Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOMike Oldfield › Music of the Spheres

Mike Oldfield › Music of the Spheres

cd | 14 titres | 45:30 min

  • 1 1 Harbinger 4:04
  • 2 2 Animus 3:09
  • 3 3 Silhouette 3:19
  • 4 4 Shabda 3:56
  • 5 5 The Tempest 5:48
  • 6 6 Harbinger (Reprise) 1:30
  • 7 7 On My Heart 2:27
  • 8 8 Aurora 3:42
  • 9 9 Prophecy 2:54
  • 10 10 On My Heart (Reprise) 1:16
  • 11 11 Harmonia Mudi 3:46
  • 12 12 The Other Side 1:28
  • 13 13 Empyrean 1:37
  • 14 14 Musica Universalis 6:24

enregistrement

Enregistré dans le studio 1 d’Abbey Road en Juin 2007

line up

Karl Jenkins (direction d'orchestre), Mike Oldfield (piano et guitares), Sinfonia Sfera Orchestra, Lang Lang (piano), Hayley Westenra (voix sur On my Heart)

chronique

Encore une fois, je me suis laissé avoir par Mike Oldfield. J’avais déjà entendu Music of the Spheres dès sa sortie. Mais les premières envolées violonées qui respirent l’intro de Tubular Bells à plein nez m’ont laissées un son amer dans les oreilles. Je me disais : ‘’Pas encore une autre version de TB?’’. Mais avec le temps, les propos tenus sur le site de GOD et mon ardent désir d’insérer les œuvres du multi instrumentaliste Irlandais sur le site m’ont amené à réécouter avec plus d’attention ce MofS. Et crétak que le vieux bougre d’Oldfield m’a remué. Évidemment qu’il faut enlever la carapace de vieux ‘’bum’’ obsolète pour apprécier cette incursion de Mike Oldfield dans le monde très élitiste de la musique philarmonique. Car Music of the Spheres est du Oldfield sur du classique, et non du classique sur du Oldfield. Ici, pas de lourds riffs dans des foulées celtiques. Pas de longs solos de guitares tortueuses qui échappent des notes hybrides, ni de synthés qui font du minimalisme accrocheurs. Non! Music of the Spheres est une œuvre classique divisée en deux segments. Harbinger ouvre cet élan romanesque avec des violons qui embrassent les premiers accords de Tubular Bells. Le mouvement est fluide et glisse dans l’oreille avec toute la noblesse des œuvres musicales qui entourent les sagas cinématographiques. Non! Les premiers coups de tendresse ne sont pas arrivés. Le morceau est sobre et s’échelonne sur une rythmique qui s’appuie sur des xylophones, des percussions fracassantes et des traînées violonées qui se chamaillent avec les cors. Même si dramatique, l’approche n’émeut pas et ce même si Oldfield y met toute la gomme avec violons déchirants (style deux amants éperdus qui se retrouvent après moult aventures horrifiantes) qui se moulent à une harpe éthérée. C’est avec Animus que la beauté et la tourmente de Sieur Oldfield arrive à percer l’âme. Un beau morceau, comme Oldfield à l’habitude de pondre, où guitares acoustiques, piano et voix se fondent dans une envolée violonée des plus prenante. Et l’on va de surprises en surprises avec Silhouette et sa superbe guitare qui fusionne sa mélancolie avec un magnifique piano. L’homme d’Érin est serein et il nous gratifie de douces harmonies qui ne peuvent faire autrement que nous atteindre. On ne peut résister à l’appel du tendre Shabda et son approche acoustique sous un voile violoné et sa flûte des bois d’Irlande. Oldfield exploite à merveille sa fibre celtique avec de belles vocalises qui vacillent sous un fin xylophone, avant de mordre dans une répartie plus accentuée, prélude à Tempest et ses violons frénétiques qui survole une structure qui n’est pas sans rappeler The Wind Chimes sur Islands. On my Heart est une douce chanson, du style Sarah Brightman, qui hante l’oreille tant par sa douceur que la fusion d’une harpe qui mord dans les accords d’un piano solitaire et des violons qui retiennent leurs penchants mélodramatiques. Aurora débauche la 2ième partie avec la même fougue qu’ Harbinger et ses violons aux accords hachurés où chœurs se perdent dans des flûtes et strates virevoltantes, harponnées de lourdes percussions. Un morceau qui étale la dualité d’Oldfield entre la violence des riffs et la tendresse de ses tourmentes. C’est dans cette 2ième partie que le cœur saigne, que les plaies des âmes torturées s’ouvrent pour être enduites d’un baume musical qui apaise les douleurs d’antan. Tout au long de cette délicate symphonie pour esprits à la dérive, nous volons de nuages romantiques en nuages mélancoliques où la nostalgie animée de ces douceurs reprend ses sens sur la complexité des souvenirs refoulés. Une superbe 2ième partie que se cache derrière une ouverture difficile, mais qui vaut chaque coup d’oreilles, jusqu’au superbe Musica Universalis qui, en si peu de temps, nous fait revisiter les grandes œuvres du maître de la musique minimaliste arrache-cœur. Ai-je aimé Music of the Spheres? Absolument, mais il en a fallu des écoutes. Une fois Harbinger passé, on entre dans un âtre d’une infinie douceur qui se prolonge jusqu’aux violons larmoyants et splendidement émouvant de la finale. Je ne suis pas un spécialiste de la musique classique, ni philarmonique. Est-ce que Music of the Spheres appartiendra au catalogue des penseurs contemporains, qui du haut de leurs arrogances culturelles daigneront le considérer? Peu s’en faut et pire s’en crée dans le monde du snobisme culturel. Moi je sais à quel point MofS m’a fait vibrer, et c’est tout ce qui compte. Je lui fous un 5.5 boules, parce que ça m’a remué et que je ne lui ai trouvé aucune faiblesse. Tout est beau et tout est absolument magique, romantique et d’une mélancolie à faire fondre l’âme. Même Harbinger revêt tout son sens, après avoir entendu l’œuvre au grand complet. Un très, mais très bel album où Oldfield mélange ses racines celtiques à une musique philarmonique, tout en y étalant le mystère de sa complexe personnalité et de sa dualité existentielle.

