Vous êtes ici › Les groupes / artistesRLou Reed › Coney Island Baby

Lou Reed › Coney Island Baby

cd • 8 titres • 35:34 min

  • 1Crazy Feeling2:54
  • 2Charley's Girl2:34
  • 3She's My Best Friend5:58
  • 4Kicks6:02
  • 5A Gift3:43
  • 6Ooohhh Baby3:45
  • 7Nobody's Business3:42
  • 8Coney Island Baby6:36

enregistrement

New-York, Etats-Unis, octobre 1975.

line up

Lou Reed (chant, guitare, piano), Bob Kullick (guitare), Bruce Yaw (basses), Michael Suchorsky (batterie), Joanne Vent (chœurs), Michael Wendroff (chœurs), Godfrey Diamond (chœurs)

remarques

chronique

Styles
folk
rock

"Sortez-nous ce que vous voulez, pourvu que ce ne soit pas un Metal Machine Music 2", aurait dit le patron de RCA à Lou Reed pour son disque suivant. Effectivement, après ce mémorable coup d'éclat qui dut lui valoir la haine farouche de bien des fans de la première heure, Louis s'est élégamment rattrapé avec ce "Coney Island baby", qui présente au premier abord un folk/rock urbain à la production peu brillante et aux compos ne payant pas de mine. Lou Reed s'y présente en dandy cynique mais sympathique ("I'm just a gift to the women of this world"...) et nous offre une petite galerie de portraits et d'histoires d'amour issue de la Grosse Pomme, éternelle source d'inspiration. Un disque plaisant et modeste, donc ? Pourtant, lorsqu'on prend la peine de s'y attarder, on ne laisse pas de découvrir que derrière cette country des villes, ce blues décadent, ces titres mid-tempos qui semblent anodins, parfaite musique d'ambiance, il y a un des tous meilleurs disques de Lou Reed, le truc peu connu dont on aime à se parler discrètement entre amoureux du bonhomme. Après un "Crazy feeling" enjoué et léger, parfait pour nous introduire dans le grand cirque new-yorkais, Lou nous entraîne irrésistiblement avec lui et ne nous lâche plus. Les discrètes guitares électriques enrobées par les rythmiques charmeuses à la gratte sèche et par des choeurs de plus en plus envoûtants ont, au fil des écoutes, un pouvoir de fascination que je ne saurais décrire. Il n'y a pas moyen de séparer les chansons les unes des autres tant ce disque est homogène. Il faut tout prendre ou tout laisser. D'abord rebuté, on se laisse progressivement gagner par cette atmosphère un peu enfumée, conviviale, pas inquiétante pour deux sous mais simplement... familière. Oui, voilà le secret de cet album : il sait devenir, inexplicablement, proche, intime, à l'exemple de la voix de Lou Reed qui semble dans la chanson éponyme nous chuchoter ses secrets au creux de l'oreille. Un critique a un jour parlé de ce disque comme d'un "disque-drogue", qu'on fait tout pour éviter mais dont on finit par ne plus pouvoir se défaire. Je ne suis pas encore tout à fait accroc, mais je sens que cela ne va plus tarder.

note       Publiée le vendredi 30 décembre 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • (N°6)
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Coney Island Baby" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Coney Island Baby".

notes

Note moyenne        8 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Coney Island Baby".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Coney Island Baby".

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

The Bells j'ai c'est 79 , bon bah je tente le suivant alors The Blue Mask, merci :)

Message édité le 15-08-2022 à 15:25 par ProgPsychIndus

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Personnellement, j'aime assez The Bells, The Blue Mask, Songs for Drella avec Cale, et puis New York n'est pas si mal...

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

Effectivement un très bon Lou que celui ci , "Street Hassle" c'est du bon aussi , j'aime assez tous les albums de Lou dans les 70ies , il y en a des plus ou moins géniaux , mais j'y trouve toujours un grand plaisir. Par contre je n'ai jamais écouté ce qu'il a fait après dans les 80ies , un conseil pour démarrer ou il faut oublier cette période ?

(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Et après, si finalement c'était celui-ci le meilleur album de Loulou depuis le Velvet ? Oui, les meilleurs moments de Transformer sont indépassables, mais y a aussi des trucs qui sentent quand même le David Bowish à côté, le début de Berlin est magistral et la fin pas loin de l'être, mais je lui ai toujours trouvé un ventre mou, RnR Animal c'est Lou Reed joue le Velvet à L'Oktoberfest, c'est sympa mais ça donne mal au crane le lendemain (et MMM c'est disqualifié). La chro tape juste, l'album paraît modeste, humble, l'opposé de Loulou quoi, mais c'est juste une succession de bons morceaux, aux arrangements fignolés aux petits oignons, il s'y montre même un peu drôle (A Gift, con et cool comme du Ween), intime est bien le mot pour résumer l'atmosphère, mais pas une intimité pouet-pouet à la grand écrivain qui chronique son époque, non non, Loulou raconte ses petites histoires l'air de pas trop y toucher, Loulou est reposé, Loulou est à la cool. Un vrai goût de revenez-y celui-ci.

Message édité le 15-08-2022 à 13:52 par (N°6)

Note donnée au disque :       
Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Donc la pochette de Rock n' Roll Animal est cool, mais j'aime moyennement la musique. Là j'aime pas la pochette mais la musique est belle, ressemblant plus à Street Hassle mais en moins énervé et retors, de loin, comme ça. Il passe très bien !