Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYNeil Young › American stars 'n bars

Neil Young › American stars 'n bars

  • 2003 - Reprise, 9362-48496-2 (1 cd)

cd | 9 titres | 38:15 min

  • 1 The old country waltz [2:58]
  • 2 Saddle up the palomino [3:00]
  • 3 Hey babe [3:35]
  • 4 Hold back the tears [4:18]
  • 5 Bite the bullet [3:30]
  • 6 Star of Bethlehem [2:42]
  • 7 Will to love [7:11]
  • 8 Like a hurricane [8:20]
  • 9 Homegrown [2:20]

enregistrement

Quadrafonic, Nashville, Etats-Unis, Wally Heider Recording Studios, Hollywood, Broken Arrow Ranch, Redwood City, et Indigo Recording Studio, Malibu, Californie, Etats-Unis, du 13 décembre 1974 au 4 avril 1977 lors de diverses séances.

line up

Emmylou Harris (choeurs), Linda Ronstadt (chœurs), Neil Young (voix, guitares acoustique et électrique, harmonica), Nicolette Larson, Carole Mayedo (violon), Ben Keith (guitare, dobro, voix), Frank Sampedro (guitares acoustique et électrique, mellotron), Billy Talbot (basse, voix), Ralph Molina (batterie, voix), Tim Drummond (basse), Karl T. Himmel (batterie).

chronique

La cuvée Neil Young 1977. Le premier goût en bouche n'est pas fameux, trop rustique, trop râpeux. Pourtant, l'emprunte définitive qu'il laisse dans le palais est finalement plus durable et plus profonde qu'on ne saurait croire. Tout d'abord, ce disque fit partie des "grands oubliés" des repressages CD, comme "On the beach" (erreur impardonnable) et quelques autres aussi, hélas ("Time fades away", "Hawks and doves"). En ce qui concerne ce "American stars 'n bars", beaucoup de méchantes langues disaient qu'il s'agissait d'un heureux oubli. La pochette ignoble semblait ne pas leur donner tort, ainsi que la thématique "nationaliste" plus ouvertement affichée que de coutume (Neil Young est canadien, mais il est aussi, bien évidemment, "américain", si vous voyez ce que je veux dire - et la culture du continent a en lui et en sa musique des racines profondes, même s'il est mille fois plus universaliste que beaucoup de chanteurs country ou de groupes revendicatifs genre Lynyrd Skynyrd). En fait, l'énigme de ce disque réside surtout dans le fait qu'il s'agit du regroupement de plusieurs séances d'enregistrement éloignées dans le temps, avec des musiciens et des tonalités fort variés. La première partie de l'album sonne très country traditionnelle, avec son violon, sa guitare slide, ses choeurs riches, ses rythmiques limite squaredance ; difficile, surtout en ces lieux, de faire l'apologie d'une telle musique, même si les compos sont de très bonne facture et que tout cela reste agréable (mais beaucoup d'entre vous détesteront, sauf peut-être "Bite the bullet", qui est plus en phase avec la "niaque" du Crazy Horse, de même que le "Homegrown" final, bien crassou). Seulement voilà : les deux longs morceaux de ce disque font partie de ce que Neil Young a fait de plus essentiel et indispensable : l'un, "Will to love", est une longue et obsédante ballade dans laquelle le Canadien tient tous les instruments : thème langoureux et passionné à mourir, légères distorsions psychédéliques de la voix et des guitares, vibraphone, petits craquements de brindilles, grillons... tout cela contribuant à rendre l'atmosphère complètement idyllique (enregistrée en une seule nuit, Neil Young n'a JAMAIS PLUS interprété cette chanson - pourquoi ? mystère...) ; l'autre, plus célèbre, "Like a hurricane", est un rock lancinant et torride dans lequel Neil Young le guitariste se donne comme jamais (un de ses solos les plus intenses), tandis que Talbot et Molina creusent le sillon identique d'un impitoyable labourage rythmique, et que, une fois n'est pas coutume, des nappes de mellotron font sonner les harmoniques, faisant décoller cette musique de la terre rugueuse vers les étoiles.

note       Publiée le samedi 4 février 2006

partagez 'American stars 'n bars' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "American stars 'n bars"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "American stars 'n bars".

ajoutez une note sur : "American stars 'n bars"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "American stars 'n bars".

ajoutez un commentaire sur : "American stars 'n bars"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "American stars 'n bars".

Rikkit › jeudi 7 novembre 2019 - 22:13  message privé !

Oui, Skynyrd c’est plus que Free Bird. Les deux premiers sont d’une rare profondeur, c’est beau, c’est le sud cramé, sale pauvre et désabusé mais on joue parce que, ça, jouer, malgré tout, c’est pas si mal.

Sinon, le seul des 70’s que je ne connaisse pas, je vais ptet me chauffer..

Dioneo › jeudi 7 novembre 2019 - 13:40  message privé !
avatar

OK. (Sinon ce disque il est bien, comme on disait plus tôt).

nicola › jeudi 7 novembre 2019 - 13:38  message privé !

Dans le premier sens bien sûr.

Dioneo › jeudi 7 novembre 2019 - 12:17  message privé !
avatar

Ben oui, aussi - il dit qu'il ne se rappelle plus pourquoi il s'était mis à soutenir Reagan par exemple, mais on n'est pas obligé non-plus de le croire ou d'en conclure que "ah bon alors ça va", quelque soient l'estime/l'amour de sa musique qu'on ait pour le gars.

(Et j'allais dire "Et ?" mais si ça se trouve tu dis ça en allant dans le sens de mon "tout ça n'est pas si connement tranché qu'on nous le vend" que dans celui du "fuck Neil Young" hellfestien du remplaçant de remplaçants actuel ?)

nicola › jeudi 7 novembre 2019 - 12:02  message privé !

Et d’ailleurs, Neil Young a eu une période réac.