note       Publiée le mardi 29 décembre 2009

partagez 'Music of the Spheres' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Music of the Spheres"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Music of the Spheres".

ajoutez une note sur : "Music of the Spheres"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Music of the Spheres".

ajoutez un commentaire sur : "Music of the Spheres"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Music of the Spheres".

etiennefroes › mercredi 20 janvier 2010 - 13:36  message privé !

A l'image d'autres musiciens, Mike oldfield a décidé de faire ce qui lui plait et au diable les fans... Mike oldfield connaît une évolution importante dans sa vie personnelle et en conséquence artistique. Il s'est défait de son impressionnante collection de guitares, cela veut dire quelque chose.

ForceMajeure › mardi 19 janvier 2010 - 09:52  message privé !

@Alain : J'aime bien ta dernière phrase ;o) A propos de Mike, tu as les DVD Live at Montreux et TB 2 et 3 qui sont sympas. Le 1er est minimaliste, mais la musique est bien bonne. Pour le 2nd Mike sort la grosse artillerie (des musiciens à foison...) la musique est bien agréable aussi...

Note donnée au disque :       
AlainTernet › lundi 18 janvier 2010 - 14:35  message privé !

@ForceMajeure : Je dois admettre que tu as raison. Après m'être replongé dans les premiers disques d'Oldfield récemment, Music of the Spheres est effectivement assez loin derrière. Mais c'est un fait bien connu : l'amour est aveugle... et parfois un peu sourd !

Note donnée au disque :       
ForceMajeure › mardi 5 janvier 2010 - 09:55  message privé !

Vous voilà bien sympas avec Mike ! Music of the spheres est bien fade à mon gout. On retrouve un thème à la tubular bells (pas très réussi d'ailleurs). Il n'y a que les trompettes sur Empyrean qui me retournent les tripes. Le reste est mou. C'est mieux que les albums précédents mais ça reste TRES loin de l'âge d'or de Mike....

Note donnée au disque :       
Rudi › mardi 29 décembre 2009 - 23:55  message privé !

2/2 : De cet album, parlons-en. A mon sens, Mike Oldfield a du génie, mais ça n'est pas toujours flagrant dans ses productions récentes... mais là, on retrouve un album enchanteur et bien au dessus de ce qui se fait dans le genre musical ("musique classique contemporaine" ? Hum). On retrouve cette capacité à faire travailler l'imagination avec un mélange de son fameux jeu de guitare, d'autres instruments et surtout son style incroyablement mature et mélodieux. Musique de film ? Oui mais non ! C'est cela qui est grand. Vous avez toujours le choix, l'histoire n'est pas toute tracée.

Nous avions parlé de F.D. Project. Paradoxalement j'adore, mais surtout quand il n'essaye pas d'imiter Mike Oldfield le plus directement... Car ses tentatives font justement ressortir (en négatif )ce qu'il y a de travaillé et génial chez le grand compositeur, et F.D. project ne lui rends tout au plus qu'un sympathique hommage.

En tout cas, je conseille vivement Music of the Spheres à ceux qui aiment le Mike Oldfield d'antan ou apprécient la musique classique en étant prêts à quelque chose de plus contemporain. Mais je suis d'accord : c'est plus du Mike Oldfield sur du classique que l'inverse. Et c'est ça que j'aime...

Note donnée au disque :