Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYNeil Young › Live rust

Neil Young › Live rust

  • 1979 - Reprise, 7599-27250-2 (1 cd)

16 titres - 73:47 min

  • 1/ Sugar mountain - 2/ I am a child - 3/ Comes a time - 4/ After the gold rush - 5/ My my, hey hey (out of the blue) - 6/ When you dance you can really love - 7/ The loner - 8/ The needle and the damage done - 9/ Lotta love - 10/ Sedan delivery - 11/ Powderfinger - 12/ Cortez the killer - 13/ Cinnamon girl - 14/ Like a hurricane - 15/ Hey hey, my my (into the black) - 16/ Tonight's the night

enregistrement

Cow Palace, San Francisco, Etats-Unis, 22 octobre 1978, et autres lieux de la tournée d'octobre 1978 aux Etats-Unis : Boston Garden, Chicago Stadium, St. Paul Civic Center, St. Paul, Minnesota, McNichols Arena, Denver.

line up

Neil Young (voix, guitare, harmonica, piano), Frank "Poncho" Sampedro (guitares, claviers, voix), Billy Talbot (basse, voix), Ralph Molina (batterie, voix).

chronique

Styles
rock

"Live rust", ou la classique tentative du double album en public (album simple en CD), comme son nom l'indique assez, est le live dont la sortie a immédiatement suivi celle de l'immense "Rust never sleeps". Là où le bât blesse, c'est que "Rust never sleeps" avait lui-même été enregistré en live (avec gommage en grande partie des interventions du public et ajout de quelques overdubs - mais assez discrets en fait) ; du coup, cet album-ci fait un peu double emploi, d'autant plus qu'il s'agit (pour la majeure partie des morceaux) du même concert à San Francisco datant d'octobre 1978. Ainsi, on retrouve la séparation entre une première partie de concert acoustique et une seconde électrique ; on retrouve les mêmes versions de "My, my, hey, hey (out of the blue)" et "...(into the black)", de "Sedan delivery" et "Powderfinger". Voilà pour le passif. Et maintenant pour l'actif : il s'agit d'un témoignage énorme, poignant et rageur, dont le niveau d'intensité ne sera plus retrouvé par Neil Young avant "Weld" en 1991, soit près de 15 ans plus tard. Le choix des titres est parfait : "Tonight's the night", "Cortez the killer", "Like a hurricane", "Cinnamon girl", "The needle and the damage done"... bon , je ne vais peut-être pas recopier une seconde fois toute la tracklist, vous tenez là une véritable anthologie. D'ailleurs, la ressemblance 15 ans après avec le "Weld" susnommé est troublante, comme si Neil Young avait compris que pour renouer avec une nouvelle génération d'admirateurs, il lui faudrait revenir à ce glorieux répertoire, interprété dans les mêmes conditions, avec cette musique brûlante et tapageuse, proposée sans médiation et sans apparats aucuns. Et s'il se conclut par l'emblématique "Tonight's the night", c'est certainement pour conjurer les derniers démons qui le hantent, et faire semblant d'y croire une dernière fois. Oui, cette nuit sera LA nuit, la nuit où l'on se livrera aux ultimes rites démoniaques pour ressusciter les esprits du rock. Après, on plongera effectivement "into the black", et pour longtemps, même si de manière non définitive ("rock 'n' roll can never die", n'est-il pas ?). Grand Monsieur. Grand disque.

note       Publiée le mercredi 8 février 2006

partagez 'Live rust' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Live rust"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Live rust".

ajoutez une note sur : "Live rust"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live rust".

ajoutez un commentaire sur : "Live rust"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live rust".

Dioneo › vendredi 13 décembre 2013 - 11:40  message privé !
avatar

Et là... Ouais, punaise... Ce triplé de fin ! J'aime ce mec. (Et ce groupe).

Note donnée au disque :       
torquemada › vendredi 12 juin 2009 - 13:23  message privé !

Normalement, les chansons de "Rust Never Sleeps" ont été enregistrées sur la date de SF mais rien ne dit que ce soit celle qui a été conservée pour les versions de ce live. D'ailleurs, "it's better to burn out than to fade away" devient "... than it is to rust" sur ce live.

Note donnée au disque :       
Dioneo › vendredi 12 juin 2009 - 12:09  message privé !
avatar

Je suis presque certain que les versions des morceaux communs à celui-là et à Rust Never Sleeps ne sont pas les mêmes. Au moins pour Powderfinger. La voix phrase pas toujours pareil, surtout...

Hallucination Subjective ?

Note donnée au disque :       
torquemada › vendredi 5 juin 2009 - 14:40  message privé !

Et dire que 30 ans plus tard, Neil Young est toujours capable de telles prestations.

Note donnée au disque :       
Everlasting › samedi 10 janvier 2009 - 22:36  message privé !

Fascinant d'intimité sur l'accoustique, hallucinamment incendiaire sur l'électrique. Trio de fin d'anthologie. Neil Young c'est le meilleur.