Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKFela Kuti › Underground system

Fela Kuti › Underground system

2 titres - 45:40 min

  • 1/ Underground System (28:23)
  • 2/ Pansa Pansa (17:17)

enregistrement

Nigéria, 1991

line up

Adebiyi Ajayi (batterie), Lekan Animashaun (saxophone baryton), Oyinade Adeniran (saxophone ténor), Stephen Ukem (trompette), Oye Moses (trompette), Rotimi Afariogun (basse), Keji Hamilton (claviers), Michael Obeatta (congas), Dele Olayinka (congas), Oma Umude (choeurs), Chioma Elostuba (choeurs), Fela Kuti (guitare, saxophone, claviers, chant)

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
afro-beat

Ceci est le dernier album que Fela Kuti a publié de son vivant, et aussi un des meilleurs qu'il réalisa depuis de nombreuses années. Quoi de plus jubilatoire que de se quitter sur une de ses plus belles oeuvres, histoire de laisser un souvenir intense et impérissable ? Ne vous fiez pas aux crédits incomplets qui ne mentionnent qu'une douzaine de musiciens ; sur "Underground System", c'est au moins le double d'intervenants qui viennent donner de la voix à ce qui doit être considéré à posteriori comme son chant du cygne. Les deux longues plages de l'album sont propulsées par un rythme très soutenu dont on avait abandonné tout espoir de pouvoir le réentendre un jour. L'étrange "Pansa Pansa" et ses notes de piano discordants montrent que Fela Kuti considérait qu'il était encore possible d'aller plus loin dans ce langage musical unique dont il fût l'inventeur, l'Afro-Beat. Des séquences répétitives qui tournent à vous en donner le tournis et une densité que les normes de production de l'époque permettent d'exploiter au mieux. Le long silence qui suivit "Underground System" fût interrompu par ce simple communiqué de presse ; âgé de 58 ans, le 2 août 1997 Fela Anikulapo Kuti succombe à la maladie du sida qui le rongeait depuis déjà un certain nombre d'années. L'inactivité prolongée du Black President n'était donc imputable qu'à l'aggravation de son état de santé, lui qui avait décidé, en vers et contre tout, de se passer de la science de l'homme blanc. Aujourd'hui qu'il n'est plus là pour pleurer sur le sort réservé à son continent, que reste-t-il du rêve de cet homme, à part un catalogue discographique imposant synonyme de bénéfices rondelets qui viennent grossir le chiffre d'affaire de maisons de disques jamais contre l'idée de dégager des marges bénéficiaires importantes à moindre frais ? L'effort d'un individu seul n'est rien face au poids d'une collectivité dont l'arme absolue demeure son crétinisme, nous rappelait Salvador Dali... L'Afrique est, plus que jamais, nulle part. Et le monde de plus en plus sourd.

note       Publiée le mardi 20 septembre 2005

partagez 'Underground system' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Underground system"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Underground system".

ajoutez une note sur : "Underground system"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Underground system".

ajoutez un commentaire sur : "Underground system"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Underground system".

Tallis › mercredi 18 septembre 2019 - 10:57  message privé !

Deux plages au tempo furieux pour un magnifique chant du cygne.

Note donnée au disque :       
Khyber › vendredi 2 septembre 2011 - 18:56  message privé !

C'est vrai, c'est dense, pas un seul temps mort.. Formidable disque!

Note donnée au disque :