Vous êtes ici › Les groupes / artistesOMike Oldfield › Earth Moving

Mike Oldfield › Earth Moving

  • 1989 • Virgin Virgin CDV 2610 • 1 CD

cd • 9 titres • 41:15 min

  • 1Holy4:37
  • 2Hostage4:09
  • 3Far Country4:25
  • 4Innocent3:30
  • 5Runaway Son4:05
  • 6See The Light3:59
  • 7Earth Moving4:03
  • 8Blue Night3:49
  • 9Nothing But / Bridge To Paradise8:40

line up

Max Bacon (vocales sur 2, 7 et 9b), Adrian Belew (guitares sur 3 et vocales sur 1), Simon Clarke (cuivres), Anita Hegerland (vocales sur 4), Roddy Lorimer (cuivres), Mike Oldfield (guitares, basse, claviers et voix), Raf Ravenscroft (saxophone sur 7), Maggie Reilly (voix sur 8), Maggie Ryder (voix), Tim Sanders (cuivres), Phil Spalding (basse sur 7 et voix), Nikkie Bentley (vocales sur 2 et 7), Carol Kenyon (vocales sur 1 et 9a), Paul Lee (vocales sur 9a), Chris Thompson (vocales sur 5 et 6), Mark Williamson (vocales sur 3), Simon Gardner (cuivres), Bobby Valentino (violon sur 2), Daniel Lazerns (clavinet, cuivres, harpe et vocals), Jackie Challenor (voix), Lance Ellington (voix), Sonia Jones-Morgan (voix), Keith Marshall (voix), Carl Wayne (voix)

remarques

chronique

Styles
rock

Un peu comme sa musique, Mike Oldfield constitue un sentiment de dualité chez ses fans. Si certains ne jurent que fidélité sur ses premières œuvres (Tubular Bells à Incantations), d’autres acceptent le compromis des pièces plus courtes sur des albums où de longues plages résonnent de la turbulence Oldfieldienne, alors que d’autres trouvent très agréable la coexistence du pop et du progressif que l’on retrouve sur ses œuvres tardives. Earth Moving est l’album de la discordance. Le premier opus d’Oldfield où toutes les pièces sont chantées, où l’absence de synthé se fait cruellement sentir et où les fans s’entredéchirent quand à la qualité de ce 12ième album studio du blondinet guitariste. Un album, il faut le dire, qui suit la tangente de la face B d’Islands, et même de Discovery, où Oldfield compose des petites douceurs autant âpres qu’accrocheuses et qui n’apaisent en rien la dualité sentimentale des fans du guitariste de Reading.
Si Holy poursuit sur les effluves d’Islands avec son doux rythme xylophoné des îles et une bonne dose de riffs et de bons solos de guitares, le tout garni de nombreuses vocalises, Hostage emprunte les sentiers commerciaux de Phil Collins et sa passe de passion pour les cuivres. Un titre très hachuré où les boucles d’une guitare incisive ne parviennent pas à diminuer l’approche trop copiée de Collins et Genesis. Oldfield qui imite du Collins et du Genesis, tant ici que sur le très pale Runaway Son ….il y a de quoi à enflammer les débats. Belle ballade à la Oldfield Far Country passe la rampe mélodieuse avec facilité, tout comme son contenu et sa structure. La superbe voix d’Anita Hegerland parvient à enjôler le simpliste synth pop qu’est Innocent, quoiqu’il faille admettre que le refrain est assez accrocheur. Le même charme lyrique s’opère sur la pièce titre qui a le mérite de jouir d’une meilleure structure. Un peu comme si l’on trempait dans les effluves de Discovery ou Crisis, tout comme le léger Blue Night. Lourd et ‘’punché’’, See the Light fait trop vieux Alan Parsons pour qu’on s’y arrête. Nothing But / Bridge To Paradise est la seule pièce où une forme de coexistence des rythmes prévaut sur Earth Moving. Si la 1ière partie est mielleuse, la 2ième enterre sa magie avec son approche des cuivres à la Abacab, et ce même si on sent qu’Oldfield a poussé la mesure à faire de ce titre une équivalence à ces titres purement musicaux.
Earth Moving? Bah! Moi qui suis assez souple quand aux tournures qu’Oldfield veut bien imposer, je n’ai pas embarqué. J’ai trouvé ça vide, insipide et dénué d’intérêts. Et si je force fort pour y trouver une belle plage…eh bien je choisis timidement Innocent. Un peu comme nous les fefans! Trouvez pas?

note       Publiée le samedi 20 février 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Earth Moving".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Earth Moving".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Earth Moving".

Aladdin_Sane › mardi 23 février 2010 - 15:32 Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Moi, j'accroche plutôt bien à cet album que tout le monde descend en flèche. C'est de la pop, ni meilleure, ni pire que certaines de ses oeuvres pop précédentes. J'aime surtout le duo "Nothing but/Bridge to paradise". Le pire album d'Oldfield en ce qui me concerne reste "Heaven's open".

Note donnée au disque :       
AlainTernet › lundi 22 février 2010 - 14:25 Envoyez un message privé àAlainTernet

Bien sûr, le CD est sans intérêt, mais pas la chronique. Elle me confirme dans mon choix d'avoir cessé de fréquenter Oldfield après Crises. En fin de compte, seul Amarok m'a échappé un long moment.

ForceMajeure › lundi 22 février 2010 - 08:23 Envoyez un message privé àForceMajeure

Aucun intérêt...

Note donnée au disque :