Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBAdrian Belew › Here

Adrian Belew › Here

cd | 13 titres

  • 1 May 1, 1990 (4:02)
  • 2 I See You [2:42]
  • 3 Survival in the Wild [4:09]
  • 4 Fly [4:45]
  • 5 Never Enough [3:43]
  • 6 Peace on Earth [2:55]
  • 7 Burned by the Fire We Make [3:10]
  • 8 Dreamlife [2:29]
  • 9 Here [4:28]
  • 10 Brave New World [3:44]
  • 11 Futurevision [4:15]
  • 12 Postcard from Holland [2:49]
  • 13 [hidden track] [1:46]

enregistrement

Adrian's Home, USA, 1993

line up

Adrian Belew (guitare, batterie, basse, violoncelle, piano, sitar, koto, chant)

chronique

Styles
pop

La dernière fois qu'Adrian Belew fut livré à lui-même pour enregistrer la mise en musique d'un de ses disques, cela nous donna "Desire Caught by the Tail", un cocktail détonnant de textures diverses, souvent décrié, mais qui secrètement en influença plus d'un. On va donc faire un petit saut dans le temps et passer sous silence les trois disques qui se sont intercalés entre le précité et ce "Here" dont je suis sur le point de vous parler. Car Adrian décide une nouvelle fois d'assumer seul la réalisation de son nouvel album, chose qu'il ne manque pas de nous montrer via le panorama offert à nos yeux lorsque l'on déplie la pochette intérieure, précédant de quelques mois à peine la reformation officielle d'un King Crimson en double trio. Ceux qui s'attendaient à un nouveau faire-part expérimental vont être déçus. En effet, c'est le Belew pop qui s'exprime ici, sa nostalgie le rendant encore plus Beatlesque que d'habitude, frétillant comme un chat au contact d'un néo psychédélisme de bon aloi. "Here" est de fait le plus Beatles de tous les disques des Beatles depuis "Abbey Road" ! Un festival presqu'ininterrompu de références, le chant du guitariste s'approchant de plus en plus de celui de Lennon sur des titres comme "I See You", "Never Enough" ou "Survival in the Wild", parfumé aux effluves indiennes de "Revolver". Alors, évidemment, ça énervera ou ça interpellera selon les cas. Quoi qu'il en soit, si le septième album d'Adrian Belew est ouvertement pop, il l'est avec une redoutable efficacité ; assez pour faire rougir de honte ceux qui aujourd'hui osent clamer sans gêne qu'ils vont bien plus loin que la plupart des groupes qui les ont inspiré. En réutilisant un des thèmes de "Tango Zebra", issu du contesté "Desire Caught by the Tail", et en le transformant en petite perle pop sous les traits de "Peace on Earth", Adrian Belew fait un sérieux pied de nez à tout ceux qui pensent qu'il n'a pas conscience de ce qu'il fait. Adrian Belew sait ce qu'il fait. Et il le fait bien. Qui viendrait s'en plaindre ?

note       Publiée le lundi 16 mai 2005

partagez 'Here' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Here"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Here".

ajoutez une note sur : "Here"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Here".

ajoutez un commentaire sur : "Here"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Here".