Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYNeil Young › Comes a time

Neil Young › Comes a time

  • 1978 • Reprise 7599-27235-2 • 1 CD

10 titres - 37:16 min

  • 1/ Goin' back (4:43)
  • 2/ Comes a time (3:05)
  • 3/ Look out for my love (4:06)
  • 4/ Lotta love (2:40)
  • 5/ Peace of mind (4:06)
  • 6/ Human highway (3:09)
  • 7/ Already one (4:53)
  • 8/ Field of opportunity (3:08)
  • 9/ Motorcycle mama (3:08)
  • 10/ Four strong winds (4:07)

enregistrement

Triiad, Ft. Launderdale, Hollywood, Broken Arrow, Redwood City, Californie, Woodland, Sound Shop, Nashville, Tennessee, Etats-Unis, Londres, Royaume-Uni, 1978.

line up

Ralph Molina (batterie, voix), Poncho Sampedro (Crazy Horse) (guitare, voix), Billy Talbot (basse, voix), Neil Young, Gone with the wind orchestra : Ben Keith (guitare), Car Himmel, Larrie Londin (batterie), Tim Drummond, Joe Osborne (basse), Spooner Oldham (piano), Rufus Thibodeaux (violon), J.J. Cale (guitare électrique), Farrel Morris (percussion), Grant Boatright, Bucky Barret, John Christopher, Jerry Shook, Vic Jordan, Steve Gibson, Dale Sellers, Ray Edenton (guitares acoustiques), Rita Fey (autoharp), Shelly Kurkland, Stephanie Woolf, Marvin Chantry, Roy Christensen, Gary Vanosdale, Carl Goroditzby, George Binkley, Steve Smith, Larry Harvin, Larry Lasson, Carol Walker, Rebecca Lynch, Virginia Christensen, Maryanna Harvin, George Kosmola, Martha McCrory (cordes). Tim Mulligan (Crazy Horse) (saxophone)

remarques

chronique

Styles
folk
Styles personnels
country folk

Il y a un fameux concert de Bob Dylan, datant du 25 juillet 1965, au Newport Folk Festival, où celui-ci se fait abondamment huer par son public pour avoir osé brancher sa guitare : la musique folk et l'électricité feraient désormais bon ménage - et Dylan continua de jouer malgré les sifflets et les insultes. Neil Young est bien évidemment l'héritier de cette double tradition électrique et acoustique ; mais chez lui (chance pour nous), le texte n'est le plus souvent que prétexte, les mots importent peu, c'est la musique seule qui suffit la plupart du temps à véhiculer le message et les émotions. "Comes a time", sorti au printemps 1978, fait lui partie de ces albums essentiellement acoustiques qui officient davantage dans une veine folk/country. Il comporte des invités prestigieux, notamment le grand J.J. Cale qui vient prêter main forte à la guitare. Le Crazy Horse n'est présent que sur deux titres, mais n'y fait guère de bruit ("Look out for my love" reste d'une douceur splendide). Les couleurs, un peu passées, restent claires. Bon, si Neil Young n'avait pondu que des disques comme celui-ci, il n'aurait bien évidemment pas sa place sur ce site. Pourtant, tout n'est pas mauvais, loin de là, même si beaucoup d'oreilles rétives auront bien du mal à encaisser cette musique sans avoir pris le temps nécessaire pour s'y accoutumer. L'inspiration mélodique est toujours au rendez-vous ; et le choix de la reprise d'un standard folk pour terminer, "Four strong winds", extrêmement judicieux, tant ce titre semble surgir comme une extraordinaire excroissance et apothéose de tout ce qui précède. Un disque étrangement apaisé et lumineux, comme le calme d'un ciel sans nuage avant la sombre tempête, qui arrivera dès l'année suivante.

note       Publiée le samedi 4 février 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Comes a time".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Comes a time".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Comes a time".

Raven › dimanche 7 juin 2020 - 15:07  message privé !
avatar

Exquise niaiserie soyeuse, avec des mélodies enchanteresses (même sur le morceau rock vintage-cliché avec riff de JJ Cale), et une ambiance pastorale et mélancolique presque irréelle, qui me fait parfois penser à un film sorti la même année, Days of Heaven de Malick. Rien d'amer ni de bouleversant ici (quoique, "Look out for my love"...), mais à la lisière, comme en suspension dans sa discographie... un des plus mignons à coup sûr. Il forme une splendide trilogie Miel Young, si on le place entre Harvest & Harvest Moon. Ne passez pas à côté si vous êtes sensibles au côté papa-gâteau du Loner.

Note donnée au disque :       
nicola › mardi 3 février 2015 - 13:39  message privé !

Tiens, JJ Cale n’est pas sur Guts ?

Consultant en informatique › mardi 1 juillet 2014 - 14:21  message privé !
avatar

Fabuleux disque.

Note donnée au disque :       
nowyouknow › mercredi 23 novembre 2011 - 16:58  message privé !

"Je l'aime beaucoup celui-là. Dans la veine acoustique, c'est un de ses meilleurs, et sans doute un des moins sombres."

pareil, j'aime beaucoup... plus que pas mal d'albums adulés genre freedom ragged glory... le meilleur album méconnu de neil young avec Time Fades Away

Note donnée au disque :       
The Gloth › jeudi 29 novembre 2007 - 15:13  message privé !
Je l'aime beaucoup celui-là. Dans la veine acoustique, c'est un de ses meilleurs, et sans doute un des moins sombres.
Note donnée au disque :