Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKFela Kuti › Teacher don't teach me nonsense

Fela Kuti › Teacher don't teach me nonsense

2 titres - 56:30 min

  • 1/ Teacher Don't Teach Me Nonsense (25:44)
  • 2/ Look and Laugh (30:46)

enregistrement

Nassau, Bahamas, 1986

line up

Ijagun Benjy Ola (batterie), Atiba Tiamiyu (batterie), Lekan Animashaun (saxophone baryton), Rilwan Fagbemi (saxophone baryton), Oyinade Adeniran (saxophone ténor), Yinusa Akinibosun (saxophone ténor), Kola Oni (saxophone alto), Akomeah Dodo (trompette), Stephen Ukem (trompette), Oye Shobowale (trompette), Bola Taiwo (trompette), Clifford Itoje (guitare), Itam Mann (guitare), Soji Odukogbe (guitare), Femi Oladegunwa (basse), Keji Hamilton (claviers), Michael Obeatta (congas), Ajayi Adebiyi (congas), George Kassim (shekere), Lamtey (percussions), Idolo Umokoro (choeurs), Kemi Williams (choeurs), Fehintola Anikulapo Kuti (choeurs), Folake Anikulapo Kuti (choeurs), Keuwe Anikulapo Kuti (choeurs), Fela Kuti (saxophone, claviers, chant)

remarques

Cette édition Barclay de 2001 contient le titre "Just Like That", à l'origine publié sur l'album "Beasts of No Nation".

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
afro-beat

Il aura fallu attendre un nouveau changement de pouvoir au Nigéria pour que Fela soit à nouveau libéré. Même s'il a accumulé les provocations depuis ses tous premiers faits d'armes au début des années soixante-dix, la facture, c'est surtout au cours des années quatre-vingt qu'il la paya le plus lourdement. Une présence moins accrue, mais en contrepartie, une aura de plus en plus grande, surtout à l'étranger. C'est d'ailleurs avec Wally Badarou qu'il entame une fructueuse collaboration dans son studio au Bahamas. Le claviériste franco-anglais s'est fait une solide réputation grâce à son disque "Echoes" qui allie rythmiques exotiques et sonorités synthétiques. Une association qui, tout bien réfléchi, paraît évidente. Sur "Teacher Don't Teach Me Nonsense", les nouvelles sonorités introduites sur "Army Arrangement" se déploient avec aisance, mais Badarou n'oublie pas de capturer avant tout l'esprit de la musique de Fela en redonnant une place de choix aux cuivres qui avaient peu à peu tendance à disparaître au profit des synthétiseurs. Si les propos tendent sans surprises à faire la morale aux escrocs qui prétendent donner l'exemple, le langage Afro-beat développé par Fela dans cette nouvelle décennie peine à renouer avec l'énergie d'antan. Si le tempo est beaucoup moins soutenu qu'auparavant, les titres, déjà fort longs, doublent leur temps d'exposition, introduisant des diversions instrumentales des plus intéressantes, avec des constructions un peu moins linéaires et prévisibles que par le passé (cuivres clinquants, progression d'accords au clavier suivant une échelle modale plus prononcée, etc.). Autre fait marquant, "Look and Laugh" introduit une solide dose d'ironie dans le discours de Fela, ce qui avait été jusqu'à présent sa raison de vivre. Meurtri par tant d'acharnement - et on le comprend aisément, il avoue enfin prendre du recul sur les évènements et se rend compte qu'en dépit des efforts consentis, la seule chose qu'il lui reste à faire désormais, c'est observer et rire de dépit.

note       Publiée le mardi 20 septembre 2005

partagez 'Teacher don't teach me nonsense' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Teacher don't teach me nonsense"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Teacher don't teach me nonsense".

ajoutez une note sur : "Teacher don't teach me nonsense"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Teacher don't teach me nonsense".

ajoutez un commentaire sur : "Teacher don't teach me nonsense"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Teacher don't teach me nonsense".