Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRSteve Roach › Arc Of Passion

Steve Roach › Arc Of Passion

  • 2008 • Projekt PRO202 • 2 CD digipack

4 titres - 100:55 min

  • CD 1 (50:42)
  • 1 Moment of Grace 19:05
  • 2 Arc of Passion 31:36
  • CD 2 (50:13)
  • 1 Arc of Passion (suite) 28:44
  • 2 Views Beyond 21:29

enregistrement

Enregistré lors d'un concert privé au Timeroom Studios le 07/07/2007

line up

Steve Roach: Synthé analogue, effets électroniques et percussions

remarques

Pour plus d'info sur Steve Roach et son étonnant monde musical, visitez son site web à l'adresse suivante: http://www.steveroach.com/store/store.php

chronique

Enregistré, en direct, lors d’une séance intimiste aux Timeroon Studios, Arc of Passion reflète les émotions qui ont tenaillées Steve Roach lors de sa série de concert de 2007. Un double album très intimiste où le synthésiste Californien fait bouger les ficelles de notre imagination et de nos émotions.
Une onde spectrale croît sur lourd synthé aux strates mellotronnées. Doucement, Moment of Grace se déplace comme un nuage de soie se moule aux caprices d’un étrange vent mué par des poussées mélancoliques. On ferme les yeux et on imagine facilement la mutation de cette soie sur des arcs sonores doux et amples dont les lourds bourdonnements se figent dans des spirales scintillantes aux harmonies célestes. Du Steve Roach atonique très orchestral qui étend ses émotions sur une lenteur poétique jusqu’aux premières séquences nerveuses de la pièce titre.
Titre épique de plus d’une heure, Arc of Passion est un véritable tour de force d’un art minimalisme progressif. Se libérant graduellement des empreintes orchestrales et atonales de Moment of Grace, l’intro verse onctueusement vers des séquences scintillantes ceinturées d’une fine basse. La structure rythmique reste toujours arrimée aux ondes spectrales, sauf que les séquences s’agitent de plus en plus dans une atmosphère sonore exponentielle. Percussions analogues séquencées, accords minimalismes syncopés, séquences en éclosion sur d’autres en évolution et une ligne de basse de plus en plus mordante dans un univers syncrétique, Arc of Passion libère une faune sonore d’une richesse étonnante. Le rythme est en constante évolution et se cramponne à des strates moulantes aux bourdonnements menaçants. Ses couches atmosphériques vont et viennent dans une structure compacte qui s’agite autour d’une multitude de séquences environnantes qui tournoient sur des percussions séquencées et une basse qui mord chaque poussée de vent à portée d’oreilles. Un superbe titre qui démontre la capacité rythmique d’une MÉ bien structurée. Honnêtement, c’est l’un des bons titres de Roach et un titre que tout amateur d’analogue doit écouter. Tout simplement splendide. Évidemment qu’un tel rythme peut différemment se justifier, sans redondances, pour plus de 60 minutes. Donc, 10 minutes avant sa finale, Arc of Passion se calme tranquillement pour embrasser les souffres arides de Views Beyond. Autant Moment of Grace était doux et invitant, autant Views Beyond est son contraire. Un souffle métallique et hostile nous guide aux premières élucubrations bourdonnantes d’un territoire sombre où errances spectrales et chœurs fantomatiques épousent les courbes inquiétantes d’un synthé tétanisé par ses strates dissonantes. Mue par les souffles rauques d’un synthé aux longs cors tribaux, Views Beyond embrasse l’effroi d’une terre désertique et glaciale avec une étrange sérénité que seul Steve Roach peut interpréter.
Arc of Passion réunit tous les ingrédients qui caractérisent les œuvres de Steve Roach; de l’ambiant chaleureux et poétique moulé dans des sphères turbulentes aux secousses digne de Stormwarning, la référence en MÉ analogue séquencée. Du grand Roach qui n’en finit plus d’étonner.

note       Publiée le samedi 8 mars 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Arc Of Passion".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Arc Of Passion".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Arc Of Passion".

