Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYNeil Young › Mirror ball

Neil Young › Mirror ball

  • 1995 - Reprise, 9362-45934-2 (1 cd digipack)

11 titres - 55:21 min

  • 1/ Song X
  • 2/ Act of love
  • 3/ I'm the ocean
  • 4/ Big green country
  • 5/ Truth be known
  • 6/ Downtown
  • 7/ What happened yesterday
  • 8/ Peace and love
  • 9/ Throw your hatred down
  • 10/ Scenery
  • 11/ Fallen angel

enregistrement

Bad Animals, Seattle, Etats-Unis, les 26 et 27 janvier, 7 et 10 février 1995.

line up

Jeff Ament (basse), Stone Gossard (guitare électrique), Jack Irons (batterie), Mike Mccready (guitare électrique), Eddie Vedder (choeurs), Neil Young (voix, guitares électrique et acoustique, orgue), Brennan O'Brien (choeurs, guitare électrique, piano, production)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
post grunge

"Sleeps with angels" fut le travail de deuil, vital, qui permit à Neil Young de repartir, après la mort de facto du mouvement grunge, et donc de toute tentative de revenir à une certaine révolte rock fondatrice, une flamme brûlante et vraie qui faisait cracher à un guitariste son dégoût du monde ; flamme dont le pendant tout naturel fut le folk (souvenons-nous de Woody Guthrie présentant sa guitare : "Cette machine tue les fascistes !") Folk et rock unis dans la figure immense de Neil Young. Le grunge fini, la dernière lueur d'authenticité éteinte dans le monde du rock, Neil Young décide donc d'enregister son album suivant (le premier à ne pas être produit par le compagnon de toujours David Briggs, qui est mort l'année précédente) avec... Pearl Jam ! Rien à foutre de rien... Qui vampirise l'autre ? Personnellement, je gage que Gossard, Ament, Vedder, et les autres, durent se prosterner devant l'idole (voir les répercussions sur la suite de leur discographie) - alors que Neil Young, vieux chêne aux racines trop profondes pour pouvoir encore bouger, a seulement voulu s'amuser en convoquant ce backing band de luxe. Enfin, quand je dis "s'amuser", j'exagère un tantinet. Tout dans ce disque n'est pas du bon post-grunge bien dégueulasse et désinvolte, loin s'en faut, même si le jouissif "Song X", qui démarre en fanfare cet album sur une chanson de marin assaisonée d'un choeur qui balance et de guitares saturées, peut laisser cette impression, ainsi que "Act of love". Ce n'est qu'à partir de "I'm the ocean" (au titre éloquent) que l'on comprend que les dés sont pipés : un riff qui semble devoir se dérouler à l'infini sur des imprécations égocentriques et surréalistes. C'est ici que nous entrons dans le domaine du rêve - une sorte de variation électrique du génial "The last trip to Tulsa", que vous trouverez sur le premier disque éponyme de Neil Young. A côté de ce grand morceau de bravoure, repris en forme d'épure bouleversante sur les intermèdes "What happened yesterday" et "Fallen angel", où Neil est seul, s'accompagnant simplement d'un orgue déchiré, le reste semble presque anecdotique. Pourtant, à l'exception du pénible "Scenery", ça reste du bon, du gras, du sale (même si je préférerai toujours, en bon intégriste, le son du Crazy Horse) : "Big green country", "Downtown" : virées en ville pour se défoncer la tronche ou pour pratiquer un petit meurtre facile ; "Truth be known", sorte de country-rock planante à souhait, de même que "Peace and love" (vous en doutiez ?). Mêmes thématique et absence d'embarras pour "Throw your hatred down". Tout ça ne fait pas un grand disque ; toujours est-il que cette rencontre avec le groupe de Seattle permettra à Neil Young de se replacer gagnant dans les charts, ce qu'il ne pouvait espérer à l'aide de son précédent opus.

note       Publiée le mercredi 15 février 2006

partagez 'Mirror ball' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Mirror ball"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Mirror ball".

ajoutez une note sur : "Mirror ball"

Note moyenne :        18 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mirror ball".

ajoutez un commentaire sur : "Mirror ball"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mirror ball".

SEN › samedi 19 janvier 2019 - 20:10  message privé !  SEN est en ligne !

Y'a des morceaux fort et tellement puissant sur ce disque ! Waouhou ! je m'attendais clairement pas à ça ! J'en reviens pas d'avoir eu autant de préjugés sur lui pendant toutes ces années !

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 31 août 2015 - 20:50  message privé !
avatar

Et sinon, disque magnifique tout court, celui-là, évidemment. Chaque fois, il me donnerait presque envie de me réessayer à Pearl Jam, tiens, moi qui goûte si peu le groupe avec son chanteur habituel devant - tant miraculeusement j'aime ça, là, avec Papa Neil au micro. Et puis I'm the Ocean, ouais... (Tiens, on reste dans l'élément, du coup, même si celle-là ne sonne pas "pont du vaisseau pirate", pour le coup).

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 31 août 2015 - 20:45  message privé !
avatar

Ah, Song X... Quelle entrée en matière ! Encore une chanson "de marins" qui m'a fait direct de l'effet (et sans que ça se démente jamais, ensuite). Marrant que celles-là me trouvent si souvent, tiens. Question d'une certaine qualité de l'ivresse, sans doute, et d'horizon - absent, qu'on guette, ou qu'on voit qui s'approche (non mais je sais... c'est le bateau, qui bouge, OK). Bref... Entre celle-là, le Madeleine-Mary de Bonnie Prince Billy (en même temps, I See a Darkness, quel foutu album aussi, celui-là) ou très récemment le Valley of Tears de Zothique, dont je vous parlais tout à l'heure, tiens... Je vais finir par me mettre en quête d'autres encore pour en faire des pleins recueils ?!

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › jeudi 19 février 2015 - 22:21  message privé !

Enfin trouvé à une convention en vinyle (à un prix relativement raisonnable), j'avais un peu oublié à quel point cet album est bon. Bon, il me reste encore à trouver le "Sleeps with Angels" mais celui-là, je sens que ça va être coton...

Note donnée au disque :       
pinnickX › samedi 6 juin 2009 - 21:06  message privé !

Je le trouve géant ce disque (le solo de "Song X" me tue), bien qu'en dessous d'un "Sleeps With Angels" émotionnellement parlant ... Ce type m'a scotché live l'année dernière à Colmar, la messe, la claque, la classe ... Sans doute son dernier grand disque.

Note donnée au disque :