Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYNeil Young › Tonight's the night

Neil Young › Tonight's the night

  • 1975 • Reprise 7599-27221-2 • 1 CD

cd • 12 titres • 45:00 min

  • 1Tonight's the night4:39
  • 2Speakin' out4:56
  • 3World on a string2:27
  • 4Borrowed tune3:26
  • 5Come on baby let's go downtown3:35
  • 6Mellow my mind3:07
  • 7Roll another number (for the road)3:02
  • 8Albuquerque4:02
  • 9New mama2:11
  • 10Lookout Joe3:57
  • 11Tired eyes4:38
  • 12Tonight's the night-part II4:52

enregistrement

Studio Instrument Rentals, Hollywood, du 22 août au 13 septembre 1973. "Come on baby let's go downtown" : live au Fillmore East, New York City, le 7 mars 1970. "Lookout Joe" : Broken Arrow Ranch, Etats-Unis, décembre 1972. "Borrowed tune" : Broken Arrow Ranch, 5 décembre 1973

line up

Nils Lofgren (guitare, piano, voix), Ralph Molina (batterie, voix), Jack Nitzsche (piano, guitare slide), Billy Talbot (basse), Neil Young (voix, piano, guitare, harmonica), Ben Keith (guitares, voix), Kenny Buttrey (batterie), Tim Drummond (basse), George Whitsell (voix)

remarques

chronique

"Tonight's the night" est un de ces classiques du rock dont l'histoire vaut d'être rappelée. Enregistré peu après Harvest, où Neil Young était secondé avec retenue par les Stray Gators, ce disque voit les retrouvailles du Loner avec le Crazy Horse. Mais ces retrouvailles sont endeuillées par la mort par overdose du guitariste Danny Whitten - que Neil Young avait viré du groupe à cause, précisément, de son addiction - d'où un terrible sentiment de culpabilité qui s'abat sur le singer/songwriter... n'a-t-il pas précipité la tragique disparition de son ami ? Du coup, une noire dépression se retrouve en filigrane tout au long de cet album... Après le triomphe inespéré de Harvest, le verdict de la maison de disques tombe sur "Tonight's the night" : trop sombre ! Résultat : ce disque sortira en 1975, soit deux ans après son enregistrement ! Un exemple ahurissant de l'emprise que peuvent avoir les majors sur leurs artistes et des diktats qu'elles se permettent, même sur des noms connus et a priori intouchables. Musicalement, c'est clair qu'on est très loin de Harvest. Ce qui frappe en premier lieu, c'est le dépouillement du son : un folk/rock limite lo-fi pour des compositions plus apaisées que celle de "Everybody knows...", moins accrocheuses de prime abord que celles de "After the gold rush", mais autrement plus noires, plus lentes - ciel immobile d'avant l'orage. Le caractère sombre et torturé de ce disque est à chercher avant tout dans son côté très introspectif : nul déferlement de violence ou d'expressionnisme enragé - simplement d'antiques mélodies rurales expectorées à coeur ouvert. C'est ce qui le rend difficile à aborder. Et puis il y a la voix haut perchée du grand monsieur : jamais elle n'avait été à ce point fragile, cassante ; souvent au bord de la rupture, elle se brise en certains moments, sans chercher à se dissimuler (dans "Mellow my mind", par exemple, ou dans "Tired eyes", comment y rester insensible ?). "Tonight's the night", complainte qui s'enfonce dans la pénombre ; la touchante mélodie de "Borrowed tune", que Neil chante seul, s'accompagnant lui-même au piano et à l'harmonica ; le rock garage de "Come on baby...", captée live un peu plus tôt alors que Danny Whitten faisait encore partie du groupe ; les plaines mornes et désertiques de "Albuquerque" ; les harmonies a capella de "New mama"... autres grands moments de cet album âpre et peu accueillant, oeuvre de souffrance presque muette qui soigne le mal par le mal.

note       Publiée le samedi 4 février 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Tonight's the night".

notes

Note moyenne        26 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tonight's the night".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tonight's the night".

Raven › lundi 8 juin 2020 - 23:30  message privé !
avatar

J'ai pas dit qu'il me faisait rien, ni qu'il était moche (enfin si, il est assez moche quand même - mais c'est fait exprès, ce côté "croûte morne"). Je pointais l'ambiance à la Lou sur certaines, truc de déchéance toxique, New York seventies vu du bas. Ici faut l'écouter dans le bon créneau horaire (et dans le bon état si j'ose dire), sinon il tape à côté.

Note donnée au disque :       
Alfred le Pingouin › lundi 8 juin 2020 - 23:11  message privé !

New Mama, Albuquerque, Borrowed Tune, les morceaux titres ça te remue rien du tout dans ton petit coeur tout serré? Je le trouve superbe moi.

Note donnée au disque :       
Raven › lundi 8 juin 2020 - 21:47  message privé !
avatar

Sur celui-ci j'ai toujours la sensation qu'il se prend un peu pour Lou Reed.

Note donnée au disque :       
Chris › lundi 4 juin 2018 - 09:25  message privé !
avatar

J'ai toujours un peu de mal avec celui là, pourtant j'essaye de m'accrocher mais... je trouve les compos pas super accrocheuses justement...

Note donnée au disque :       
Rastignac › vendredi 1 mai 2015 - 02:33  message privé !
avatar

Defonce relative.

Note donnée au disque :