Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsychic TV › The evening sun turns crimson

Psychic TV › The evening sun turns crimson

cd • 2 titres

  • 1Live Musical Performance to Derek Jarman’s In The Shadow Of The Sun (part 1 - Live At Cafe Oto, London England May 23 2017)
  • 2Live Musical Performance to Derek Jarman’s In The Shadow Of The Sun (part 2 - Live At Cafe Oto, London England May 23 2017)

enregistrement

Enregistré live au Café Oto, Londres, Angleterre, le 23 mai 2017

line up

Genesis P.Orridge (violon, effets), Edley Odwod (batterie, percussions), Alice Genese (flûte), Jeff Berner (guitare, effets), John Weingarten (clavier)

remarques

chronique

Quiconque est familier avec Genesis P.Orridge et son univers multi-facettes sait à quel point il admire Derek Jarman et ne manque jamais une occasion de lui rendre hommage, sans compter la collaboration puisque tous deux avaient joué ensemble dans le court-métrage ‘Dead Cat’ dont Psychic TV signe la musique. C’est le même domaine d’activités que concerne ce cd, le dernier officiellement sorti par le collectif. A l’époque, Jarman avait déjà approché Throbbing Gristle pour qu’ils composent la musique de son film ‘In the shadow of the sun’, laquelle sortira indépendamment en 1984. Trente-trois ans plus tard, c’est Psychic TV qui va cette fois proposer deux B.O. pour le film en live au Café Oto à Londres. La première interrogation est de questionner la pertinence de la démarche. Peut-on se coltiner une bande originale sans le support visuel ? Surtout quand il s’agit d’art et d’essai ? Pas évident de trancher la question. Dans le cas nous occupant, il est clair qu’il n’est pas évident de s’enfiler ces deux pièces. Je conseillerais en tout premier de monter le volume et d’éteindre les lumières; une écoute pleine et concentrée est nécessaire car cette musique est subtile, faite de montées, de descentes, de recoins, de grincements, de nappes enflant, retombant, de coups, de faux silences, dramatique, angoissante, calme…Il faut se couper du monde et se laisser pénétrer par ces sons pour en goûter la moelle. Peu de redondances, cette musique est en perpétuel mouvement, en mutation, sans jamais donner la moindre piste quant à ses buts. Les instruments utilisés sont majoritairement acoustiques: flûte, violon, percussions, guitare, tout repose sur des grattements, des montées, des effets, quelques échos, peu ou pas de mélodie ici. Tel n’est pas le propos. Ecoutée très fort, dans l’obscurité, avec quelques bâtons d’encens, elle peut revêtir un aspect rituel aux limites du sacré mais sans les conditions adéquates, elle ennuiera profondément. Le moindre souffle, le moindre silence a son importance dans ce jeu d’ombres sonore, c’est dire s’il est important d’être prêt à le recueillir. Différentes et très proches, les deux parties forment un tout complémentaire à écouter comme du dark ambient dans sa forme la plus rêche. Je ne suis toujours pas sûr que graver sur sillons cette performance était une nécessité mais le résultat est bien là. La prise de son est à la hauteur mais le jeu en douceur et subtilité requiert vraiment les conditions mentionnées et malgré de fugaces instants de grâce, la tension ne retombe jamais vraiment. En même temps, les films de Jarman ne sont pas destinés à se reposer en pantoufles après une journée de boulot, pas vrai ?

note       Publiée le lundi 7 septembre 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The evening sun turns crimson".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The evening sun turns crimson".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The evening sun turns crimson".