Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYNeil Young › Hawks & doves

Neil Young › Hawks & doves

  • 2003 • Reprise 9362-48499-2 • 1 CD

9 titres - 30:35 min

  • 1/ Little wing (2:10)
  • 2/ The old homestead (7:38)
  • 3/ Lost in space (4:13)
  • 4/ Captain Kennedy (2:50)
  • 5/ Stayin' power (2:17)
  • 6/ Coastline (2:24)
  • 7/ Union man (2:08)
  • 8/ Comin' apart at every nail (2:33)
  • 9/ Hawks & doves (3:27)

enregistrement

The Village Recorder, Los Angeles, Quadrafonic Sound Studio, Nashville, Broken Arrow Studio, Redwood City, Triad Recording Studios, Ft. Lauderdale, Indigo Ranch Studios, Malibu, Goldstar Recording Studios, Hollywood, Etats-Unis, 1980.

line up

Neil Young (voix, guitare, harmonica, piano), Greg Thomas, Levon Helm (batterie), Dennis Belfield, Tim Drummond (basse), Rufus Thibodeaux (violon), Ben Keith (steel, dobro, choeurs), Tom Scribner (scie musicale), Hillary O'Brien (choeurs).

remarques

chronique

Styles
folk

Comment Neil Young a-t-il pu traverser plus de quatre décennies en conservant intacts son prestige et sa ferveur ? Sans doute faudrait-il parler d'intégrité, de "morale", de refus des compromis... Mais il ne faudrait pas non plus oublier qu'il a tout simplement sorti de manière ininterrompue album sur album. Et si tout n'est pas à sauver, l'ensemble représente tout de même une véritable mine, d'une richesse quasi-inépuisable. Une plainte nous accompagnant dans les moments de solitude et de souffrance, qui semble-t-il ne s'éteindra jamais, contribuant ainsi à nous maintenir en vie. Au sortir des années 1980, le mouvement grunge a révéré Neil Young comme un Dieu. Pourtant, cette décennie maudite, pour lui comme pour beaucoup d'autres poids lourds du rock, ne fut guère brillante. Et si déchets il y a dans son oeuvre, c'est bien dans cette période qu'il faudrait aller les chercher. Cependant, "Hawks & doves", malgré une thématique nationaliste ouvertement affichée et quelque peu écoeurante, malgré un caractère composite dû au fait que le Loner est allé puiser pas mal de compositions plus anciennes dans les cartons (il avait autre chose à faire que d'écrire de la musique à cette époque, semble-t-il), malgré une mauvaise réputation qui empêcha pendant longtemps, comme pour d'autres disques, une réédition CD, malgré une durée très courte montrant que Neil Young n'en avait pas grand-chose à foutre, malgré une sévère baisse de régime depuis les glorieux "Rust never sleeps" et "Live rust", "Hawks & Doves", disais-je, n'est pas un mauvais album (Neil Young montrera hélas par la suite qu'il est capable de faire bien pire). La première partie, uniquement composée de morceaux lents, est même bonne : tristesse et mélancolie vous submergent dès les premières notes de "Little wing" ou de "Lost in space", ballades entièrement acoustiques, de même que "The old homestead", plus ambitieuse, légende surréaliste d'une certaine Amérique. "Captain Kennedy" reste dans le registre étrange du conte, et Neil Young dans celui du trouvère. Le strict dépouillement de ces chansons les met à l'abri de toutes les critiques sérieuses que l'on pourrait formuler, à mon avis. En revanche, la seconde partie, ouvertement country, qui dresse les mérites de ce beau pays de liberté que sont les Etats-Unis, prend des contours bien peu ragoûtants, surtout dans le "Hawks & doves" final : "I'm proud to be livin' in the USA" puis le choeur qui reprend au refrain "USA, USA"... Neil Young n'en fut jamais à une contradiction près - mais certaines facettes de son oeuvre, mieux vaut les oublier.

note       Publiée le mercredi 8 février 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hawks & doves".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hawks & doves".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hawks & doves".

nowyouknow › lundi 21 novembre 2011 - 23:10  message privé !

Première face très très bonne.. Du folk posé. De belles compositions épurées. Il s'agit d'outtakes des 70's. La deuxième face propose des enregistrements postérieurs à Rust Never Sleeps et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est pas du grand Young : on est dans une vaine country à la fois réac et légère. Moi j'aime bien mais ça sera pas pour tout le monde.

Note donnée au disque :       
gibsonbacker › dimanche 14 décembre 2008 - 20:49  message privé !

Je n'ai pas remis le nez dans les paroles, mais z'êtes pas sûrs que ce soit du second degré ? Le gars Neil a quand même un passé "protest-song" qui parle pour lui (Vietnam, Nixon, la chanson "Alabama" qui inspirera en réaction le "Sweet home" du Lynyrd Skynyrd...). "Cortez the killer" (Zuma) n'était pas spécialement politiquement correct (interdite en Espagne à l'époque de Franco). Neil Young est assez malin pour ne pas écrire ses chansons en alignant des slogans de militant de base. Pour mémoire, Springsteen a lui aussi écrit un "Born in the USA" qui n'est pas, je crois, à prendre au pied de la lettre. De plus, Neil Young est Canadien non ? Je l'imagine d'autant plus mal se revendiquant d'un quelconque patriotisme US alors qu'il n'est pas citoyen (sauf erreur de ma part). Cela dit, "Hawks & doves" n'est pas mon préféré de Neil Young. Je le préfère électrique.

The Gloth › jeudi 29 novembre 2007 - 15:20  message privé !
J'ai lu les paroles de ces morceaux de la face B, et il me semble que certaines phrases étaient beaucoup plus explicites que "I'm Proud to be, etc." Me rappelle pas exactement, mais ça m'a paru bien puant. J'en ai d'ailleurs été très étonné. Il semble avoir considérablement changé d'opinion depuis, si j'en crois son dernier album "Livin' the War", ouvertement anti-Bush.
muffinman › lundi 19 juin 2006 - 01:27  message privé !
Personnellement je ne trouve pas ce disque mauvais du tout. Captain Kennedy est un morceau récupéré du regretté Chrome Dreams de 1977 (remplaçé par l'immonde American Stars 'n Bars), Little Wing date de 1975 et The Old Homestead de 1974 (période On the Beach). Bonne face A. Maintenant passons à la face B composée de morceaux nouveaux (comprendre de 1980). Musicalement ce n'est pas mauvais du tout, c'est du Neil Young country. On connait. Rien de neuf, mais rien de pourri. Ce qui m'agace avec ce disque c'est qu'on lui reproche stupidement d'être nationliste à cause d'une phrase du genre de "I'm proud to be livin' in the USA". Et alors ? C'est pas parce qu'on est fier d'appartenir à un pays qu'on est nationaliste. Pourtant je suis loin d'être fan des USA, mais faut pas pousser la mémère dans les orties. Par exemple, mais tout ne roule pas sur des roulettes, j'apprécie largement ma situation de Français. Je peux dormir peinard sans risquer de me faire dynamiter dès que je sors de chez moi. Je peux dire que nos dirigeants son des crétins, sans risquer de finir dans un genre de goulag. Et ce n'est pas du nationalisme. Le disque de Young ici, est à considérer de cette manière.
Note donnée au disque :