Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYNeil Young › Ragged glory

Neil Young › Ragged glory

10 titres - 62:44 min

  • 1/ Country home (7:04)
  • 2/ White line (2:59)
  • 3/ F*!#in' up (5:53)
  • 4/ Over and over (8:27)
  • 5/ Love to burn (10:03)
  • 6/ Farmer John (4:12)
  • 7/ Mansion on the hill (4:46)
  • 8/ Days that used to be (3:50)
  • 9/ Love and only love (10:18)
  • 10/ Mother Earth (natural anthem) (5:11)

enregistrement

Los Angeles, Etats-Unis, 1990

line up

Neil Young (guitare, voix), Frank "Poncho" Sampedro (guitare, voix), Billy Talbot (basse, voix), Ralph Molina (batterie, voix).

chronique

Styles
rock

Après l'étonnant "Freedom", l'optimisme de "Ragged glory", s'il est plus convenu, marque définitivement le retour à l'électricité rédemptrice, et achève la trajectoire entamée avec "Everybody knows this is nowhere" et "Re-ac-tor". Un album très homogène : dix titres avec le Crazy Horse, dont certains très longs, qui donneront sur scène une plus grande mesure encore, laissent toute la place aux guitares pour se répandre en coulées noisy suintantes et orgasmiques. Aucun répit : le niveau sonore reste constamment élevé ; toutes les compositions (dont certaines sont des inédits datant des années 1970 que le groupe n'avait jamais gravés) valent le détour, même si l'auditeur se sent tout d'abord happé par le magma sonore, et a l'impression de ne pas en saisir les contours mélodiques, tant la tête lui tourne. Les vieux briscards s'en donnent à coeur joie, d'un rock mélodique très efficace à des hymnes punks jouissifs dont on ne les croyait plus capables, ils retrouvent une impertinence juvénile invraisemblable tout en faisant parler la poudre, jusqu'à la grandiose déclaration d'amour finale à la Terre, où les choeurs majestueux sont doublés par une guitare saturée. Un album qui permettra à Neil Young de partir en tournée dès l'année suivante, avec en première partie, un groupe encore à l'époque dans l'underground mais qui ne demandait qu'à en sortir : Sonic Youth. En attendant de remplir les stades, notre homme a retrouvé l'essence du rock dans son garage. Attention : matière inflammable.

note       Publiée le mardi 14 février 2006

partagez 'Ragged glory' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Ragged glory"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ragged glory".

ajoutez une note sur : "Ragged glory"

Note moyenne :        14 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ragged glory".

ajoutez un commentaire sur : "Ragged glory"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ragged glory".

Raven › samedi 2 juin 2018 - 14:12  message privé !
avatar

"Feel good music"

Note donnée au disque :       
Consultant en informatique › mercredi 7 mai 2014 - 08:04  message privé !
avatar

Y'a du gros gros jam là-dessus. J'y goûte fort. Surtout vu le son des deux guitares, qui s'écoutent et se corrigent comme deux amants rancuniers.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › jeudi 27 décembre 2012 - 17:26  message privé !

Je me rappelle que celui-ci m'avait fait chier à la première écoute et qu'il a pris subitement de la saveur au fur et à mesure que je revenais dessus. Album bizarrement foutu, comme si Neil Young avait voulu faire du noise rock sur un tempo shoegaze. Je préfère Arc de cette même époque mais il est quand même très bon celui là.

Note donnée au disque :       
nowyouknow › jeudi 27 décembre 2012 - 12:33  message privé !

c'est un bon album mais il m'emmerde, je sais pas pourquoi ces mélodies entrainantes ont tendance à me les briser... au delà de ça je trouve cet album et le précédent surestimés.

Note donnée au disque :       
god › jeudi 17 mai 2012 - 06:47  message privé !

excellent, en effet... l'album s'écoute fort, très fort mème...

des grosses guitares distordus qui enchainent riffs accrocheurs et mélodies entrainantes... deux genre a priori incompatible... mais neil young s'en sort avec brio....

l'album dégage aussi un aura d'optimisme comme on en fait plus...