Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSWayne Shorter › Super nova

Wayne Shorter › Super nova

6 titres - 37:53 min

  • 1/ Supernova (4:51)
  • 2/ Sweet Pea (4:36)
  • 3/ Dindi (9:36)
  • 4/ Water Babies (4:54)
  • 5/ Capricorn (7:47)
  • 6/ More Than Human (6:09)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 29 août et 2 septembre 1969

line up

Walter Booker (guitare classique), Chick Corea (batterie, vibraphone), Jack Dejohnette (batterie, percussions), John Mclaughlin (guitare électrique, guitare classique), Airto Moreira (percussions), Sonny Sharrock (guitare électrique), Wayne Shorter (saxophone soprano), Miroslav Vitous, Maria Booker (chant)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
fusion > kozmigroov'

Le soprano ! "Super Nova" s'ouvre sur des notes de soprano ! Voilà bien dix ans que les lèvres de Wayne Shorter n'avaient plus humidifié le bec de cet instrument, et il a fallu la révolution électrique de Miles pour que Wayne, en fidèle chevalier, reprenne les armes. Wayne était déjà là pour "In a Silent Way". Mais le ténor, toujours, rugissait. C'était encore lui, il y a moins d'une semaine de cela, prenant part à ce qui allait devenir "Bitches Brew". Et c'est à cet instant précis que s'est instauré le changement. Comme un déclic. Comme si on retournait le monde sur lui-même, révélant une deuxième peau sous la première couche graisseuse devenue imperméable aux émotions. Un endroit plus fragile, plus friable, plus frugal aussi. "Super Nova", premier tome d'une trilogie de disques qui signeront la fin de l'aventure Blue Note pour le compositeur, est une première étape importante vers l'univers cotonneux du jazz fusion. Du kozmigroov' plus exactement, forme hybride où le jazz ne va pas seulement se contenter de s'électrifier - ce n'est d'ailleurs pas le cas ici. Il va partir lui aussi dans des délires kaléidoscopiques jusqu'alors exclusivement répertoriés dans les contrées enfumées de la mouvance psychédélique. Des embruns d'ocre et de jade se mêlent à l'encens et la pluie des clochettes et autres percussions caractéristiques (conferatur l'adaptation rutilante du "Dindi" de Carlos Jobim) rendent toute vision floue. Derrière cette abstraction permanente, il y a toujours la griffe Shorter, mais l'animal semble plus intéressé aujourd'hui par les textures vaporeuses que peuvent lui apporter le genre, prolongement somme toute logique de ce que sous-entendait déjà à sa manière le jazz modal. Le groupe qui évolue à ses côtés n'a plus rien de commun avec ses enregistrements passés et se repose plus volontiers sur l'opulence des intervenants bien canalisés, à gauche comme à droite. Un manifeste de plus quant à l'émergence d'un jazz freeform qui, sans agressivité, vous porte vers un état de conscience autre.

note       Publiée le jeudi 10 novembre 2005

partagez 'Super nova' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Super nova"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Super nova".

ajoutez une note sur : "Super nova"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Super nova".

ajoutez un commentaire sur : "Super nova"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Super nova".

aur › vendredi 4 août 2006 - 16:49  message privé !
Enorme Sonny Sharrock, un album de pure magie ; entre embardées déchirantes et moments supendus, on voyage !!!
Note donnée au disque :