Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAkosh S. Unit › Nap Mint Nap

Akosh S. Unit › Nap Mint Nap

cd • 7 titres

  • 1Hall
  • 2
  • 3Lát
  • 4Van
  • 5Amìg
  • 6Tesz
  • 7Akar

line up

Quentin Rollet (alto saxophone), Akosh Szelevényi (tenor & soprano saxophones, metal clarinet, bombarde, voice), András Vìgh (urdy gurdy, voice), Christian Brazier (double bass), Gildas Etevenard (drums)

remarques

chronique

Vous avez certainement constaté qu'il m'arrive de faire des fixettes sur des instruments très précis. Bien que le sêtar soit le meilleur instrument de la terre, je me suis retrouvé a adorer le clavecin, l'orgue, la vieille à roue. C'est en partie pour cette dernière que je vous parle d'Akosh aujourd'hui – aussi parce qu'on ne peut pas être sérieux en parlant de free jazz « actuel » sans mentionner le type. J'avais bien envie de commencer par les débuts tonitruants du hongrois – ça viendra – mais je ne vais pas dévier de ma ligne de conduite, à savoir débuter un artiste « par la fin ». Même si, contradiction, il ne s'agit pas du dernier enregistrement d'Akosh, mais le dernier du Akosh S. Unit, son groupe né dans les années 90, célèbre pour la présence de Bertrand Cantat dans ses rangs, et qui essaye de se faire rencontrer tradition de l'Est, free jazz et rock. Et si l'Unit, au fil des années, s'est de plus en plus versé dans l’expérimentation « world » (au bon sens du terme), au détriment de son approche rock'n'roll et sauvage des premiers enregistrements, ce « Nap Mint Nap » est une exception dans la discographie du groupe. Déjà, il ne fait partie d'aucun diptyque ni trilogie, et c'est bien le seul. Ensuite, Cantat, pour cause d'incarcération, ne participe pas à l'enregistrement. Enfin, il arrive après la trilogie « du sens de la vie », du « retour aux origines », etc... la trilogie un peu inégale, faite de fulgurance et de longueur, de recherche, du mélange entre travail studio et live, bref, après cette expérience exténuante, Akosh revient aux fondamentaux, ce bon vieux free jazz qu'il aime tant. Line-up nouveau, réduit, rehaussé pour l'occasion d'une vieille à roue, enregistré dans des conditions live, mais résultant toujours de cette façon assez unique de travailler le « riff », un riff composé sur lequel les musiciens partent et improvisent, fort de ses années d'expérience du travail de la tradition, je tiens « Nap Mint Nap » pour le meilleur album de l'Unit. Soit la synthèse approximative des déferlements rock imparables du début et des mélodies hongroises torturées de l'après. Le saxo d'Akosh n'a jamais été aussi âpre, aussi revanchard, alors que sa clarinette n'a jamais aussi bien dansée. Et tandis que la section rythmique aurait tendance à te rendre fou, tellement solide et carrée, ce qui fait la différence, à mon sens, c'est cette putain de vieille à roue, au groove insoupçonné, dans un registre insoupçonné, qui peut délivrer aussi bien des riffs surpuissants (oui, des riffs de vieille!) que des drones et des des dissonances hystérique qui font l'effet d'un violon bourré. Je crois que vous l'avez compris, ce disque a cette énorme qualité, pour conclure, pour achever, de ne pas être toujours à fond. Il respire, il laisse retomber, pour mieux repartir, pour mieux t’entraîner. Il est tellement vaste, et quelque part tellement facile malgré son exigence, qu'il reste peut être bien le seul album de free jazz qui soit accepté par n'importe qui dans n'importe quelle situation. Même les gros cons dans les soirées pourries. C'est vous dire le degré de persuasion : c'est signé sur une Major.

note       Publiée le samedi 22 septembre 2012

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nap Mint Nap".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nap Mint Nap".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nap Mint Nap".

Sigur_Langföl › jeudi 3 décembre 2015 - 01:18  message privé !

Merde, Saï, t'as fait une fixation sur les vieilles à roue? Guts on da motherfuckin' table, dude!

saïmone › dimanche 23 septembre 2012 - 12:42  message privé !
avatar

(ça marche aussi pour les danseuses)

Note donnée au disque :       
ericbaisons › dimanche 23 septembre 2012 - 12:31  message privé !

meme que quand elles sont déjà en fauteuil, on parle de vieille à roue

Wotzenknecht › dimanche 23 septembre 2012 - 12:03  message privé !
avatar

not sure if good pun or bad typo

sebcircus › samedi 22 septembre 2012 - 20:37  message privé !

Tout à faat d'accord avec toi,cet album est le meilleur de Akosh S unit avec Vetek qui est aussi très intéressant

Note donnée au disque :