Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWeather Report › Tale spinnin'

Weather Report › Tale spinnin'

6 titres - 43:10 min

  • 1/ Man in the green shirt (6:28)
  • 2/ Lusitanos (7:24)
  • 3/ Between the thighs (9:31)
  • 4/ Badia (5:21)
  • 5/ Freezing fire (7:29)
  • 6/ Five short stories (6:57)

enregistrement

Los Angeles, USA, janvier - février 1975

line up

Leon "ngudu" Chancler (batterie), Alphonso Johnson (basse), Alyrio Lima (percussions), Wayne Shorter (saxophones soprano et ténor), Joe Zawinul (pianos acoustique et électrique)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais

chronique

Styles
jazz
musique improvisée
Styles personnels
jazz électrique > jazz fusion

Pour ce second album autour de leur nouveau bassiste (et déjà le dernier), Weather Report semble avoir relevé la tête et nous revient avec une galette en forme de dynamite, tant les morceaux présents ici sont articulés autour de rythmiques explosives, un peu à l'image de ces volcans en éruption et de leur lave présents sur la pochette. Le contraste apparaît pourtant puisqu'entre chacun de ses titres se superposent, comme la glace qui viendrait se mesurer au magma en fusion, des titres plus posés et introvertis ("Five Short Stories"). C'est ici que l'on mesure déjà le chemin parcouru par le groupe depuis ses débuts que peu de choses, en définitive, nous rappelle aujourd'hui.

note       Publiée le vendredi 8 février 2002

partagez 'Tale spinnin'' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Tale spinnin'"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Tale spinnin'".

ajoutez une note sur : "Tale spinnin'"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tale spinnin'".

ajoutez un commentaire sur : "Tale spinnin'"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tale spinnin'".

aur › vendredi 19 janvier 2007 - 18:09  message privé !
Ouaip, pour la maîtrise acquise par Zawinul sur ses claviers, la rythmique volcanique, l'hymne "Man in the green shirt", incroyablement beau et "Badia", qui nous emmène très loin, avec sa simplicité et ses fragrances ethniques. Pour la ferveur du soprano de Shorter, très à son avantage ici, un album essentiel !
Note donnée au disque :