Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOMike Oldfield › Five Miles Out

Mike Oldfield › Five Miles Out

  • 1982 • Virgin CDV2222 • 1 CD

cd • 5 titres • 50:03 min

  • 1Taurus II24:49
  • 2Family Man3:45
  • 3Orabidoo13:03
  • 4Mount Teidi4:10
  • 5Five Miles Out4:17

enregistrement

Enregistré au Buckinghamshire entre 1981 et 1982

line up

Tim Cross (claviers), Rick Fenn (guitares), Mike Frye (percussions), Paddy Maloney (cornemuse sur Taurus II), Mike Oldfield (guitares, basse, claviers et voix), Carl Palmer (batterie sur Mount Tiedi), Morris Pert (claviers et percussions), Maggie Reilly (voix), Graham Broad (batterie sur Five Miles Out)

remarques

chronique

Suivant deux albums où les inspirations folkloriques de Mike Oldfield naviguaient avec les préceptes minimalismes de Glass, Five Miles Out voit un le créateur de Tubular Bells entreprendre un virage musical où il tente d’incorporer des titres à saveurs pop à ses longs délires instrumentaux grugés par les remords de sa renommée. C’est aussi l’album d’un renouveau pour Oldfiel, car il est écrit avec la collaboration (Family Man et Orabidoo) des membres du groupe qui l’accompagnera lors de cette même tournée, exception faite de Carl Palmer. On peu d’aise affirmer que Si Five Miles Out Oldfield embrasse les sentes d’une musique nettement plus axée vers le rock, et ce même s’ il conserve encore cette approche celtique qui se noie de plus en plus sous les lourds riffs qui ponctuent le gros de la structure musicale du 7ième album studio d’Oldfield. Le dernier en son genre (jusqu’à Voyager), puisque que l’après Five Miles Out sera constituer d’albums assez moyen et qui signifie la fin des recherches musicales novatrices, exception faite d’Amarok, de l’Irlandais au milles tourmentes.
En ce qui me concerne Taurus II est un embryon d’Amarok. Dès les premiers de baguettes, il débauche l’Oldfield nouveau cru pour nous entraîner dans les aléas d’un titre extrêmement envoûtant, tant par sa belle approche harmonieuse, ses échappées atmosphériques que son ultime dureté qui voyage parmi les lourds riffs qui y siègent. Des riffs qui nous entraînent vers un dualisme musical où les douces tranquillités sont mordues par de lourds accords incisifs, où l’approche celtique est broyée par la noirceur des accords d’une guitare à la fois dure et mélodieuse et où les percussions enveloppent Taurus II d’une aura où le pop est grugé par le progressif. Du Oldfield bipolaire à son mieux qui nous fait craquer avec son approche d’une tendresse à polir une roche et d’une dureté schizophrénique à la faire exploser. L’un des bons titres du répertoire d’Oldfield. Du Oldfield tourmenté? Je dirais pas! Je dirais plutôt un Oldfield déchaîné qui démontre qu’il est autant capable d’approches tribales de son coin de pays, à du pop, en passant par ses moutures tourmentées. Family Man? J’aime bien la voix de Maggie Reily, mais je déteste l’approche au tantinet enfantin. En contrepartie, j’apprécie toute la conjoncture sonore qui enveloppe le titre, amenant son lot de complexité musicale tout au long d’un titre qui aurait été d’une banalité à faire dormir une corneille. Mais Oldfield reste toujours (hélas pour encore un court laps de temps) imprévisible et une bête de studio….dualité je vous dits! Crétak qu’Orabidoo est à fendre l’âme avec son intro qui chatouille l’ouïe comme une berceuse juste avant le dodo. Et juste avant de s’endormir un vocodeur, bien ajusté je dois admettre, nous parle et on a l’impression d’entendre une voix au travers la brume du sommeil. Un vocodeur qui nous sort tranquillement d’un sommeil artificiel pour nous plonger dans un tourment infernal qui plonge dans la tourmente de Taurus II. Un de mes meilleurs titres d’Oldfield. L’approche de Mount Tiedi se compare à un boléro progressif où synthé mellotronné et symphonique, ainsi que la suave guitare d’Oldfield converge lentement vers une finale explosive avec les fortes, étonnantes et percutantes frappes de Carl Palmer sur des peaux philarmoniques. Grandiose! La pièce titre? Pas vraiment ma tasse de thé. Un mélange de la 2ième partie de Tubular Bells avec une approche commerciale qui fatigue à la longue. Mais la dualité entre la délicate approche harmonieuse et les frasques sonores exutoires sont omniprésentes, faisant que l’on peut autant apprécier que détester ce titre imprévisible, selon le gré de nos humeurs.
Five Miles Out est un autre superbe album. Sans la pièce titre, ça serait un chef d’œuvre. Le dernier des derniers de cette glorieuse période de Mike Oldfield où la folie musicale explose à chaque recoin. Où rien n’est calculé et tout reste à définir. Un grand, mais grand album….pour son époque. Un gentil Amarok, tout petit, tout petit….mais on entend l’embryon susurrer.

note       Publiée le mardi 29 décembre 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Five Miles Out".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Five Miles Out".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Five Miles Out".

Aladdin_Sane › dimanche 2 août 2020 - 13:21  message privé !

Toujours aussi bon celui-là. Bon Family Man, on peut s'en passer mais j'aime beaucoup le morceau titre par contre, que je considère comme l'un de ses meilleurs morceaux "pop".

Note donnée au disque :       
Rikkit › jeudi 21 mai 2020 - 21:36  message privé !

Enorme respect pour ce mec, mais force est de constater que toute ou, grande majorité de sa musique a hyper mal vieillit, et c'est dommage. (celui-ci reste mon favoris avec Ommadawn)

Note donnée au disque :       
Dead26 › jeudi 21 mai 2020 - 16:38  message privé !

Je viens de me rendre compte qu'un extrait de Taurus II (vers les 17 min) avait été utilisé pour un documentaire tv sur le parc de la Vanoise que j'avais vu étant gamin. (Oui je sais on s'en fout...) Sinon ce premier titre c'est tout une palette d'émotion à la sauce Oldfield.

Le reste ça s'écoute bien quoique bien inégal dans l'ensemble mais bon album. Très drôle le morceau Family Man.

Note donnée au disque :       
Phaedream › dimanche 15 mars 2015 - 18:38  message privé !
avatar

Taurus I, Orabidoo! Ça peut rouler en boucles et ça va me séduire tout autant....

Note donnée au disque :       
zugal21 › samedi 14 mars 2015 - 17:25  message privé !

Assez imbitable quand-même, "Family Man"

Note donnée au disque :