Charles Pasqua › mercredi 13 janvier 2010 - 18:40  message privé !

dans le style il y a aussi "Structures from silence" mais c'est vrai que ce "Arc of passion" est particulièrement bluffant venant de quelqu'un qui nous avait habitué aux longues pièces faites de nappes à réverbérations multiples ou d'entrelacs de percussions et de vents solaires ici la complexité et l'épaisseur des séquences qui tournent sur elle-même comme des vis sans fin est impressionnant en même temps que fascinant

Note donnée au disque :       
AlainTernet › vendredi 11 décembre 2009 - 15:19  message privé !

Je connais encore peu de choses de l'univers musical de Roach, mais pour ce que j'en sais, c'est le seul album (Stormwarming) où les séquences sont démentielles de la sorte. C'est cette singularité qui fait que j'apprécie particulièrement cet opus. J'aime quand un artiste ose faire quelque chose d'inattendu de sa part, à plus forte raison lorsqu'il le fait avec doigté.

Note donnée au disque :       
Phaedream › vendredi 11 décembre 2009 - 01:19  message privé !
avatar

Tu as raison, il faudrait bien parlé de ce monstre séquencé qu'est Stormwarning. L'album le plus défoncé de Roach...à moins que j'en aurais manqué un quelque part.

AlainTernet › mercredi 9 décembre 2009 - 23:58  message privé !

Ce que j'apprécie le plus dans ce que j'ai pu entendre de Steve Roach jusqu'ici, c'est l'originalité de sa démarche. Sa musique m'apparaît imminement personnelle, autant sur le plan formel que sur celui de la sonorité. Il est souvent assez facile de reconnaître un album de Roach. Ce n'est pas toujours le cas des nombreux clones de ce monde. A-t-on besoin de 1000 pseudo-TD, de 1000 pseudo-Klaus Schulze ou de 1000 pseudo-Pink Floyd ? Je vous le demande. À moins que leur rôle ne consiste en grande partie à nous révéler toute la grandeur des « versions originales ». Bien sûr, tout le monde n'a pas le talent nécessaire pour créer un nouveau courant musical.

Par contre, j'ai un peu de difficulté avec ses pièces plus ambiantes, celles où le rythme et la mélodie s'effaçent complètement. Arc of Passion concilient deux aspects importants à mes yeux (ou à mes oreilles). Juste ce qu'il faut de rythme pour que je perçoive le mouvement de la musique et que j'en sois captivé, d'une part, et cette recherche formelle qui me transporte dans un univers sonore et musical singulier, d'autre part.

Parlant de rythme, à quand une critique de Stormwarning ? Voilà un objet de la discographie de Steve Roach qui mérite bien que l'on s'y attarde un peu.

Note donnée au disque :       
Sharkan › samedi 20 juin 2009 - 19:43  message privé !

Non, la musique électronique n'est pas une musique superficielle, gadget.A ce propos, je me souviens du tout premier concert de TD auquel j'avais assistée et des commentaires parmi les spectateurs.C'était hallucinant : "musique gadget, "esbrouffe, "instruments décor"( sous entendu en carton pâte) et j'en passe.Et ce qui fait mal au ventre, c'est que tous ceux qui renient les oeuvres de Schulze, le Dream( première mouture) ou Roach, seront à pâmoison devant les oeuvres à deux balles de JM Jarre ou de tous autres débilités du même cru.Un peu comme si on pouvait préférer R.Clayderman à Frédéric Chopin.Mais ça, c'est la nature humaine.Et dieu sait si des fois, elle peut être conne.Pour en revenir à ce "Arc of Passion" il est vraiment très bon. Personnellement, j'ai un petit faible pour "Views Beyond", et son leitmotiv très "métallique" que je trouve sublime.Mais l'ensemble est vraiment excellent...

Note donnée au disque :