoit ses sublimes strates enveloppantes et ondoyantes qui caractérisaient le splendide et introuvable Western Spaces paru sur Innovative Communication, en 1986. La sonorité s’y rapproche à s’y méprendre, et on se laisse emporter par ce doux afflux sonore qui couve des pulsations croissantes aux finis crotalés qui s’entremêlent avec une lourdeur pondérée à des strates aux sonorités angéliques.
Le monde de Steve Roach évolue avec ses convictions musicales. Ici, point de salut à l’atonisme musical. Destination Beyond fourmille d’une vie aux oscillations percutantes qui sont englouties par des strates moulantes et cristallines aux rondeurs morphiques. Mais l’intensité de ses couches sonores éthérées n’étouffent ni ne taisent les résonnances et les pulsations crotalées qui abondent dans cette faune acoustique aux diversités timbrées si complexes aux kermesses musicale du synthésiste Américain. Évidemment, tout n’est pas similaire, ni linéaire. Steve Roach apporte de subtiles variances où le rythme s’isole, amenant un mouvement de douce transe hypnotique, et tantôt disparait pour laisser toute la place aux superbes et onctueuses strates qui s’entortillent dans un cortex cérébral haut en formes phoniques. Par moments, cette tendresse poétique se fait violente et se fait justice avec une linéarité si oblongue que l’on se retrouve tout près de Morphée.
Bref, un autre coup de génie de Steve Roach qui années après années continue d’étonner sur les mêmes thématiques sonores, mais avec des approches aussi tumultueuses que la douceur peut se le permettre. Destination Beyond est un superbe voyage introspectif qui coule avec toute la poésie et la sagesse du maître de la musique pensée et conçue pour être entendue avec la quiétude de ses mouvements.

note       Publiée le samedi 28 novembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Destination Beyond".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Destination Beyond".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Destination Beyond".