Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNecare › Ruin

Necare › Ruin

9 titres - 60:19 min

  • 1/ Stillborn twilight
  • 2/ Rite of shrouds
  • 3/ Desire (the dawn and the chrysalis)
  • 4/ Canto XXXIV
  • 5/ Ruin
  • 6/ Celia
  • 7/ Gethsemane
  • 8/ Waters of quiet
  • 9/ Touching eternity

line up

R.H. (guitare, basse, claviers, vocaux), G.C. (batterie, guitare, claviers), musiciens de session

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
doom metal > doom death

Que reste-t-il à dire à un groupe de doom/death aujourd'hui ? Voilà la première chose qui me vient à l'esprit à l'écoute de ce premier album des américains de Necare... À l'heure où chacun des grands anciens s'est soit reconverti vers des horizons plus abordables, soit tout simplement arreté ? (si l'on excepte évidemment le troisième vilain petit canard de Peaceville qui tient bon la barre envers et contre tous / ou au choix qui le sentait mal après sa seule et unique tentative - 34,788 %...). Jugez plutôt : The Gathering fait du trip-rock, Anathema de l'atmosphérique, Paradise Lost du pseudo goth metal, Winter s'est fait porter disparu, Dusk et Disembowelment sont morts, Evoken ou Saturnus se font attendre aux profits de jeunes loups qui ne demandent qu'à bouffer leurs ancêtres (Coffins, Cold Embrace, Umbra Nihil...), ou de formations qui font évoluer le style dans un univers tout contraire de son origine (Poema Arcanus, Novembers Doom).. et j'en passe. Il est d'ailleurs paradoxal de constater que parmi une scène qui reste un modèle d'inventivité et de diversité (le doom donc, pas le doom/death), c'est (bien tristement) les groupes les plus conventionnels (euphémisme) qui finissent par, dans une certaine mesure, faire parler d'eux (Mourning Beloveth, Swallow the Sun...). Je vous le demande, qu'a donc ce 'Ruin' (si j'étais de mauvaise humeur, je dirais presque qu'il porte bien son nom) de si particulier pour se retrouver dans les hautes écuries Firebox, et jouir d'une telle promotion qu'il parvienne finalement entre mes mains, et que je me retrouve à étaler mon semblant de culture sur les pages de guts of darkness ? Je vous le donne dans le mille : ... rien. La formation y joue un doom / death déjà vu, déjà entendu, pas trop extrême et sans surprises / sans prises de risque. Des plans riffesques qui semblent directement ressortir de "The Silent Enigma" ou des vieux My Dying Bride, des longues plaintes banales atmosphériques aux claviers, des vocaux clairs typés "The Silent Enigma" encore ('Gethsemane' pfff...), des passages avec du violon stéréotypé, du gros chant death gargarisé efficace (et même un peu trop aboyé par moment), en bref, rien qui ne puisse vous faire oublier les groupes sus-cités. Je le concède volontiers : ce disque est franchement bien foutu, les musiciens ont parfaitement appris leur leçon, maîtrisent leur sujet et nous offrent 9 morceaux d'excellente volée, qui sauront ravir ceux d'entre vous qui ne sont pas trop regardant sur l'originalité, mais en ce qui me concerne, ce disque pêche par un manque flagrant de personnalité et d'idées neuves, et il va falloir sérieusement réviser sa copie pour espérer attraper sa session la prochaine fois... c'est tout le mal que je leur souhaite...

note       Publiée le lundi 31 mai 2004

partagez 'Ruin' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Ruin"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ruin".

ajoutez une note sur : "Ruin"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ruin".

ajoutez un commentaire sur : "Ruin"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ruin".

j0ke › dimanche 23 décembre 2007 - 00:39  message privé !
L'espoir justement pour le doom, c'est mal barré =D (pas écouté le disque)
Hallu › lundi 31 mai 2004 - 21:07  message privé !
c'est leur premier album ? Si oui, ya ptet encore de l'espoir.