Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWTony Williams › Spring

Tony Williams › Spring

5 titres - 38:56 min

  • 1/ Extras (8:07)
  • 2/ Echo (5:00)
  • 3/ From Before (6:50)
  • 4/ Love Song (8:22)
  • 5/ Tee (10:25)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 12 août 1965

line up

Herbie Hancock (piano), Gary Peacock (contrebasse), Sam Rivers (saxophone ténor), Wayne Shorter (saxophones ténor), Tony Williams (batterie)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
free jazz

Enregistré presqu'un an jour pour jour après son premier essai en solo, Tony Williams remet les couverts pour un encore plus claustrophobique "Spring". "Life Time" était le résultat d'un collage entre deux sessions distinctes où gravité et légerté s'opposaient parfois dans les écoles de style respectives propres aux musiciens impliqués. S'il reconduit une partie de l'équipe, cette fois, il ne fera pas cette erreur. A cinq, il va confronter aux fidèles Hancock et Shorter, le crucial et injustement méconnu Sam Rivers, dont le penchant pour les formes plus libres (perceptible entre autres sur le très Colemanien "Tee") est en grande partie responsable des errances free de Williams (et d'une grande partie du catalogue Blue Note avec Jackie McLean), associé à l'excellent contrebassiste Gary Peacock. Dès "Extras", l'ambiance est moite sans être véritablement cafardeuse. Ça pue le souffre, et de toute évidence, personne n'a vraiment envie d'y mettre le feu. Les cordes sont tendues, les mains, crispées. "From Before" possède ce côté obsédant qui, en d'autres temps, aurait fait merveille entre les doigts agiles de Bobby Hutcherson. Ce sont ceux de Hancock en l'occurence qui vont tâcher de déployer ce fil d'Ariane autour duquel se disputent les élans profonds mais tout en retenue de nos deux saxophonistes. Avec son swing inébranlable, Tony Williams est le phare, le métronome versatile de service qui va guider tout le groupe à travers le titre le plus lyrique du lot, "Love Song". Il aura d'ailleurs un peu plus tôt étalé tout son savoir-faire sur l'exercice en solo, "Echo". D'une grande modernité, "Spring" et son frère aîné, "Life Time", demeurent à ce jour les exercices les plus périlleux et les plus brillants du regretté batteur, avant sa brillante tentative électrique.

note       Publiée le vendredi 25 juillet 2003

partagez 'Spring' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Spring"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Spring".

ajoutez une note sur : "Spring"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Spring".

ajoutez un commentaire sur : "Spring"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Spring".

Coltranophile › jeudi 2 août 2007 - 12:43  message privé !
La présence de Shorter change un peu la donne par rapport au disque précédent (le très lyrique "Love Song" aurait pu aussi bien être composé par le saxophoniste que ça n'aurait étonné personne). En un sens, il est un peu moins hérmetique que son prédecesseur et revient à une conception un peu plus classique formellement (c'est relatif). Disque immense, fait d'écoute mutuelle, d'intense tendresse et de rigueur inspirée. Indispensable encore une fois.
Note donnée au disque :       
darkoverwestphalia › lundi 9 janvier 2006 - 21:46  message privé !
merde, encore un ...