Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsychic TV › The Alienist

Psychic TV › The Alienist

cd • 4 titres

  • 1Jump Into The Fire
  • 2Looking For You
  • 3How Does It Feel
  • 4Alienist

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Studio G, Brooklyn, New-York, USA.

line up

Genesis Bryer P-Orridge (chant), Alice Genese (basse, choeurs), Edley ODowd (batterie, percussions, effets), John Weingarten (synthé, clavier, piano, choeurs), Jeff 'Bunsen' Berner (guitare, synthé, basse, programmation, choeurs)

remarques

chronique

Oui mais non, parce que bon, hein…J’en ai marre aussi, il y a de tout là dedans et c’est cohérent et c’est bien, merde à la fin ! Comment parler de ce disque qui mêle pop, psychédélisme, post-rock, post-punk, progressif, le tout cuisiné sauce P-Orridge et amis. Quatre titres, hein ? Sauf qu’il y en a pour plus d’une demi-heure de musique. Tout démarre avec une reprise pleine d’entrain du ‘Jump into the fire’ de Harry Nillson, un morceau incluant des thèmes chers à l’artiste qui aimait à citer une phrase résumant la soif de vie de feu son âme soeur Lady Jaye :’If you see a cliff, jump off’. La base rock est conservée au départ avec le piano bien présent et une guitare psyché mise en valeur mais un grand pont nettement plus ambient, après près de quatre minutes, va permettre à Genesis de psalmodier des vocaux se noyant dans une réverb’ discrète avant de glisser à nouveau vers le thème de départ pour un final déchaîné presque ‘Stonien’. Encore plus long (presque 12 minutes), ‘Im’ looking for you’, une composition propre, nous emmène dans des climats plus tripés et lents, menés par l’omniprésence d’un thème de synthé. Subtilement, l’air de rien, l’ambiance se charge, la batterie multiplie les roulements, les sonorités d’arrière-plan enflent, le synthé paraît se muer en guitare électrique qui perd complètement la tête…Un break ambient trompeur et ça repart, Genesis magistrale dans sa récitation, avec une accélération subite sur la toute fin qui se conclut en apothéose tendue et grinçante. Seconde reprise, british cette fois-ci, avec ‘How does it feel’ de The Creation. Atmosphère rock psychédélique lourde et électrique avec orgue, guitare voltée. Même la voix sonne légèrement comme celle d’un rocker bluesy (les bronches goudronnées en moins). On pourrait s’en étonner mais on se souviendra que le collectif est coutumier des reprises, à ce détail près que le ton est moins à l’audace même si le résultat est probant. Etonnamment, ‘Alienist’ s’écarte légèrement du chemin psychédélique pour s’engouffrer dans un post-punk mâtiné d’effluves acid discrètes dans les sonorités synthétiques et le côté groovy du rythme, comme si les artistes honoraient cette époque-là de la carrière du collectif. Un disque efficace donc, spécial, mais accessible comparé à d’autres, avec cette touche cosmique, céleste presque, symbolisée par la pochette. Genesis Bryer P-Orridge verra 2016 comme le zénith de sa carrière, une exposition, ce disque, des concerts, du mannequinat, avant l’annonce de la terrible nouvelle. ‘The alienist’, le chant du cygne de celle décrite par le créateur Marc Jacobs comme ‘une sorte de définition vivante de réalité et d’authenticité’. R.I.P.

note       Publiée le lundi 26 octobre 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Alienist".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Alienist".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Alienist".