Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKFela Kuti › Ikoyi blindness

Fela Kuti › Ikoyi blindness

2 titres - 29:21 min

  • 1/ Ikoyi Blindness (15:08)
  • 2/ Gba Mi Leti Ki N'Dolowo (14:13)

enregistrement

Nigéria, 1976

line up

Tony Allen (batterie), Lekan Animashaun (saxophone baryton), Henry Koffi (congas), Tunde Williams (trompette), Ukem Stephen (trompette), Clifford Itoje (guitare), Ogene Kologbo (guitare), Leke Benson (guitare), Franco Aboddy (basse), Nicholas Addo (congas), James Abayomi (percussions), Shina Abiodun (congas), Isaac Olaleye (marraccas), Bernadette Oghomienor (choeurs), Tejumade Adebiyi (choeurs), Regina Osuhor (choeurs), Folake Oladejo (choeurs), Folake Oladeinde (choeurs), Bola Balogun (choeurs), Rita Eweka (choeurs), Shade Komolafe (choeurs), Fela Kuti (saxophone, claviers, chant)

remarques

Cet album a fait l'objet d'une parution cd chez Barclay en 2001 où il se voit associé à l'album "Kalakuta Show"

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
afro-beat

Sans être fondamentalement différent de toute ce qu'on lui connaît, ni redoutablement extraordinaire, "Ikoyi Blindness" est un nouveau manifeste Afro-beat des plus recommandables dans le chef de Fela Anikulapo Kuti. Un disque engagé et entraînant. Un retour discret à une rythmique qui se souvient de ses lointaines racines high-life, un jeu de questions/réponses avec ses choristes dénudées qui commencent, depuis deux ou trois albums déjà, à jouir de tout le soin qu'il mérite (un petit remaniement au sein de l'équipe ayant même été effectué), les progrès de Fela semblent en vérité se porter désormais sur la production, de plus en plus soignée, mais toujours porteuse de ce grain, de cette chaleur si caractéristique. D'autre part, le Black President persiste et signe dans ses attaques ciblées à l'encontre des hommes d'affaires de son pays qui, à force de se travestir en hommes blancs, ne se soucient guère du devenir de leurs frères. Ce qui peut s'apparenter à un règlement de compte entre frères de couleur, nous ferions bien d'en tirer nous aussi quelques leçons puisque, entre les lignes, on s'aperçoit bien vite que c'est la cupidité de l'homme qui est visée ici. Bien qu'à la publication de ce disque Fela ne soit pas encore arrivé au milieu de sa fort longue carrière, il est tout de même triste de penser qu'après tant d'années de militantisme et de galère aux travers d'épreuves parfois à la limite du supportable, les rêves d'unité et de pan-africanisme de cet homme n'ont toujours pas été exaucé. Plus paradoxal encore, c'est parmi les occidentaux que Fela a trouvé d'ardents défenseurs, des alliés de poids, un peu à l'image de James Brown qui se demandait ce qui se passait quand il voyait un blanc dans son public reprendre avec lui le refrain de "Say It Loud (I'm Black and Proud)"... L'industrie du disque est elle une mécanique si parfaitement huilée qu'elle récupère, annihile et broie sur son passage toutes les idéologies pour n'en faire régner qu'une et une seule ; celle du profit ?

note       Publiée le mardi 22 mars 2005

partagez 'Ikoyi blindness' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Ikoyi blindness"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ikoyi blindness".

ajoutez une note sur : "Ikoyi blindness"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ikoyi blindness".

ajoutez un commentaire sur : "Ikoyi blindness"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ikoyi blindness".

toliveistodie › mercredi 31 octobre 2007 - 19:33  message privé !
Merde, j'avais pas vu arrivé le départ de proggy. Bah étant donné que je ne connais absolument rien du pourquoi et du comment, j'ai juste à dire dommage et SURTOUT un énorme merci. Chroniques, culture, découvertes etc etc etc. Bref merci et bonne continuation dans ce que tu fais!
kama › lundi 10 septembre 2007 - 16:44  message privé !
Heey ouais, les temps sont durs. Plus de bons disques, plus de proggy. Chomage technique, victime de sa propre boulimie/frénésie d'ecriture. D'un coté, le temps de lire toutes ses chros et de m'interresser aux disques j'en ai bien pour 10ans. Et puis tant qu'il reste les prog radios...
M-Atom › lundi 10 septembre 2007 - 13:44  message privé !
sans vouloir rentrer dans le débat un peu stérile "il faut qu'il reste..." "il faut qu'il parte..." je voulais juste dire merci à progmonster pour les quelques artistes que j'ai découvert grace a ces chroniques (notamment au niveau free jazz)... apres je ne connais pas le personnage mais je pense qu'il est assez grand pour savoir ce qu'il à a faire, alors bonne continuation à toi progmonster et au plaisir de lire tes chroniques sur god ou ailleurs...
dariev stands › lundi 10 septembre 2007 - 10:41  message privé !
avatar
bordel proggy, fait un bref calcul mental : tu as rédigé genre 2500 chros (la flemme de regarder le chiffre exact). Tu te doutes bien que sur 2500, va forcément y'en avoir souvent des commentaires à la con !! Tu crois que tu les attires ? mais on en a autant que toi, proportionnellement, mon vieux ! C'est juste qu'on a moins de chros, donc moins de commentaires... C'est un simple problème mathématique. Toi vu ton nombre de chros tu es condamné a etre emmerdé tous les jorus. Seule solution : arrête de lire les commentaires, vraiment. (de toutes façons quelqu'un aurait répondu pr prendre ta défense si tu n'avais pas répondu...)
gab › lundi 10 septembre 2007 - 09:39  message privé !
Proggy: Ne fais pas attention aux 2% de lecteurs qui postent des conneries, penses aux 98% qui sont content de lire les kros, en silence ;-)