Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMLee Morgan › Search for the new land

Lee Morgan › Search for the new land

5 titres - 42:14 min

  • 1/ Search for the New Land (15:44)
  • 2/ The Joker (5:03)
  • 3/ Mr. Kenyatta (8:43)
  • 4/ Melancholee (6:13)
  • 5/ Morgan the Pirate (6:30)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 15 février 1964

line up

Grant Green (guitare électrique), Herbie Hancock (piano), Billy Higgins (batterie), Lee Morgan (trompette), Wayne Shorter (saxophone ténor), Reggie Workman (Reginald Workman) (contrebasse)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
jazz modal

Lee Morgan, c'est un peu la star du label Blue Note. Avec "The Sidewinder", rejoint bientôt par "The Rumproller", il est celui qui casse à chaque fois la baraque en terme de ventes. Un nouveau Lee Morgan, c'est presqu'à chaque fois le jackpot assuré (toutes proportions gardées) pour Alfred Lion et ses compères. Volontiers véhicule d'un hard bop soyeux et polissé qu'il a eu le temps de perfectionner au sein des seconds Jazz Messengers d'Art Blakey, Lee Morgan est un trompettiste valeureux dont l'esthétique générale s'embarasse que rarement de questions superfétatoires. Son style direct, encore illustré ici avec "The Joker", na va pourtant souffrir aucun virage dans sa carrière, bien qu'il se laissera tenter en bout de course par l'aventure électrique, comme beaucoup - mais que du bout des orteils - et ce avant une fin aussi abrupte qu'inattendue. C'est pourtant sur "Search for the New Land" qu'il se risquera aux déviances les plus délectables, faisant du jazz modal le terreau à partir duquel il va bâtir ce fabuleux morceau de près de seize minutes qui donne son titre à l'album. Un périple majestueux sur les ailes d'une créature fantasmagorique. Avec à ses côtés Herbie Hancock et Wayne Shorter, les deux représentants les plus compétents du genre, aucun doute à ce que cette fois Lee Morgan parvienne à sortir des sentiers battus. On y découvre aussi un Grant Green pour une fois aussi discret qu'efficace et qui préfigure les recherches texturales de George Benson sur "Miles in the Sky". L'apaisant "Melancholee" et le virevoltant "Morgan the Pirate" confirment une approche plus évanescente, plus floue qui, paradoxalement, apportent à sa musique, souvent bien lourdingue, une réelle consistance. Lyrique à souhait, "Search for the New Land" est un des innombrables trésors de l'écurie Blue Note.

note       Publiée le vendredi 25 juillet 2003

partagez 'Search for the new land' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Search for the new land"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Search for the new land".

ajoutez une note sur : "Search for the new land"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Search for the new land".

ajoutez un commentaire sur : "Search for the new land"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Search for the new land".

Klarinetthor › vendredi 5 décembre 2014 - 20:52  message privé !

Ca reste toujours le seul que j'ai ecouté de lui, ca ne saurait durer; et si etant en courte pause entre deux Sun Ra ca peut paraitre sage en comparaison, c'est tout de meme magifique.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › dimanche 18 novembre 2007 - 12:00  message privé !
Que de sévérité pour Lee Morgan! En tous les cas, ceux qui aiment ce disque ferait bien d'écouter au moins deux autres de ses disques, voire trois: "Infinity", "Live At The Lightouse" et surtout "The Procrastinator" qui est sensiblement meilleur que celui-ci. J'ai un très mauvais souvenir de son électrique "Last Session". Mais il serait dommage de cantonner Morgan au simple role de trompettiste "gentiment "hard-bop, certains de ses disques dans le genre ("The Cooker", '"City Lights", "Candy)" n'ont rien de polissé.
Note donnée au disque :       
Macbeth › jeudi 22 mars 2007 - 10:09  message privé !
Au contraire de ses essais hard bop funky, très efficaces mais un peu faciles, "Search" lui permet d'explorer des pistes plus subtiles, modales en effet, avec ce supplément de spiritualité qui rappelle Coltrane (faut dire qu'être épaulé par Wayne Shorter et une pareille section rythmique, ça aide). Bref, voici un beau disque lunaire, envoûtant et une vraie surprise (merci proggy) venant d'un artiste souvent abonné à des choses plus conventionnelles, selon moi.
Note donnée au disque :       
stickgrozeil › mardi 22 novembre 2005 - 17:19  message privé !
Découvert tout récemment, ce disque est un des chefs-d'oeuvre de ma discothèque jazz. A vrai dire, j'ai acheté ce disque pour y retrouver la version originelle de Melancholee, dont le guitariste Steve Khan a fait une superbe reprise sur un de ses albums solo. Or, il apparait que la totalité de ce disque est d'une énorme qualité : le premier titre est d'ailleurs assez incroyable, avec des ambiances vraiment originales et une structure assez peu commune. Vraiment un bien bon disque.
Note donnée au disque :