Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKFela Kuti › No agreement

Fela Kuti › No agreement

2 titres - 31:01 min

  • 1/ No Agreement (15:29)
  • 2/ Dog Eat Dog (15:32)

enregistrement

Decca Studio, Lagos, Nigéria, 1977

line up

Lester Bowie (trompette), Tony Allen (batterie), Lekan Animashaun (saxophone baryton), Henry Koffi (congas), Tunde Williams (trompette), Ukem Stephen (trompette), Okalue Ojeah (guitare), Clifford Itoje (guitare), Ogene Kologbo (guitare), Leke Benson (guitare), Nweke Atifoh (basse), Nicholas Addo (congas), James Abayomi (percussions), Shina Abiodun (congas), Isaac Olaleye (marraccas), Kewe Oghomienor (choeurs), Tejumade Adebiyi (choeurs), Folake Oladeinde (choeurs), Ronke Edason (choeurs), Bola Olaniyi (choeurs), Yemi Abegunde (choeurs), Fehintola Kayode (choeurs), Bimbo Adelanwa (choeurs), Emaruagheru Osawe (choeurs), Shade Komolafe (choeurs), Fela Kuti (saxophone, claviers, chant)

remarques

Cet album a fait l'objet d'une parution cd chez Barclay en 1999 où il se voit associé à l'album "Shuffering and Shmiling"

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
afro-beat

Dans ce dédale inextricable qu'est la discographie de Fela Anikulapo Kuti, il y a par endroits des instants de flamboyance. En digne prolongement de "Fear Not for Man", "No Agreement" propose à son tour deux titres où la musique semble mener le débat. Encore une plage instrumentale donc, avec "Dog Eat Dog" (non, rien à voir) et puis, bien sûr, son emblématique plage titre, où Fela réappuye juste là où ça fait mal. Cela faisait quelques albums déjà que ce n'était plus arrivé, mais soyons honnêtes ; concernant Fela, parler de quelques albums, en terme de délai, cela revient à quelques mois seulement... "Pas d'arrangements", "pas d'accord possible" chante en substance Fela Kuti dont la grande fierté empêche de s'avouer vaincu. Si musicalement nous restons bien entendu toujours en territoire connu, cette session est toute auréolé de la présence de Lester Bowie, trompettiste de l'Art Ensemble of Chicago. Après Ginger Baker, et avant Roy Ayers et Bill Laswell, Bowie est un des rares internationaux à avoir osé mouiller sa chemise aux côtés d'un vrai fauteur de trouble. Il n'y a pas lieu d'imaginer pour autant un clash free jazz/afro-beat puisque le trompettiste se montre au travers de ses interventions toujours subtil et profondément mélodique. Tunde Williams a beau avoir accru son assurance sur les dernières productions de Fela, prenant une place de plus en plus importante au cours des solii, l'approche que possède Lester Bowie de l'exercice le rend immédiatement identifiable. Et pendant que son catalogue s'enrichit d'un titre supplémentaire, n'en faisant - comme de coutume - qu'à sa tête, se laissant même parfois emporter dans des délires monomaniaques de pur mégalomane, Fela Kuti se fait plaisir en organisant une cérémonie triviale qui le voit épouser pas moins de vingt-sept femmes, la majorité d'entre elles faisant partie de son cortège de danseuses et choristes. Fela était aussi très gourmand.

note       Publiée le lundi 23 mai 2005

partagez 'No agreement' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "No agreement"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "No agreement".

ajoutez une note sur : "No agreement"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "No agreement".

ajoutez un commentaire sur : "No agreement"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "No agreement".