Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSWayne Shorter › Introducing Wayne Shorter

Wayne Shorter › Introducing Wayne Shorter

  • 2002 - Vee Jay, BSCP-30052 (1 cd)

6 titres - 42:06 min

  • 1/ Blues a la Carte (5:41)
  • 2/ Harry's Last Stand (4:59)
  • 3/ Down in the Depths (10:18)
  • 4/ Pug Nose (6:55)
  • 5/ Black Diamond (7:44)
  • 6/ Mack the Knife (6:29)

enregistrement

New York City, USA, 9 et 10 novembre 1959

line up

Paul Chambers (contrebasse), Jimmy Cobb (batterie), Wynton Kelly (piano), Lee Morgan (trompette), Wayne Shorter (saxophones soprano et ténor)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité
Avec les prises alternatives de "Blues a la Carte" (5:44), "Harry's Last Stand" (4:47), "Down in the Depths" (9:41), "Pug Nose" (8:15) et "Black Diamond" (6:04), la réédition cd de cet album en porte la durée totale à 76:37

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
hard bop

Comme pour se faire pardonner, les tardives rééditions des tous premiers enregistrements de Wayne Shorter pour le label Vee-Jay se proposent de nous faire entendre quantité de prises alternatives. En ce qui concerne "Introducing Wayne Shorter", la durée du disque et le nombre de plages ont été quasiment doublés. Mais attardons nous plutôt sur le déroulement de l'album tel qu'il fût publié en son temps, à l'orée des glorieuses années soixante. Wayne Shorter est jeune mais fait déjà preuve, indubitablement, d'une très forte personnalité ; premier disque et premier tir groupé de titres originaux (mis à part la reprise de "Mack the Knife") et une belle suite de thèmes au swing fringant où son approche mélodique ne perd pas de temps pour s'imposer ("Blues à la Carte", "Harry's Last Stand"). Alternant soprano et ténor, il s'impose d'entrée de jeu comme un concurrent sérieux, alors que Coltrane vient de damer le pion à Sonny Rollins en personne avec son puissamment lyrique "Giant Steps". Le saxophoniste aux dents courtes mais aux idées longues est ici secondé par un combo solide où l'on retrouve le contrebassiste Paul Chambers, pilier du premier quintette de Miles, le pianiste Wynton Kelly et le batteur Jimmy Cobb, sidemen de Hank Mobley, autre saxophoniste élégant mais qui pêche par manque de caractère, et enfin le trompettiste Lee Morgan avec qui Shorter partage depuis peu la refonte moderne des Jazz Messengers de Art Blakey. Si le cadre dans lequel ils évoluent est sans conteste hard bop, Wayne Shorter, seulement âgé de vingt-six ans, se montre d'une voracité incroyable en assimilant les préceptes de ses maîtres à penser pour les réarticuler à sa sauce dans des systèmes métriques connus que de lui. Celui que Miles appelera le théoricien quand il le débauchera pour réactiver sa carrière alors au point mort se montre ici déjà fidèle à sa réputation, et les prises alternatives, une fois n'est pas coutume, permettent de mettre en lumière ce travail de recherche de tous les instants qu'il partage avec Coltrane.

note       Publiée le jeudi 10 novembre 2005

partagez 'Introducing Wayne Shorter' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Introducing Wayne Shorter"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Introducing Wayne Shorter".

ajoutez une note sur : "Introducing Wayne Shorter"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Introducing Wayne Shorter".

ajoutez un commentaire sur : "Introducing Wayne Shorter"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Introducing Wayne Shorter".

Coltranophile › vendredi 29 juin 2007 - 16:52  message privé !
Bon, c'est loin d'avoir la personnalité du Shorter sur Blue Note, il est même parfois en retrait par rapport à ses interventions pleines d'autorité avec les Messengers de Blakey, mais c'est une très solide session où tout le monde joue juste et les talents de composition sont déjà là même si encore en devenir. A redécouvrir.
Note donnée au disque :