Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsychic TV › Pagan day

Psychic TV › Pagan day

cd • 12 titres

  • 1Cadaques
  • 2We kiss
  • 3Opium
  • 4Cold steel
  • 5L.A.
  • 6Iceland
  • 7Farewell
  • 8Translucent carriages
  • 9Paris
  • 10Baby's gone away
  • 11Alice
  • 12New sexuality

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Genesis P.Orridge, Alex Fergusson

remarques

chronique

Styles
dark folk
new wave
pop
Styles personnels
summer of love claustrophobe

Etrange album que ce ‘Pagan Day’…Essayez d’imaginer l’instrumentation de ‘Nada !’ de Death in June jouée par Current 93 sur un quatre-pistes enregistrée en une seule journée et vous entreverrez l’atmosphère de cette galette qui se cache à peine d’être une collection de démos plus que de réelles morceaux (plusieurs seront retravaillées pour ‘Allegory & self’) interprétées des seuls Genesis P.Orridge et Alex Fergusson. Boîtes cheap, claviers branlants, guitare maladroites pas toujours justes, l’album dégage tout d’une esquisse aux limites de l’impro plus que d’un tableau abouti. Il dégage pourtant une forme de pureté exposant à nu le processus de composition avec, se dégageant d’un magma de pièces mal assurées, de véritables perles. Ainsi le brillant et émouvant ‘Cadaques’ introduit par la voix toute mimi de la petite Caresse (‘Hello Psychic TV people’): ses lignes de synthé flûté, ses guitares darkfolk, dégagent une forme de langueur estivale un peu toxique des plus prenante. ‘New sexuality’ est géniale également; imaginez une version démo désossée du ‘Chase’ de Moroder avec la voix si unique de P.Orridge à la récitation, fantastique ! Entre les deux, on retiendra une belle version low-fi et intimiste de ‘We kiss’ (les fans de Paul Roland adoreront) touchante, un ‘Cold steel’ dans la plus pure tradition Velvet Underground (étonnamment, cette production minimale confère un charme trouble) ou un ‘Translucent carriages’ très dark folk brut (le parallèle avec Paul Roland me frappe à nouveau, dans une option plus barrée). On remarque à quel point P.Orridge parvient à dégager des choses avec sa voix bien qu’il ne soit pas un grand chanteur. Les autres pièces sont plus anecdotiques même si pas dénuées d’intérêt, à écouter comme une série de brouillons inspirés (‘Paris’ plutôt bon avec sa grosse guitare et son petit synthé en arrière-plan, ‘Iceland’ et ses étrange accords d’orgue bizarres…). ‘Baby’s gone away’ sonne trop comme une version démo pour me satisfaire pleinement, il lui manque le charme de l’immédiateté mais elle est presque trop travaillée déjà. C’est peut-être l’élément le plus hallucinant au final, sortir un tel disque capable de dégager des choses fortes avec zéro production, deux sous de moyen et une interprétation bancale. Et pourtant…A noter un bonus, ‘Farewell’, dans une veine Velvet Underground version new wave, parfum pop 60’s sur fond de boîte, très cool. 4,5/6

note       Publiée le vendredi 11 septembre 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Pagan day".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Pagan day".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Pagan day".

Twilight › lundi 21 septembre 2020 - 23:43  message privé !
avatar

Merci, c'est moi qui avait besoin de me décoincer ^^. Je redoute le moment où il faudra s'atteler au coffret 'Themes', hihihi.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › lundi 21 septembre 2020 - 21:32  message privé !
avatar

Un grand bravo pour tout cet abattage, Twilight ! Il était grand temps.