Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKFela Kuti › Expensive shit

Fela Kuti › Expensive shit

2 titres - 24:13 min

  • 1/ Expensive SHit (13:13)
  • 2/ Water No Get Enemy (11:00)

enregistrement

Nigéria, 1975

line up

Tony Allen (batterie), Lekan Animashaun (saxophone baryton), Henry Koffi (congas), Tunde Williams (trompette), Ogene Kologbo (guitare), Leke Benson (guitare), Ukem Stephen (trompette), Christopher Uwaifor (saxophone ténor), Franco Aboddy (basse), Nicholas Addo (congas), James Abayomi (percussions), Isaac Olaleye (marraccas), Fela Kuti (saxophone, claviers, chant)

remarques

Cet album a fait l'objet d'une parution cd chez Barclay en 1999 où il se voit associé à l'album "He Miss Road"

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
afro-beat

On peut très bien avoir la haine, on peut très bien avoir les boules et réagir de manière saine et raisonnée. Je dirais même plus, d'une manière si pernicieuse et rusée qu'elle se dresse comme une insulte face à ceux qui ont tenté de vous piétiner. "Expensive Shit" n'est rien d'autre que cela. L'aura de Fela Kuti devient tellement énorme qu'elle commence sérieusement à gêner le pouvoir en place. Une longue histoire d'amour entre la dictature des militaires et le futur seigneur de Kalakuta est en train de se dessiner, et bien que ce ne soit pas la première fois que Fela leur cherche des poux, "Expensive Shit" officialise au grand jour cette déclaration de guerre entre les deux parties. Tout démarre sur une anecdote : Fela est embarqué manu militari par les forces de l'ordre qui le soupçonnent d'avoir consommé du canabis. Vérité ou mensonge, il ne fait aucun doute qu'il s'agit là avant tout d'un prétexte pour nuire à cet individualiste bien trop envahissant. Premiers séjours en prison donc, premier conflit ouvert, et parce que nous sommes en 1975 et que les moyens de l'époque et du lieu ne sont pas ceux que nous connaissons aujourd'hui, Fela Kuti fût contraint de se soumettre à un test de depistage. Rien de grave en soi peut-on penser, même si, bon, Fela Kuti n'a rien de la blanche colombe... Oui, sauf que pour l'heure, la seule manière de pouvoir le vérifier, c'est d'analyser les selles du suspect... Humiliation suprême. Ironie du sort, les résultats du laboratoire s'avèreront négatifs, disculpant Fela, remis enfin en liberté. Il n'en fallait pas plus à ce dernier pour régler ses comptes à travers un pamphlet bien épicé, "Expensive Shit", cette merde bien coûteuse qui, en retour, met le pouvoir en place dans l'embarras, le nez dans son propre caca. Comme d'habitude, les rythmes sont chaloupés ("Water No Get Enemy") et les longues expositions permettent à chacun des intervenants de laisser rayonner tout leur talent. La lutte vient de s'engager et elle sera sans pitié.

note       Publiée le mardi 22 mars 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Expensive shit".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Expensive shit".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Expensive shit".

mercebel › samedi 1 janvier 2011 - 16:14  message privé !

Un très bon Fela de plus, mais un peu court quand meme !