Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRSteve Roach › Groove Immersion

Steve Roach › Groove Immersion

cd • 4 titres • 73:59 min

  • 1Part One 14:54
  • 2Part Two 22:07
  • 3Part Three 12:28
  • 4Part Four 24:25

line up

Steve Roach (Synthétiseurs Oberheim Xpander, Emu Esynth, Korg Z1, Korg Wavestation, Roland Jx3p, Waldorf Q, Nord 2 et Yamaha An1x. Séquenceurs Doepfer et percussions, guitares électriques et FX)

remarques

Pour plus d'info sur Steve Roach et son étonnant monde musical et y entendre des échantillons musicaux, visitez son site web à l'adresse suivante: http://www.steveroach.com/

chronique

Groove Immersion est une expérience musicale aussi fascinante que déroutante. C’est un fouillis de rythmes captifs qui palpitent sous un ciel laminé de couches et ondes de synthé flottant dans un chaos post-apocalyptique. C’est un peu comme descendre un long fleuve mouvementé par des milliers de clapotis que l’on cesse de percevoir tant on est ensorcelé par les vents, souffles et ululements des synthés. Groove Immersion a pris racine dans les rythmes terrestres et claniques d’Immersion Five-Circadian Rhythms. En fait c’est une suite dans la série Immersion, sauf qu’au lieu de captiver l’auditeur dans des couches et des ondes de synthé morphiques et endormantes, Steve Roach tisse un impressionnant pattern rythmique où séquences, pulsations et percussions s’entrelacent d’un un intense mouvement immersif.
Des strates et des ondes de synthé obscurcissent un ciel tamisé par des souffles résonnants alors que le rythme finement tambouriné de "Part One" amorce sa longue odyssée pulsatile. Méticuleux, Steve Roach jette les bases d’un étonnante faune rythmique où les percussions Mandala résonnent et vibrent grâce à un ingénieux système de micros placés à l’intérieur des peaux. Bien qu’agité, le rythme reste paisible comme un long mouvement linéaire aux multiples soubresauts pondérés. Égal à lui-même, le synthésiste Californien brode tout un univers parallélisme à ses percussions en y ajoutant des tonalités d’une faune insectivore, comme ces gigantesques iules aux castagnettes caoutchouteuses qui rôdent tout au long de cette immersion rythmique. Des couches de synthé aux tonalités de brumes éthérées flottent avec une lenteur soporifique sur ce mouvement empli de tonalités électroniques connexes, tissant une enveloppe morphique aussi disparate qu’intrigante. Des bribes d’harmonies percent cette enveloppe, échappant des accords égarés qui errent tout au long du mouvement et entrant dans nos oreilles tels de soyeux vers musicaux qui serpentent entre les couches oniriques et les strates plus menaçantes. Et ses couches de synthé s’amoncellent en un crescendo qui épouse le rythme stationnaire de "Part One" pour glisser dans les rythmes plus suaves de "Part Two" qui, malgré une baisse de régime dans le tempo, respecte les prémices rythmiques et harmoniques de "Part One". Et ainsi se déroule Groove Immersion. Plus on avance et plus on s’enfonce dans une sombre lourdeur où le rythme latent est immergé de couches et de stries qui moulent des ambiances surréelles et sinistres. "Part Three" est sombre et cerné d’ululements fantomatiques, dissimulant une rythmique aussi active que dans "Part One". Et si on prête une attention à toute cette faune sonore on perçoit cette fine bribe de mélodie qui tente toujours de percer ce lourd voile de rythme et d’obscurité. Un peu comme des rayons de soleils perdus dans les profondeurs des cavernes Roachienne. Ce segment est le plus intense de Groove Immersion qui se termine dans l’indécision avec "Part Four" et son rythme divisé qui croule sous l’énorme poids des sombres strates métallisées et iridescentes.
Alors que l’on croyait la série Immersion éteinte, Steve Roach lui donne un second souffle avec un album aussi envoûtant qu’Immersion Five-Circadian Rhythms. Groove Immersion est un album de contention des rythmes et de rétention des émotions qui peut charmer autant que décontenancer. Les ambiances sont riches et créatives, uniques aux signatures biscornues du synthésiste des déserts aux milles formes cérébrales. Il y a beaucoup d’intensité dans cette œuvre où tout semble démesuré tant Steve Roach s’amuse à amplifier toutes ses expériences sonores. Et l’expérience est encore plus saisissante avec des écouteurs. C’est du Roach! Et on ne peut nier l’envoûtement qui se dégage de ce long fleuve bouillonnant de rythmes implosifs. Des rythmes dont on perd les sens, tant le cial est tamisé de sonorités cuivrées.

note       Publiée le mercredi 18 avril 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Groove Immersion".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Groove Immersion".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Groove Immersion".