Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRSteve Roach › Spiral Meditations

Steve Roach › Spiral Meditations

cd • 7 titres • 70:15 min

  • 1Consumed by Sunlight 7:53
  • 2Sand Painting 11:26
  • 3Spiral Meditation 8:38
  • 4Helix 3:44
  • 5Spiral Meditation Part Two 17:14
  • 6The Feeling Expands 9:45
  • 7Sustained in Soul Light 11:35

line up

Steve Roach (Synthés, claviers, percussions et FX)

remarques

On peut trouver plus d'informations sur cet album ici: http://www.steveroach.com/store/store.php?item=510

chronique

Styles
ambient
musique électronique
Styles personnels
tribal

Imaginez une spirale! Une spirale horizontale qui tournoie devant vos yeux. Des yeux fermés qui voient une spirale et ses cercles animés d'ondes sonores multidimensionnelles tournoyer comme les pales d'une hélice qui laissent ses ombrages floues dessinées d'hypnotiques et incessants cercles sonores dont la vitesse miroite des reflets hachurés comme un gros kaléidoscope sonique. Maintenant, imaginez un sorcier. Un sorcier des sons qui utilise moult figures géométriques psychédéliques qui tournoient sans fin afin de prendre possession de votre aura. Vous avez donc Steve Roach. Vous avez aussi toute la toile de “Spiral Meditations”.
Nous avions un avant-goût de ce dernier album de Steve Roach sur l'impressionnante collection Possibilities Of Circumstance du label américain Projekt avec "Consumed by Sunlight" et son rythme ambiant qui cogite dans les délicats soupirs d'une ligne de basse et des tintements carillonnés. Peu à peu ce rythme s'anime avec de fines percussions dont les légers tambourinements, genre manuels, grondent avec gêne dans des chants éthérés. Finement, "Consumed by Sunlight" transite vers une structure de rythme plus tourbillonnante. C'est le passage au cœur des rythmes circulaires aux fortes fragrances de transe hypnotique de “Spiral Meditations”. Dans une enveloppe sonique organique où gargouillis et étranges caquètements ornent une peinture ambiante dessinée par de fines lames de synthé, le rythme de "Sand Painting" virevolte avec des boucles soniques trappées dans un fin maillage de percussions et séquences. On devine ces fins attachements de Steve Roach pour les rythmes tribaux avec cette trame de rythme qui se noie dans une perpétuelle flopée de cercles dont les ombres et doubles tournoient à la vitesse d'une transe hyperactive. On prête une oreille attentive et on entend ces structures de séquences tourbillonnantes qui meublaient les hypnotiques rythmes infernaux d'Empetus. Sauf qu'ici, la toile sonique est tellement dense et tellement envahissante que l'on est coincé dans un envoûtant état d'hypnose volontaire. C'est une danse dans une transe pensive qui est à la grandeur des visions méditatives de Steve Roach. La pièce-titre nous amène vers un niveau plus soyeux avec une multitude de vaguelettes qui ruissellent dans un impressionnant pattern répétitif. Malgré une structure de rythme qui en assiège la confortable douceur hypnotique avec des percussions indisciplinées, dont les frappes épouseraient un rock échevelé, des cliquetis organiques et une ligne de basse un peu funky, "Spiral Meditation" attire l'ouïe avec cette texture sonique miroitante qui chante comme un concert de rossignols cybernétiques sur les bases d'un rythme nerveux et saccadé. Enlevant et apaisant! Est-ce possible? La réponse se trouve dans cet envoûtant album aux transes très apaisantes qu'est “Spiral Meditations”. "Helix" s'envole en solitaire avec des figures géométriques qui virevoltent comme d'inlassables lacets soniques qui refusent de se nouer. Court et extrêmement musical, "Helix" fait le pont entre le rythme de transe cérébrale de "Spiral Meditation" et les apaisantes eaux de très beau et méditatif "Spiral Meditation Part Two" qui me rappelle intensément Structures from Silence. D'ailleurs ce qui frappe le plus sur “Spiral Meditations” est cette indélogeable perception d'entendre les berceaux de Steve Roach; de Now à Landmass en passant par Dynamic Stillness ou The Magnificient Void. "The Feeling Expands" reprend la route des délicats rythmes et structures hypnotiques un brin ébréchés de "Spiral Meditation" alors que "Sustained in Soul Light" nous ramène littéralement dans les paysages soniques de Dreamtime Return, le rythme un peu plus vibrant mais toujours aussi morphique.
Steve Roach a le don d'exploiter ses visions, ses émotions avec un doigté musical qui en fait un être unique dans cette grande sphère sonique qu'est la MÉ et ses dérivés. D'album en album il rafraichit ses idées qui font peaux neuves dans des enveloppes sonores dont les textures semblent sans fins et surtout toujours innovatrices. Certes nous aurons assez souvent l'impression d'entendre son magnifique univers défilé dans nos oreilles tout au long de la conquête de “Spiral Meditations”, sauf qu'il y a et aura toujours un élément de magie qui en ressort et qui fait que la musique de Steve Roach est comme un vieux copain que l'on est toujours heureux d'entendre.

note       Publiée le mardi 8 avril 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Spiral Meditations".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Spiral Meditations".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Spiral Meditations".