Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsychic TV › Temporary Temple & Atonal

Psychic TV › Temporary Temple & Atonal

cd • 2 titres

  • 1Temporary Temple
  • 2Nusery times - Skinhead Moonstomp

enregistrement

Plage 1 enregistrée live dans un bâtiment abandonné de Dayton Park, Londres, Grande-Bretagne, le samedi 28 juillet 1984. Plage 2 enregistrée live au Berlin Atonal Festival, Berlin, Allemagne, le vendredi 2 décembre 1983.

line up

Genesis P-Orridge, Alex Fergusson, Nains, John Gosling, Alaura (piste 1); Genesis P-Orridge, Alex Fergusson, Peter Christopherson, Paula P-Orridge, Geoff Rushton, John Goslin (piste 2)

remarques

Le cd est présenté sous le nom de Genesis P-Orridge & Psychic TV.

chronique

Styles
indus

Il est évident que ces lives innombrables de Psychic TV ne sont pas nécessaires, cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont tous mauvais. En sélectionnant le bon grain de l’ivraie (tâche peut facile, j’en conviens), certains permettent de présenter un aspect du groupe pratiquement inexistant en studio. Pour les mordus d’indus old school, cette édition groupant un live de 1984 interprété dans un bâtiment en ruines de Londres (d’où le titre) et deux morceaux datant de l’année précédente au Atonal Festival de Berlin pourrait présenter des arguments aptes à les séduire. ‘Temporary Temple’ se présente comme une pièce de 40 minutes, extrême tribale dans sa conception puisqu’elle est rythmée en permanence par les mêmes percussions martiales (pas toujours 100 % précises d’ailleurs) qui évoluent progressivement en roulements tandis que la basse martèle et que la guitare s’évade des couinements grinçants. C’est comme une transe évoluant par vagues enflant en crêtes, semblant se fatiguer, se recroqueviller sur elles-mêmes avant qu’un courant ne les relance de plus belle. Même l’apparente évolution (ultra) dark ambient après vingt-deux minutes n’est que leurre puisque les percussions reprennent vite leur travail même si le ton général se fait moins saturé, plus dépouillé, plus inquiétant aussi. La qualité n’est pas excellente à 100% (sinon ce live aurait été une tuerie) mais reste très correcte, l’acoustique est particulière, l’ambiance de la soirée spéciale. Pas de chant, tout est axé sur le son et notamment ces rythmiques martiales qui renvoient Death in June jouer aux billes dans la cour de récré. Le final, sans roulements avec hurlements de loup, voix d’enfants sauvages, aboiements, est proprement glaçant, spectral même. Ceux qui y assistaient on certainement vécu un grand moment tant musical que spirituel. ‘Nursery times-Skinhead moonstomp’ conserve la touche grinçante avec des sonorités de grattes et de violon comme autant d’aiguilles chinoises. L’aspect tribal des rythmes est moins marqué mais présent. La différence réside surtout dans la présence de chant, Genesis se lâche comme un beau diable derrière le micro, prêchant, hurlant, se révulsant. Du moins sur la première partie car la seconde est d’une violence organique jouissive avec toujours ces grincements et un son de basse monstrueux comme un mammouth au pas. Par instant on frise la folie tant le chanteur paraît se perdre dans ses propres vocalises. C’est quelques bribes des moments les plus violents de Throbbing Gristle sur scène que l’on retrouve ici (je pense notamment à la fameuse vidéo de ‘Discipline’) et ça fait du bien là où ça fait mal. Un pur bloc de noirceur indus old school à s’envoyer dans la gueule ou ailleurs, sans vaseline. 4,5/6

note       Publiée le dimanche 25 octobre 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Temporary Temple & Atonal".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Temporary Temple & Atonal".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Temporary Temple & Atonal".