Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKFela Kuti › Stalemate

Fela Kuti › Stalemate

2 titres - 28:34 min

  • 1/ Stalemate (12:52)
  • 2/ Don't Worry about My Mouth O [African Message] (15:42)

enregistrement

Decca Studio, Lagos, Nigéria, 1977

line up

Tony Allen (batterie), Lekan Animashaun (saxophone baryton), Henry Koffi (congas), Tunde Williams (trompette), Ukem Stephen (trompette), Okalue Ojeah (guitare), Clifford Itoje (guitare), Ogene Kologbo (guitare), Leke Benson (guitare), Nweke Atifoh (basse), Nicholas Addo (congas), James Abayomi (percussions), Shina Abiodun (congas), Isaac Olaleye (marraccas), Bernadette Oghomienor (choeurs), Tejumade Adebiyi (choeurs), Regina Osuhor (choeurs), Felicia Idonije (choeurs), Suru Eriomla (choeurs), Shade Shehindemi (choeurs), Fela Kuti (saxophone, claviers, chant)

remarques

Cet album a fait l'objet d'une parution cd chez Barclay en 1999 où il se voit associé à l'album "Fear not for Man"

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
afro-beat

Pour l'avoir tant chantée et dénoncée, la confusion a bien fini par devenir à son tour partie intégrante de l'oeuvre de Fela Kuti. A l'instar de "Opposite People", "Stalemate" arrive un peu comme un cheveu dans la soupe. Il eut été en effet plus confortable d'imaginer que ces deux disques aient été enregistrés peu de temps avant la charge de l'armée sur la République de Kalaukta, mais les dates - j'ai vérifié - ne concordent pas. Je ne vais pas réinventer l'histoire, même s'il me plaît, vous le savez, de toujours replacer une oeuvre dans son contexte. Je m'attarderais donc sur les faits. "Stalemate" et "Don't Worry about My Mouth O", aux rythmiques aussi élastiques que mollassones, ne suscitent guère d'enthousiasme. Rien de neuf donc pour les coutumiers habitués à mieux, rien non plus qui puisse avoir suffisamment de force de persuasion pour séduire toute personne étrangère au discours et à la culture afro-beat. Au mieux, "Stalemate" nous permet de cultiver un regard plus critique sur les coutumes de Fela. Fervent défenseur du Pan-Africanisme, son idéologie extrême l'amèna aussi à adopter des comportements aberrants. Son rejet viscéral (et légitime) pour la main mise de l'homme blanc dans les affaires africaines le poussa à en extrapoler les préceptes, finissant par en rejeter également sa médecine, chose qui, en fin de compte, lui coûtera la vie... Par l'entremise du très poétique "Don't Worry about My Mouth O", Fela Kuti nous confie qu'il n'a pas besoin de dentifrice pour prendre soin de ses dents parce qu'il mâche de la canne à sucre tous les matins ! Le livret nous gratifie de plus de quelques photographies pittoresques sensées illustrer le propos. Entre ça et les joints, on a au moins la certitude aujourd'hui que Fela n'avait peut-être pas de caries mais qu'il devait vachement puer de la gueule...

note       Publiée le lundi 23 mai 2005

partagez 'Stalemate' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Stalemate"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Stalemate".

ajoutez une note sur : "Stalemate"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Stalemate".

ajoutez un commentaire sur : "Stalemate"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Stalemate".

Porn_And_Roses › jeudi 28 septembre 2006 - 21:58  message privé !
C'est mou j'me rapelle même plus comment ça sonne, j'ai dû m'endormir.
Note donnée au disque :