Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Bandes originales de films › True Romance

Compilations - Bandes originales de films › True Romance

cd | 12 titres | 46:54 min

  • 1 You're So Cool [Hans Zimmer]
  • 2 Graceland [Charlie Sexton]
  • 3 In Dreams [John Waite]
  • 4 Wounded Bird [Charles & Eddie]
  • 5 I Want Your Body [Nymphomania]
  • 6 Stars At Dawn [Hans Zimmer]
  • 7 I Need A Heart To Come Home To [Shelby Lynne]
  • 8 Viens Mallika Sous Le Dome Épais [Léo Delibes]
  • 9 (Love Is) The Tender Trap [Robert Palmer]
  • 10 Outshined [Soundgarden]
  • 11 Amid The Chaos Of The Day [Hans Zimmer]
  • 12 Two Hearts [Chris Isaak]

remarques

La tracklist imprimée contient une coquille à la piste 8 : "...sous le Dome Edais"

chronique

True Romance ? Trois scènes. Trois scènes ne font pas un grand film. Mais ces trois scènes pourraient servir pour dérouler trois films. Freak-attitude, noire drôlerie, violence débile... Culte n'est pas galvaudé. On peut canoniser Gary Oldman et Dennis Hopper pour ces succintes mais glorieuses minutes, mention plus qu'honorable à Patricia pour un catch dangereux. D'ailleurs concernant Hopper, le Delibes m'y renvoie dès que j'entends le duo de sopranos archi-célèbre, je pense pas à une des nombreuses pubs qui ont utilisé cette musique non, mais glousse systématiquement comme un demeuré en me remémorant le rire nerveux du mafioso après cet exposé jouissivement roublard des origines siciliennes... Et question soprano tant que j'y suis, Patricia prend cher avec Gandolfini, mais la parité homme-femme est magnifiquement rétablie, c'est encore tout l'art de la fiction. "Come on baby stick it in daddy". Du reste je me rends compte que le gros rital m'a plus marqué que Walken et son écharpe fine, une de ses prestations de porte-flingue qui éclipse tranquillou le capo di tutti capi. Superbe brochette de seconds rôles. En fait, True Romance est un peu le film oublié de Tarantino, le petit frère friandise de Tueurs-Nés (ou un Sailor & Lula pour prolos), un film dans lequel Tarantino a mis trois dialogues dans son style de fiston ricain dégénéré d'Audiard, qui reflètent bien sa période Pulp Fiction, son junk-ciné avec des acteurs et textes jouissifs... On peut en revanche considérer la B.O., autant que la partie eau-plate du film, comme la parfaite petite compilation sympathique-anecdotique ("very cool music" dixit la pochette), le classique goodie pour radio-cassette, même si j'adore cet hommage mignon à souhait de Hans Zimmer au "Glassenhauer" de Carl Orff servant de thème à Badlands (dont True Romance est un peu la descendance discount, c'est cohérent) car c'est un peu la ritournelle innocente de ces matins où je me lève en me disant "cette fois-ci je plaque tout, et je me barre loin, avec un xylophone dans la tête"... Hélas, tous ces disques, quel boulet ! Zimmer tiens, c'est bien un compositeur grand public des moins fins qui soient, mais son deuxième thème réminiscent des plus énergiques de Rain Man me donne envie de débarquer à Vegas avec mon autiste et de rafler la mise (le troisième thème est un mélange de musique soap et de Hisaishi que tous ne supporteront pas)... Je ne résiste pas non plus au plaisir de m'enquiller un petit Nymphomania (on peut faire des chorégraphies effrayantes là-dessus) et son style mortellement snapien agrémenté de samples orgasmiques pur PVC, car la dance de qualité a existé. Si vous n'aimez pas n'en dégoutez pas les autres (or "you're too SCAYYYRED of eatin'" comme dirait mon Drexou). Seul passage stroboscopique dans un ensemble assez "poster Marlboro". Soundgarden brille certes mais "Outshined" est un choix très classique (pour la très succinte scène avec Bardou Pittou en squatteur ensuqué, de mémoire). Chris Isaak est toujours bienvenu dans le quotidien, mais pour le célibataire c'est un peu couillon... Le reste contient du rock, pop et crari americana, et du crooner, aussi stupéfiants qu'un one dollar bill. Easy-listening. Oui, on ne gagne pas à tous les coups avec les B.O. compilations sur Guts of Darkness... Celle de True Romance, gentiment bigarrée, et perdant sûrement à ne pas comporter au les samples des répliques de Drexl au moins, trouvera toute son utilité dans un bouge paumé en plein désert californien type resto-route, au crépuscule. Serveuse vieille fille en 501 moulant apportant steak-frites. Casual road-movie-music.

note       Publiée le dimanche 13 décembre 2015

partagez 'True Romance' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "True Romance"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "True Romance".

ajoutez une note sur : "True Romance"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "True Romance".

ajoutez un commentaire sur : "True Romance"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "True Romance".

Raven › mardi 15 décembre 2015 - 13:31  message privé !
avatar

Clarence lui va comme un gant en effet.

Note donnée au disque :       
born to gulo › lundi 14 décembre 2015 - 08:02  message privé !

Personnellement, le claqué-pointé du doigt suffit à mon bonheur. Et le "always liked you, Clarence ; always will". Il s'appelle bien Clarence ? Je le vois bien s'appeler Clarence.

Raven › lundi 14 décembre 2015 - 02:37  message privé !
avatar

J'ai pas accroché à ce gimmick...l'effet était un peu bidon pour moi, le truc très bon sur papier sûrement, mais il aurait fallu mettre Danzig.

Note donnée au disque :       
born to gulo › dimanche 13 décembre 2015 - 17:09  message privé !

Tu ne dis pas mot des scènes de Val Kilmer et c'est moche.