Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDopethrone › Transcanadian Anger

Dopethrone › Transcanadian Anger

36:04 • 8 titres

  • 1Planet Meth3:44
  • 2Wrong Sabbath4:30
  • 3Killdozer4:39
  • 4Scuzzgasm5:20
  • 5Tweak Jabber3:44
  • 6Snort Dagger4:25
  • 7Kingbilly Kush3:14
  • 8Miserabilist6:28

informations

Enregistré et mixé par Jean-Baptiste Joubaud, mastering par Tom Waltz.

Artwork par Alexandre Goulet.

line up

Vince (guitare, voix), Vyk (basse), Shawn (batterie)

Musiciens additionnels : Julie (voix [8])

chronique

En l’an mille neuf cent six cent soixante-six, la Hammer produit Transcanadian Anger, un film dans lequel Christopher Lee incarne un vampire-cheminot qui parcourt le Canada aux commandes de sa locomotive démoniaque, semant la terreur dans les villes et l’horreur dans les campagnes où, après son passage, nul ne pousse à part chanvre et pavot. Sais-tu, en outre, que c’est ce film qui a inspiré Darkthrone, Black Sabbath, Electric Wizard et, bien entendu, Marvin Heemeyer. Soudeur un peu tendu, admirateur de Gaston Lagaffe canal nihiliste. Il est le héros de Killdozer qui, dans une autre dimension, serait un tube qui passerait à la télé du kebab. Pour rendre hommage à cette fresque culturelle et historique, Dopethrone sort un album qui dénote du reste de sa déjà copieuse discographie : plus efficace, plus accrocheur, mieux produit, immédiatement satisfaisant, moins porté sur le rituel à trois riffs tendance « follow the smoke (et la seringue) toward the riff filled land ». On s’ennuie donc un peu moins qu’avant mais il faut dire que je me drogue peu donc mes synapses ne sont pas toujours connectés sur ceux de ces sympathiques (?!?) true crusteux qui ne mettent jamais de tabac dans leur spliff et jamais de glaçon dans la bière. Pas trop de concession sur les thématiques, c’est toujours le bingo de la défonce et de la redescente mais ils ont quand même sorti un clip, pour dire combien ils se sont vendus au grand Capital de la production musicale moderne. Snort Dagger, agréable dégueulinade doom, est ainsi magnifiée par la production façon lyrics video où l’on voit un vieuxclochard.jpeg sniffer les paroles du morceau, sur fond de route enneigée canadienne. Puissante métaphore de la ligne blanche à ne pas…gaspiller. Des poètes à leur manière, ces Dopethrone, qui clôturent l'album en compagnie de la muse déglingos Julie Unfortunate : « Drag down, No way out, One last fix ». Ah tiens, d’un coup on n’a plus envie de rire.

note       Publiée le mercredi 3 avril 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Transcanadian Anger" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Transcanadian Anger".

    notes

    Note moyenne        4 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Transcanadian Anger".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Transcanadian Anger".

    Raven Envoyez un message privé àRaven
    avatar

    C'est celui-ci qu'il faudrait en reco sous le Darkthrone, plutôt dans ce sens-là.

    Note donnée au disque :       
    nicola Envoyez un message privé ànicola

    Transylvanian hunger en recommandation ?

    Raven Envoyez un message privé àRaven
    avatar

    Turbo injection viandox.

    Note donnée au disque :       
    born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

    Désaltérant comme du bon Weedeater ou presque.

    Note donnée au disque :