Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRSteve Roach › Proof Positive

Steve Roach › Proof Positive

5 titres - 73:54 min

  • 1 Westwind 21:46
  • 2 Living the Pulse 4:13
  • 3 Essential Occurrence 3:32
  • 4 Adreno Stream 11:25
  • 5 Proof Positive 32:56

line up

Steve Roach : Keyboards, Synthétiseurs & FX

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique analogue séquencée

Ouf! À l’heure où la MÉ se ‘’technolise ‘’. Où les séquenceurs numériques et les percussions électroniques sont les moteurs des rythmes, Steve Roach rentre au bercail de l’analogue et nous offre une œuvre époustouflante. Le genre d’opus qui nous rappelle la chaleur des glorieuses années de la complexité des mouvements analogues. Les premières lignes de Westwind ne laissent aucun doute. Une superbe séquence modulaire trace ses boucles qui virevoltent avec grâce et limpidité, autour d’effets sonores bigarrés aux essences analogues. Introspectives, ces superbes ondes sonores réverbèrent dans une sphère cosmique, donnant une texture onctueuse et chaleureuse à un rythme nerveux, qui agite ses accords avec fébrilité. À mi course, le titre relâche sa tension pour plonger dans un mouvement plus atmosphérique, teinté de boucles isolées sur de courtes séquences qui s’agitent dans une mer d’effets sonores caustiques. Le mellotron nourri une ambiance sonore sombre et luxuriante. Living The Pulse reprend la route du rythme avec un tempo aérer, soutenu par de légers tintements et une belle ligne basse qui progresse avec lourdeur à mesure que le titre avance. Le genre de titre que l’on n’attendait de Steve Roach. Il se fond sur Essential Occurrence, un court titre génial. Séquenceur lourd et intense, les notes valsent avec discordance dans une atmosphère fluide qui flotte sous un superbe synthé vaporeux. Étrange et fascinant, Roach joue avec les sons avec une facilité qui inouïe. Adreno Stream pourrait se titrer Westwind II, tant la structure séquentielle est similaire. En arrière scène, on a la vague impression d’entendre un orgue flottée. Inondant le titre d’un décor archaïque avec un souffle contemporain. Un peu plus et on croirait entendre Picture Music de Schulze. Tout simplement sublime, à mesure que Proof Positive progresse, Steve Roach ne cesse d’étonner. La pièce titre poursuit sur ce mouvement séquentiel avec un rythme plus fluide, plus limpide. De longues boucles circulaires sur un synthé bourdonnant et flottant. Épousant deux univers sonores parallèles qui offrent une perspective harmonieuse copieuse et profonde. Du grand art synthétique. Avec Proof Positive, Steve Roach démontre qu’il est autant à l’aise sur les rythmes que les ambiances flottantes. Un opus d’une incroyable profondeur qui étonne par la lourdeur de ses boucles hypnotiques. Un peu comme Jarre l’avait fait en 1976, avec Oxygene, Roach vient de replacer les aiguilles de la MÉ à l’heure des longues épopées analogues, avec toute l’intensité et l’émotion qui entouraient ces œuvres mystiques. Proof Positive, l’un des grands de la cuvée 2006.

note       Publiée le jeudi 5 octobre 2006

partagez 'Proof Positive' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Proof Positive"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Proof Positive".

ajoutez une note sur : "Proof Positive"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Proof Positive".

ajoutez un commentaire sur : "Proof Positive"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Proof Positive".

mangetout › jeudi 5 mars 2009 - 20:50  message privé !

Découvert récemment, cet album est une petite merveille et démontre une fois de plus et si démonstration il doit y avoir que Steve Roach est capable de peindre ses fresques avec une grande palette d'émotions et de couleurs. On entendrait presque à certains moments une version actualisée de ses premières œuvres ("Empetus", "Structure from silence", "Now", "Traveller") et on ne se trompe pas beaucoup en disant qu'à travers ce clin d'œil vers ses premières productions c'est surtout un pont jeté vers le superbe "Timewind" de Schulze, surtout quand on sait qu'il a été un déclic amenant Roach à passer de l'autre coté de la musique.

pyosisified › mercredi 2 juillet 2008 - 00:47  message privé !
En même temps macaroni il est pas à prendre au sérieux hein.
Solvant › mercredi 2 juillet 2008 - 00:26  message privé !
Perso, j'aime beaucoup sa poésie, au Phaé. J'ai toujours l'impression d'écouter en même temps le disque dont il parle, ce qui est bizarre au vu de mon niveau nul en ME.
Nokturnus › mardi 1 juillet 2008 - 22:19  message privé !
avatar
lôl
Sahara LaJuive › mardi 1 juillet 2008 - 21:19  message privé !
Oh oui non c'est vrai cette fois ca suffit! J'en ai vraiment assez! Flûte alors, y'en a trop marre bazar de bazar! Je trouve que c'est une honte! Diantre, je ne peux plus supporter une telle situation. Bordel de cul! Zut, j'ai dis cul, j'espère que perosnne ne l'a entendu...