Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYNeil Young › Harvest

Neil Young › Harvest

  • 1972 - Reprise, 7599-27239-2 (1 cd)

10 titres - 37:34 min

  • 1/ Out on a weekend (4:35)
  • 2/ Harvest (3:03)
  • 3/ A man needs a maid (4:00)
  • 4/ Heart of gold (3:05)
  • 5/ Are you ready for the country (3:21)
  • 6/ Old man (3:22)
  • 7/ There's a world (3:00)
  • 8/ Alabama (4:02)
  • 9/ The needle and the damage done (2:00)
  • 10/ Words (between the lines of age) (6:42)

enregistrement

Quadrafonic Sound Studios, Nashville, Tennessee, Broken Arrow Studio #2 et Royal Hall-UCLA, Californie, Barking Town Hall, Londres, Royaume-Uni, 1971.

line up

Jack Nitzsche (piano, slide guitar), Linda Ronstadt (chœurs), Stephen Stills (chœurs), Neil Young, Stray Gators : Ben Keith (steel guitar), Kenny Buttrey (batterie), Tim Drummond (basse), John Harris (piano sur "Harvest"). London Symphony Orchestra, David Meecham (direction). James Taylor, David Crosby, Graham Nash

chronique

Pour son quatrième disque en quatre ans (sans compter sa participation à Crosby Stills Nash & Young), le Loner n'en finit pas d'être insaisissable, oscillant sans cesse entre country/folk tranquillement nostalgique et rock lo-fi incandescent - un balancement qui fera un nombre incalculable d'émules... Or, fait étrange, son disque le plus célèbre et le plus vendu n'est véritablement ni l'un ni l'autre : c'est un disque classieux, extrêmement bien produit, aux chansons beaucoup plus calibrées grand public que celles de son prédécesseur, qui n'hésitent pas à verser à l'occasion dans la grandiloquence du piano et de l'orchestre symphonique. Donc cet album ne PEUT pas être son meilleur, laissons-le aux incultes qui le foutront dans leur "discothèque idéale" en tant qu'unique album de Neil Young, et passons au suivant. Oui, mais voilà, les choses ne sont pas aussi simples, malgré une ouverture tout en douceur rustique, "Out on a week-end" et "Harvest" étant parties pour nous faire couler des moments heureux. Certes, ce disque est "l'album serein", enfin disons pas très agité. Il faut dire que Neil Young l'a enregistré en fauteuil roulant, cloué par la polio, et qu'il avait du mal à tenir correctement sa guitare. Mais entre deux séances dans les studios de Nashville (tentative de captation de cet air si particulier...), il prend des nouvelles de Danny Whitten, ancien compagnon de route du Crazy Horse devenu héroïnomane irrémédiable. Abandonnant de nouveau le Crazy Horse, décidément pas assez présentable pour coller à l'image que cette oeuvre accueillante voulait se donner, Neil Young se fait accompagner par les Stray Gators, Linda Ronstadt, Crosby Stills & Nash sur certains titres, et accessoirement (pour deux morceaux) par le London Symphony Orchestra. Et pour moi, quoi qu'on en dise, ce disque est grand, il s'élève vers des sommets de beauté racée que n'atteindra plus l'artiste par la suite (pour tout dire, il se foutra pas mal de les atteindre à nouveau). "A man needs a maid" est une des chansons les plus tristes, les plus poignantes, et les plus VRAIES que je connaisse. Et ne voyez aucune ironie dans mes propos : "Harvest" est pour de bon, malgré sa rutilance, le disque de la détresse. Ce qu'atteste également "The needle and the damage done" - autre moment bouleversant capté en live à Los Angeles (l'homme seul armé de sa guitare acoustique face au public) : "Every junkie's like a setting sun"... sauf que ce soleil ne connaît pas de nouvelle aurore ; les ravages de la drogue... personne ne vous fait la morale ; il s'agit juste de déverser certains désespoirs trop lourds à porter pour un seul homme. Le rageur "Alabama", quant à lui, enfonce le dernier clou sur le cercueil de la puante country sudiste, tandis que les lignes de l'épique "Words" vont se perdre à l'horizon d'un lyrisme rock qui se répand avec l'assurance du temps qui passe. Il ne passe pas sur ce disque.

note       Publiée le samedi 4 février 2006

partagez 'Harvest' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Harvest"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Harvest".

ajoutez une note sur : "Harvest"

Note moyenne :        53 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Harvest".

ajoutez un commentaire sur : "Harvest"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Harvest".

boumbastik › vendredi 18 janvier 2019 - 21:23  message privé !

M'a fait le même effet au printemps dernier.

Note donnée au disque :       
SEN › vendredi 18 janvier 2019 - 20:42  message privé !

Bon ben voilà, 45 ans que je snob Neil Young et là boum ! Le coup de cœur en plein cœur ! Indispensable en une seule écoute !

Note donnée au disque :       
boumbastik › vendredi 18 mai 2018 - 22:33  message privé !

Intemporel, inusable. I've been a miner for a heart of gold.

Note donnée au disque :       
Rastignac › mercredi 28 septembre 2016 - 06:40  message privé !
avatar

Pour les chemises, le gars est d'Ontario, ça fait partie du canadian tuxedo, et il était plutôt tequila + weed au miel que bière IPA si je me souviens bien de ce qu'il raconte... Sinon, ceci fut mon album d'entrée dans le monde dépressivo-mignon-furieux de Neil Young, il y a bien longtemps, j'imagine comme beaucoup de monde, vraiment le disque le plus connu non ? Tient bien au cœur quoi. Son espèce de suite "Harvest Moon" des années plus tard est aussi vachement lyrique et poignante.

Note donnée au disque :       
dariev stands › mardi 27 septembre 2016 - 23:05  message privé !
avatar

haha, venant d'un mec qui semble apprécier Blues Pills, c'est toujours bon à savoir... Neil Young hipster... Et puis quoi encore, Freddie Mercury austère, non ? y'en a de ces comms des fois... ;)