Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsychic TV › Kondole/Dead Cat

Psychic TV › Kondole/Dead Cat

cd 1 • 1 titre

  • 1Dead Cat (long version)

cd 2 • 3 titres

  • 1Thee whale
  • 2Thee shadow creatures
  • 3Dead Cat (short version)

dvd • 1 titre

  • 1Dead Cat

enregistrement

Time Square Studios, Chiswick, Londres, Angleterre, 23 janvier 1988 ('Thee Whale'); Time Square Studios, Chiswick, Londres, Angleterre, 23 janvier 1989 ('Dead Cat'); Hyperdelic Studios, San Francisco, USA, 23 janivier 1993 ('Thee shadow creatures')

remarques

https://coldspring.bandcamp.com/album/kondole-dead-cat-csr246cd. le 5ème titre n'est pas indiqué sur le livret.

chronique

‘Kondole fut repéré par notre deuxième fille, Genesse, alors qu’elle avait deux ans’, raconte Genesis Breyer P.-Orridge dans un passage de ‘Thee Psychick Bible’. Voyant ses parents feuilleter des livres dans une librairie d’occasion, la fillette a souhaité se joindre à eux et ces derniers lui ont promis qu’elle pourrait avoir un ouvrage qu’elle choisirait elle-même. Elle revint avec un recueil de contes aborigènes avec notamment l’histoire d’une baleine prénommée ‘Kondole’, en fait à la base une sorte de géant qui refusa de partager le feu. Pour son égoïsme il fut frappé d’un coup de lance dans le crâne lors d’une cérémonie à laquelle il avait été convié. Les participants furent soudain changés en créatures. Kondole, le plus puissant de tous, devint baleine et de la plaie résultant de la pointe de l’arme, il fit jaillir l’eau. La famille P.-Orridge a beaucoup milité en faveur de la fermeture de delphinariums et le thème de Kondole parait être resté présent puisque le projet viendra d’en réaliser un court-métrage, lequel ne sortira finalement jamais. Au contraire de sa B.O. Cette version, la plus complète, produite par le label Cold Spring, la publie en compagnie d’autres bandes cinématographiques. Le cd 1 propos en effet ‘Dead Cat', un film réalisé par David Lewis auquel Genesis a participé en plus de la musique. Le titre, collage abstrait, s’articule autour d’un son récurrent évoquant une pale d’hélicoptère, marqué régulièrement d’un coup sonore. La trame s’enrichit progressivement de sonorités organiques en arrière-fond: des bruitages, des nappes de didgeridoo, des percussions, des chants de baleines, entre dark ambient, indus, ethno-ambient. Le mixage est remarquable et jouissif au casque, avec une impression de son s’évaporant d’un côté pour revenir de l’autre. Plus la toile s’enrichit en prenant des couleurs ethniques, un peu glauques, plus l’auditeur a l’impression d’être enveloppé par le son, comme s’il se trouvait dans une étrange dimension aquatique à la végétation tropicale luxuriante dominée par une montagne d’où glissent des incantations tibétaines. Cette version longue vaut assurément l’écoute avec son final baleinier plaintif mais apaisant. ‘Thee whale’ est plus rythmé, moins lourd et sombre, tout en conservant un aspect ethno joué version post punk. Un brin plus artificiel (les synthés) mais très efficace aussi, comme une version torve du ‘Livre de la Jungle’ dans laquelle les oiseaux seraient des baleines (l’animal totem, le guide ?). Avec ‘Thee shadow creatures’, c’est plutôt dans une atmosphère digne de ‘Cannibal Holocaust’ que les musiciens nous conduisent. Roulements tribaux, sonorités obscures, lambeaux sonores s’étirant comme des gémissements, bruissements, le tout s’achevant dans le réconfort de bruits de vagues. La version raccourcie de ‘Dead cat’ n’est pas inutile mais je la trouve moins puissante après écoute de l’édition allongée; je recommanderais aux curieux de débuter par ce mix court, de crainte qu’il ne perde un certain éclat face à l’extraordinaire immersion sonore et spirituelle que constitue la formule longue. Le ‘Telepathic edit’ me semble par contre plutôt dénué d’intérêt et je ne comprends pas sa présence sur ce disque. Bonus des plus croustillants, un DVD présentant le court-métrage dans lequel on découvre parmi les acteurs, outre Genesis, Derek Jarman et Andrew Tiernan qui s’illustrera dans le rôle de Éphialtès dans le film ‘300’. Une remarquable compilation de bandes originales de très haut vol , comme le confirme Julian Cope à qui je laisse le mot de la fin: ‘...what could be more beautiful that such a sustaining & chronic radical as Gen could have provided us all – in the form of KONDOLE – with a piece of truly necessary Everyday Listening ?’

note       Publiée le lundi 3 mai 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Kondole/Dead Cat".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Kondole/Dead Cat".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Kondole/Dead Cat".