Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSWayne Shorter › Odyssey of Iska

Wayne Shorter › Odyssey of Iska

5 titres - 40:09 min

  • 1/ Wind (8:00)
  • 2/ Storm (8:15)
  • 3/ Calm (3:21)
  • 4/ De Pois Do Amour O Vazio (11:34)
  • 5/ Joy (8:59)

enregistrement

A&R Recording Studio, New York City, USA, 26 août 1970

line up

Billy Hart (batterie), Cecil Mcbee (contrebasse), Alphonse Mouzon (batterie), Wayne Shorter (saxophones soprano et ténor), Dave Friedman (vibraphone, marimba), Gene Bertoncini (guitare), Frank Cuomo (batterie, percussions)

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
fusion > kozmigroov'

Sans se parjurer, ni trahir son amour pour les grands sur lesquels il gardera toujours un oeil avisé, Wayne Shorter est lentement mais sûrement passé du stade du romantique le plus pur à celui d'impressioniste pointilliste qui bientôt fera les beaux jours du bulletin météo. Si son talent de compositeur inné a suscité la convoitise pendant une décennie, ne profitant qu'à un seul, c'est moins par la construction de ses thèmes que par les couleurs qu'il leur donne que Wayne Shorter va entamer sa longue et formidable traversée des années soixante-dix. "Odyssey of Iska", album dont les enregistrements sont contemporains du très fade "Moto Grosso Feio" pourtant paru ultérieurement, nous le laisse entrevoir très clairement. C'est injustement aussi un des rares albums que Blue Note n'a, à ce jour, pas estimé nécessaire de rééditer alors que, associé au tout aussi brillant album éponyme que Joe Zawinul publiera la même année pour Columbia, on tient là l'essence même de ce qui va constituer l'aventure électrique de Weather Report. Pourtant, point de piano électrique ici, absence compensée par le vibraphoniste Dave Friedman. Le line up fait certes moins mousser que son album jumeau avec ses invités quatres étoiles (Chick Corea, Dave Holland, John McLaughlin) ; il lui est toutefois nettement supérieur. Les forces alliées de Frank Cuomo, Billy Hart - futur Headhunter - et Alphonse Mouzon montrent très clairement que la richesse et la densité rythmique est la nouvelle voie à explorer, chemin que Miles s'est par ailleurs empressé de baliser peu avant sur "Bitches Brew". L'intérêt du compositeur pour les saveurs latines ne s'est jamais démentie - souvenez-vous de "Dindi" sur "Super Nova" - et si "De Pois Do Amour O Vazio" a un petit air de samba, c'est, à l'instar du premier Return to Forever, pour mieux en intégrer le charme obscur aux altérations du langage freeform de ce jazz de l'au-delà alors en pleine expansion. Pour la suite des aventures, prière de prendre la correspondance Weather Report au quai n°1.

note       Publiée le jeudi 10 novembre 2005

partagez 'Odyssey of Iska' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Odyssey of Iska"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Odyssey of Iska".

ajoutez une note sur : "Odyssey of Iska"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Odyssey of Iska".

ajoutez un commentaire sur : "Odyssey of Iska"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Odyssey of Iska".

sylvain24 › vendredi 27 octobre 2006 - 21:02  message privé !
Dieu quel mal j'ai eu au début avec cet album, avec ce morceau de bossa que je trouvais affreux au début, puis, petit à petit, on découvre un nouveau monde, étrange, et somme tout plus complexe à y entrer que dans un cd de Magma par exemple, cette musique est finhalement riche, neuve, étonnante, un monde nouveau, innatendu et qui fait vraipment voyager les sens, et même le titre de "bossa" qui parait chiant au premier abord, relève des merveilles comme ce solo de ténor constamment à la limite de la cassure. Vraiment emballant.
Note donnée au disque :