Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTMcCoy Tyner › The real McCoy

McCoy Tyner › The real McCoy

5 titres - 37:05 min

  • 1/ Passion Dance (8:44)
  • 2/ Contemplation (9:10)
  • 3/ Four by Five (6:33)
  • 4/ Search for Peace (6:27)
  • 5/ Blues on the Corner (5:58)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 21 avril 1967

line up

Ron Carter (contrebasse), Joe Henderson (saxophone ténor), Elvin Jones (batterie), Mccoy Tyner (Piano)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
jazz modal
post bop
Styles personnels
hard bop > jazz modal

McCoy Tyner tourne définitivement le dos à sa période Impulse! Après avoir trôné en bonne place dans le quartette de John Coltrane et s'être abandonné à son tour à l'exercice du frontman, le voilà qui débarque chez Blue Note avec un contrat de sept disques sous le bras. Il prend tout de même avec lui l'élastique Elvin Jones avec lequel il va fonder un quartette qui, en bien des points, nous ramènera aux bons souvenirs de l'époque bénie de "A Love Supreme". Avec Ron Carter à la contrebasse et Joe Henderson - qui d'autre ? - au saxophone ténor, "The Real McCoy" se veut un disque sans fioritures, motivé par et pour le plaisir de jouer. Et cela s'entend dès les premières mesures d'un "Passion Dance" bien nommé. "Four by Five", "Search for Peace", "Blues on the Corner" immortalisent ce qui est déjà devenu une école, une manière de faire, une manière de vivre, propre à l'épopée Cotranienne. Bien que souvent déconsidéré pour sa progression d'accords trop simpliste aux yeux et aux oreilles de l'élite bien pensante, je jette personnellement mon dévolu sur un autre tour de force au titre encore une fois bien choisi : "Contemplation". Une ballade langoureuse à l'atmosphère déchirante. A tour de rôle, chacun des musiciens donnent vie à ce titre de dix minutes qui semble comme se mouvoir sous nos pieds. Un appel céleste, ô combien vital, comme ceux criés par Coltrane, qui partaient de ses tripes pour atteindre une puissance, quelle qu'elle fût, cachée dans les cieux, derrière un rideau de nuages. Un moteur, une force qui vibre sous la résonnance de sa propre fragilité et de l'intensité de son écho désespéré à exhorter l'homme à se dépasser chaque fois. Un moment rare qui confine au sublime.

note       Publiée le vendredi 25 juillet 2003

partagez 'The real McCoy' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The real McCoy"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The real McCoy".

ajoutez une note sur : "The real McCoy"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The real McCoy".

ajoutez un commentaire sur : "The real McCoy"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The real McCoy".

vartan › vendredi 26 juin 2009 - 17:35  message privé !

Tout à fait d'accord. Un des plus usé de mes CD jazz, même si j'irais plus spontanément encenser le génie de tel autre. C'est étonnant comme chaque piste est un drame en miniature.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › lundi 25 juin 2007 - 17:59  message privé !
Un classique, le genre de disque qui a tourné mille fois sur ma platine comme sur celle de biens d'autres musiciens. Effectivement, le point culminant est "Contemplation" (même si "Passion Dance" et "Search For Peace" sont génialissimes). Henderson y grave un de ses plus beaux solos avec derrière lui un Elvin Jones invraisemblable. Quelque chose de tragique se joue dans cette musique. Vital.
Note donnée au disque :       
newbie › samedi 12 mai 2007 - 16:48  message privé !
Sentiment mitigé...
Note donnée au disque :