Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPHermeto Pascoal › Festa Dos Deuses

Hermeto Pascoal › Festa Dos Deuses

16 titres - 62:54 min

  • 1/ O galo do Airan (6:06) - 2/ Rainha da pedra azul (4:57) - 3/ Viajando pelo Brasil (5:05) - 4/ O farol que nos guia (4:24) - 5/ Pensamento positivo (1:11) - 6/ Peneirando agua (4:27) - 7/ Cancao no paiol em curitiba (4:05) - 8/ Aula de natacao (1:02) - 9/ Tres coisas (1:47) - 10/ Irmaos latinos (4:29) - 11/ Depois de baile (4:47) - 12/ Quando as aves se encontram nasce o som (1:41) - 13/ Round midnight (4:45) - 14/ Fazenda nova (4:16) - 15/ Festa dos deuses (4:22) - 16/ Ginga carioc (5:30)

enregistrement

Gravadono Nosso Estúdio, Brésil, 1992

line up

Hermeto Pascoal (piano, clavier électrique, machine à coudre, surdù, flûte de bambou, accordéon), Itiberê Zwarg (contrebasse), Jovino Santos Neto (piano, clavier, flûte), Carlos Malta (saxophones, flûtes), Márcio Bahia (batterie, percussions), Fábio Pascoal (percussions), Pernambuco (percussions), Luciana Souza (chant)

remarques

http://www.hermetopascoal.com.br/

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
fusion

Retour à la normale, si je puis dire... Il faut bien avouer que l'excentricité du sorcier brésilien nous avait manqué. Ironiquement, on dira que son seul défaut, finalement, c'est de ne pas être né américain ou anglais. Car on ne pourra pas lui reprocher de ne pas être assez blanc de peau... Il est peut-être temps de l'écrire noir sur blanc : Hermeto Pascoal est sans conteste possible le dernier génie musical encore en vie sur cette bonne vieille planète. Et le meilleur moyen de le constater et de vous en convaincre, c'est de célébrer avec lui ce festin des dieux qu'il nous propose à l'aube des années quatre-vingt dix. "O Galo do Airan" nous propose d'entrée de jeu un thème qui démarre sur les chapeaux de roues où chant féminin et saxophone soprano dialoguent avec une virtuosité à vous couper le souffle. Le tout sur une rythmique endiablée, ponctuée par les désormais obligatoires chants de coq. Comme autrefois sur "Lagoa da Canoa, Municipio de Arapiraca", Hermeto Pascoal s'amuse encore avec les voix samplées qu'il double d'une instrumentation qui en suit les propos à la note près ("Pensamento Positivo", "Aula de Natacao"), recherchant et mettant en lumière la musicalité là où elle se trouve. "Quando As Aves Se Encontram Nasce o Som" applique le même principe, mais avec le chant des oiseaux de la forêt tropicale. Avec Pascoal, tout est musique. Et plus qu'une célébration des dieux, c'est en vérité une célébration de la musique dans ce qu'elle a de plus transcendante à laquelle nous sommes conviés. Son nouveau Grupo a subi un petit dégraissage depuis "So Nao Toca Quem Nao Quer", mais on y retrouve les piliers Itiberê Zwarg, Carlos Malta et Jovino Santos Neto qui, à l'instar d'un John Gilmore ou d'un Marshall Allen chez Sun Ra, sont finalement les seuls aptes à représenter fidèlement l'univers de leur mentor. Des moments de pures beauté et d'introspection ("O Farol Que Nos Guia","Cancao No Paiol Em Curitiba") croisent des instants d'éclats aussi revigorants qu'irrésistibles ("Rainha da Pedra Azul", "Viajando Pelo Brasil", "Peneirando Agua", "Depois de Baile" et l'enivrant "Fazenda Nova"). Du grand Pascoal à n'en point douter. "Festa Dos Deuses" est un retour gagnant sur toute la ligne qui comblera d'aise ceux qui regrettent les passages les plus inspirés de Weather Report et de feu Frank Zappa.

note       Publiée le dimanche 30 novembre 2008

partagez 'Festa Dos Deuses' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Festa Dos Deuses"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Festa Dos Deuses".

ajoutez une note sur : "Festa Dos Deuses"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Festa Dos Deuses".

ajoutez un commentaire sur : "Festa Dos Deuses"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Festa Dos Deuses".

Coltranophile › mercredi 29 septembre 2010 - 12:52  message privé !

Et encore un disque qui surgit sans prévenir d'un coin où on avait pas pensé à regarder. Bien dix-douze ans que je ne l'ai pas écouté mais j'ai souvenir qu'à l'époque je me disais que je n'avais jamais entendu rien de tel.

Note donnée au disque :