Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYNeil Young › Year of the horse

Neil Young › Year of the horse

12 titres - 84:17 min

  • 1/ When you dance you can really love
  • 2/ Barstool blues
  • 3/ When your lonely heart breaks
  • 4/ Mr. Soul
  • 5/ Big time
  • 6/ Pocahontas
  • 7/ Human highway
  • 8/ Slip away
  • 9/ Scattered (let's think about livin')
  • 10/ Danger bird
  • 11/ Prisoners
  • 12/ Sedan delivery

enregistrement

En divers lieux aux Etats-Unis, au Canada et en Europe, 1996.

line up

Neil Young (guitare, piano, harmonica, voix), Poncho Sampedro (guitare, claviers, voix), Billy Talbot (basse, voix), Ralph Molina (batterie, percussion, voix).

chronique

Styles
rock

Echange de bons procédés... Jim Jarmusch était si satisfait de la collaboration avec Neil Young pour la musique de son film Dead Man qu'il a insisté pour consacrer à la légende du rock, une de ses idoles de longue date, un film entier. "Year of the horse" est un documentaire filmé caméra à l'épaule, avec une image au grain très sale, qui nous montre le Loner sur la route avec son fidèle Crazy Horse, et sur scène lors de plusieurs étapes de la tournée électrique qui a suivi la sortie de Broken Arrow. La mise en scène, la photographie, conviennent très bien à la musique poisseuse, marécageuse et crade délivrée par le groupe - quoique ce genre de films, montrant de longs extraits de concerts filmés, ait toujours été un peu long à mon goût. Toutefois, ce double live n'est constitué que de moments absents du film. Il n'y a donc pas double emploi et il ne s'agit en aucune façon d'une "bande originale" - c'est un "vrai" live, dans la lignée de "Weld", mais hélas beaucoup moins intense que son génial prédécesseur, d'abord à cause du répertoire abordé, qui est loin d'égaler celui de la tournée "Smell the horse", ensuite et surtout parce que le groupe semble presque en léthargie, préférant s'étendre en longues nappes de guitares hypnotiques plutôt que de décharger l'incroyable potentiel d'agressivité qu'on entendait sur Weld, lequel potentiel ne se réalise vraiment que sur le "Sedan delivery" final, en mémoire de la cavalcade de 1991 (qui est présent sur le CD mais absent du LP original) et dans une bien moindre mesure sur le classique "When you dance..." ou sur "Prisoners" (dont le solo bruitiste fait quand même du bien). Plusieurs surprises sont des déceptions : l'interprétation de "Pocahontas" en électrique, d'abord, qui n'est pas vraiment convaincante ; l'ignoble slow baveux de "When your lonely heart beaks" ensuite, tiré du non moins détestable Life, que l'on aurait pu croire complètement transfiguré dans un pareil concert, dix ans après sa version studio, mais qui hélas conserve en bien des points ses atours FM peu recommandables. Il est intéressant en revanche de pouvoir entendre l'obsédant "Danger bird" dans une version de plus de treize minutes. Pour le reste, les titres issus de Broken Arrow sont égaux à eux-mêmes ; ce sont eux qui convenaient le mieux à l'humeur du moment. Reste quand même à déplorer l'omission de titres issus de "Mirror ball" (qu'on peut comprendre étant donné qu'il n'y a plus Pearl Jam derrière Neil Young, bien que pour ma part j'eusse vivement souhaité entendre des morceaux comme "Song X" ou "I'm the ocean" repris par le Crazy Horse) et surtout, l'impardonnable absence du moindre titre extrait du formidable et terrible "Sleeps with angels". Du coup, ce live, dont l'intitulé et la sortie à la suite du film appelaient l'audience la plus large possible, est en fait à réserver en priorité aux fanatiques acharnés. Et il y en a...

note       Publiée le dimanche 19 février 2006

partagez 'Year of the horse' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Year of the horse"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Year of the horse".

ajoutez une note sur : "Year of the horse"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Year of the horse".

ajoutez un commentaire sur : "Year of the horse"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Year of the horse".