Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Bandes originales de films › City Of Industry

Compilations - Bandes originales de films › City Of Industry

  • 1997 - Island, 524 308-2 (1 cd)

cd | 10 titres | 56:17 min

  • 1 Three [Massive Attack]
  • 2 Last Night (Darkest Hour Mix) [Lush]
  • 3 Overcome [Tricky]
  • 4 Bug Powder Dust (UK Album Version) [Bomb The Bass]
  • 5 Rocco (Sing For A Drink Mix) [Death In Vegas]
  • 6 Walking Through Water [Palm Skin Productions]
  • 7 Call A Cab [Lionrock]
  • 8 Degobrah (Jupiter Mix) [Butter 08]
  • 9 The Hidden Camera (Static Mix) [Photek]
  • 10 Mr. Jones [Red]

chronique

B.O. des années 90, volume je sais plus combien... Vous parler de chacune d'entre elles c'est aussi jeter des passerelles vers plusieurs groupes pas forcément proches. Celle-ci en revanche est plutôt cohérente dans son genre - mattez un peu la liste - amalgamant un genre de condensé cliché des 90's versant trip-hop big beat. J'ai un souvenir assez flou mais persistant de City Of Industry, recommandé par un daron qui s'y connaît en années 90 puisqu'il les a traversées adulte ou à peu près, contrairement à bibi qui n'y a été que chiard, et qui m'a fait découvrir le tube de Death In Vegas, un des meilleurs remixes de ces années fastes en remixes-qui-butent. City Of Industry, neo-polar à la Michael Mann en vacances, film à ambiance avec son Keitel viok de chez viok et son Dorff crevard de service. Son De Niro et son Val Kilmer maison, donc... Plus quelques second rôles de fond de bac (type celle qui faisait la russkoff de Goldeneye là, avec son coup de ciseaux jambal à la Kathleen Turner dans la Guerre des Rose). Et B.O. on ne peut plus nineties. Dans le versant 100% anglais, principalement trip-hop et breakbeat, gentiment expé (le psyche-sampling pépère de "Call A Cab") et abrutissant ("Degobrah"), mais hormis trois-quatre titres spécifiques rien de mémorable. Intro évidemment imparable avec la house rampante et sexuelle de Massive Attack sur "Three". Doublé gagnant avec l'un des titres les plus cliché mais les plus vénéneux de Tricky, avec lequel seul "Sex" de Lovage peut sérieusement rivaliser dans ce style précis de trip-hop plus moite qu'une entrecuisse dans un sauna. Le breakbeat funky-glacial de Photek le fait pas mal du tout et me donne à chaque écoute de cette B.O. envie de tester leur disco, sans jamais me décider à franchir le cap. Merde, y a même du Bomb The Bass, le truc que je n'ai jamais écouté qu'en compilation pour faire simple, ici dans un exercice The Prodigy discount plutôt gouleyant. Le shoegaze remixé (Lush, groupe dont je n'ai toujours esgourdé aucun album mais qui pourrait me plaire), même constat que pour Photek. Mais la pièce de choix reste bien le Death In Vegas, la suite étant de l'ordre du gadget nineties. Pur remix, à coup sûr la meilleure chose qui aie jamais été certie de leur blase, montée, montée... Grisant. Le remix rêvé que Leftfield feraient à partir d'un tube quelconque de Moby par Leftfield ou un truc du genre, mais à coup sûr une petite tuerie. On restera là-dessus, ça évitera de parler de ce morceau abstract-downtempo un peu tofu de Palm Skin Productions, pas mauvais mais parfaitement lisse en dehors du film. Une compile-B.O. fonctionnelle tout connement, que je note au nombre de pièces d'un euro qu'elle m'a coûté puisqu'elle ne vaut guère plus.

note       Publiée le dimanche 13 décembre 2015

partagez 'City Of Industry' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "City Of Industry"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "City Of Industry".

ajoutez une note sur : "City Of Industry"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "City Of Industry".

ajoutez un commentaire sur : "City Of Industry"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "City Of Industry".

(N°6) › dimanche 13 décembre 2015 - 11:39  message privé !
avatar

Lush, Butter 08 et Photek sur le même BO. Pas dégueux comme mélange.

born to gulo › dimanche 13 décembre 2015 - 09:26  message privé !

Bomb the Bass, le groupe que je n'ai jamais écouté qu'en b.o. de jeux vidéo (des Bitmap Brothers), pour faire simple. Eux et Nation 12, souvenirs... Sinon, en effet, Death in Vegas, le seul vrai morceau tuant de Maxinquaye, le seul vrai bon morceau de Massive Attack et de Nicolette, et puis quoi ?

Note donnée au disque :