Vous êtes ici › Les groupes / artistesYYbrid › Defixio - Ex Nihilo Nihil

Ybrid › Defixio - Ex Nihilo Nihil

  • 2005 • Xunk XKCD003 • 2 CD

defixio • 11 titres

  • 11/ Sodome & Adama (10:12)
  • 22/ Xenia (5:53)
  • 33/ Escaria (5:58)
  • 44/ Echidna (5:27)
  • 55/ Mettalepsis (6:13)
  • 66/ Dragonid (5:11)
  • 77/ Defixio (5:30)
  • 88/ Logo-Denning-Dal (6:19)
  • 99/ Epsy (5:37)
  • 1010/ Gogoll & Paradise (5:55)
  • 1111/ Elfik (5:41)

ex nihilo nihil • 10 titres

  • 11/ Ex Nihilo Nihil (5:59)
  • 22/ Venenum (5:09)
  • 33/ Thrips (6:00)
  • 44/ Gwox (5:33)
  • 55/ Zabolika (4:14)
  • 66/ Commixtio (4:13)
  • 77/ Ngawaxxx (6:02)
  • 88/ Virga (6:22)
  • 99/ Yaena (4:41)
  • 1010/ Ignibilis (11:40)

enregistrement

Mastered By - Hubert Marniau

line up

Sylvie Egret (tout), Camille Hamel (voix)

remarques

Il s'agit de la réédition CD du LP 'Defixio' + bonus ainsi qu'un CD supplémentaire

chronique

Styles
indus
techno
techno hardcore
Styles personnels
terrorcore/ambient hardcore

Sylvie Egret alias Ybrid prend le pari risqué de construire un univers bien à elle, à mi-chemin entre le meilleur de la frenchcore (Laurent Hô, Manu le Malin) et la gabber de rotterdam, le tout saupoudré d’une bonne dose de fin du monde. Une ambiance apocalyptique se dégage alors de l’hybridation du happy hardcore qui se retrouve fondu dans des ambiances rappelant parfois un early In Slaughter Natives qui aurait bouffé du beat (‘Escaria’). Des titres précis et ravageur, qui se refusent à toute concession sur l’aspect dansable de cette orgie électro-industrielle. Si quelques fautes de goût sont encore discernables (pourquoi, Grands Dieux pourquoi doit-ont encore se farcir ‘mothafuckaaaa’ sur ‘Defixio’ ?) l’ambiance est définitivement à l’horreur et aux rave infernales auxquelles assistent les démons du septième Cercle (pas les autres, ils préfère le breakcore). La tuerie du disque, c’est ‘Echidna’, parangon de l’ambiance rêvée dans toute soirée ‘dark’ qui risque bien de faire fuir quelques gamines qui se pensaient assez âgées pour enfiler les inévitables masques à gaz et tenues en cuir. Dur aussi de résister à l’incroyable montée en tension de l’inarrêtable ‘Dragonid’. Si le premier disque, réédité d’un vinyle, est marqué par l’aspect ‘tubes en puissance’, Ybrid ne s’y complait pourtant pas, en témoigne le second disque qui nous offre ce qu’elle a de plus calme et décalé. On jurerait entendre de l’ambient hardcore (sic) à l’instar de l’ambient psytrance, pour ralentir un set ou pour faire croire à ceux qui sont à moitié cuits qu’ils sont toujours en train de danser en rythme. ‘Zabolica’ ne contient d’ailleurs aucun beat, flirtant librement avec l’ambient néoclassique d’un In The Nursery. Les autres titres, fortement évocateurs (‘Venenum’, le superbe ‘Virga’) ne s’inquiètent pas de la façon dont on les écoute – ils vivent leur vie de mutants, assumant pleinement de n’appartenir à aucune scène en particulier. Et derrière tout ce beau monde, une amoureuse du son, qu’il soit délicat et enchanteur ou viril jusqu’à la caricature.

note       Publiée le vendredi 8 février 2008

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Defixio - Ex Nihilo Nihil" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Defixio - Ex Nihilo Nihil".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "Defixio - Ex Nihilo Nihil".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Defixio - Ex Nihilo Nihil".

brighter_paëlla_now › jeudi 19 février 2009 - 12:37 Envoyez un message privé àbrighter_paëlla_now

Defixio trouvable à moins de 4€ sur le shop d'Ozore (http://www.ozore.org)

brighter_paëlla_now › lundi 18 février 2008 - 20:22 Envoyez un message privé àbrighter_paëlla_now
"Si quelques fautes de goût sont encore discernables (pourquoi, Grands Dieux pourquoi doit-ont encore se farcir ‘mothafuckaaaa’ sur ‘Defixio’ ?)" Mouais je vois assez ce que tu veux dire - même sans avoir cet album. Je n'ai que Khaos De Viscera, pas mal mais BLINDé de samples de rires de goblins ridicules qui fleurent bon les compil' Thunderdome ...
michel rocard › vendredi 15 février 2008 - 20:55 Envoyez un message privé àmichel rocard
Ah ouais, recommençons ce débat.
Wotzenknecht › jeudi 14 février 2008 - 20:38 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar
Bé justement, ils n'ont rien de singuliers... ils sont même parfaitement en surface de ce qu'ils avancent... quant à l'objectivité, je crois qu'elle n'a jamais fait partie de ce site =)
Agathes › jeudi 14 février 2008 - 20:30 Envoyez un message privé àAgathes
Chronique qui manque en mon sens cruellement d'objectivité, on sent d'ailleurs une certaine amertume de la part du chroniqueur vis à vis de la scène Hardcore et de ses fan's plutôt singuliers, néanmoins c'est toujours bien de voir voir ce genre d'artiste sur Guts Of Darkness : )