Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRPaul Roland › Demos

Paul Roland › Demos

  • 2009 - Pras, PRASDR 002 (2 cd)

cd 1 | 24 titres | 75:31 min

  • 1 Chain gang
  • 2 Taliesin
  • 3 Swamp girl
  • 4 Arkham
  • 5 Cthullu Pt.1
  • 6 Cthullu Pt.2
  • 7 Pan
  • 8 Valdemar
  • 9 Captain Nemo
  • 10 Wreck of the Nautilus
  • 11 Tell-tale heart
  • 12 Adam Adamant
  • 13 Moriarty
  • 14 Mephisto's blues
  • 15 Death takes a holiday
  • 16 Who murdered Miss Marple
  • 17 Whistle and I'll come to thee
  • 18 As I lay on my dying bed
  • 19 Golden afternoon
  • 20 The ballado of Mary Kelly
  • 21 Theme (Madrigal)
  • 22 Bitter wine
  • 23 The alchemist's daughter
  • 24 Summoner of souls

cd 2 | 22 titres | 65:07 min

  • 1 Main theme
  • 2 Scene 1: In the witches hovel
  • 3 Scene 2: The monk and the maiden
  • 4 Scene 3: Bodysnatchers
  • 5 Scene 4: Bewitched
  • 6 Scene 5: Seduction
  • 7 Scene 6: Drunken witch
  • 8 Scene 7: Witch dreams of Satan's castle
  • 9 Scene 8: Scrying witch lead
  • 10 Scene 9: The monastery
  • 11 Scene 11: Sabbat - orgy in the forest
  • 12 Scene 11 Pt.2: Kissing the devil's backside
  • 13 Scene 12: Cursing the home of Martin the writer
  • 14 Scene 13: 'Brother I have sinned'
  • 15 Scene 16: 'Cats in church and cursing the marriage bed
  • 16 Scene 21: Sleepwalker
  • 17 Scene 22-23: Doctor and patient/Kleptomania
  • 18 Chant 'Sanctus'
  • 19 Chant 'Satanus'
  • 20 Kissing the devil's arse
  • 21 Samhain (bonus)
  • 22 Devil's wood (bonus)

chronique

Je me disais aussi, ce vieux filou de Paul Roland qui nous fait le coup des fonds de tiroir alors qu'il semblait avoir retrouvé une inspiration plus que fraîche en nous pondant trois albums presque coup sur coup, ça ne lui ressemblait pas. Effectivement, notre anglais avait une autre idée derrière la tête et plutôt ambitieuse: réécrire la musique du film suédois 'Haxan' réalisé en 1922 par Benjamin Christensen dont il a toujours détesté la bande-son, la trouvant inadéquate face au pouvoir des images. Ni une ni deux, il parle de son projet à Ralf Jesek (In my Rosary), Nico Steckelberg (Elane) et le réalisateur Siggi Bracht qui acceptent de le seconder. Paul Roland réécrit alors tout un script pour limiter le nombre des intermèdes narratifs ainsi qu'une base musicale de près de cinquante minutes, trois chansons, laissant à ses camarades la liberté de composer le reste. Problème, alors que le quatuor se met à démarcher les maisons de disque avec sous le bras un DVD proposant le film et sa nouvelle musique, il découvre qu'il n'est dans le domaine publique qu'aux USA; pour l'Europe, permission doit être demandée à l'Institut Suédois du Cinéma, laquelle lui sera refusée. C'est pourquoi notre Anglais a décidé de proposer sa B.O, au moins en cd. Comme il fallait s'y attendre, cette partie est donc purement instrumentale, exception faite de la chanson finale, des deux titres bonus, de deux versions de 'Chant', sans oublier le thème principal. Musicalement, la démarche se profilerait vaguement dans l'optique d'un Michael Nyman ultra dépouillé, pour l'usage du clavecin notamment...Difficile de juger sans les images (je ne connais pas le film) mais l'ambiance est intimiste, dépouillée, faussement inquiétante de par ses orgues discrets, ses coups étouffés, ses suites néoclassiques étranges...J'y retrouve volontiers des impressions ressenties lors du visionnage de films tels que 'Vampyr', 'La Source', les films fantastiques scandinaves en noir et blanc développant une ambiance particulière, notamment au niveau de la luminosité et après écoute, je ne doute pas que Paul ait su retranscrire ces sentiments. Les chansons sont plus typiques de l'Anglais, ballades folk agrémentées de hautbois, de clavier...plutôt réussies. Le premier cd composé des versions démo de morceaux destinés à 'Re-Animator' et 'Nevermore' s'adresse aux fans hardcore et présente peu d'intérêt musical. Ce n'était d'ailleurs probablement pas l'intention première de Paul Roland qui pour fêter à sa manière trente ans de musique se propose plutôt d'intégrer ses fans dans son intimité de compositeur. Lui qui s'est toujours trouvé fort mauvais musicien explique que ces bandes ont été réalisées par lui seul, le travail sur album reposant beaucoup sur l'apport de ses collaborateurs. Beau témoignage permettant de découvrir l'artiste au travail, les chansons dans leur forme originelle mais dont on préférera les versions album (la boîte à rythmes par exemple étant indigeste). Notre homme en profite malgré tout pour nous livrer huit pièces inédites, assez correctes, caractéristiques de ses ballades, exception de 'Mephisto's blues' plus rapide et rythmée par une boîte. On retiendra l'ironique 'Who murdered Miss Marple, typique de son humour noir so British, le beau et mélancolique 'Whistle and I'll come to thee', la valse de 'Golden afternoon', ainsi que quatre compositions écrites pour le groupe Elane dans une veine médiévalo-baroque savoureuse (surtout 'Summoner of souls'). Bref, bien qu'il soit évident que nous tenions là un album surtout destiné aux fans avertis, Paul Roland ne s'est pas fichu d'eux et offre bien plus que la compilation de fonds de tiroir que le titre laisserait attendre.

note       Publiée le lundi 7 juin 2010

partagez 'Demos' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Demos"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Demos".

ajoutez une note sur : "Demos"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Demos".

ajoutez un commentaire sur : "Demos"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Demos".

Lord Sébastyén › lundi 13 février 2012 - 19:38  message privé !

Tiens un compatriote de blagues pourries !! ;)

Note donnée au disque :       
Jean Rhume › lundi 13 février 2012 - 17:39  message privé !

Ah bah non, jamais de Yamaha chez Paul, que du Roland.
(bon ok je sors)

Lord Sébastyén › lundi 13 février 2012 - 16:26  message privé !

Ce qui m'amuse c'est que les sons de claviers sur la BO et les boîtes à rythmes bien kitch sont exactement les mêmes que mon clavier... Je suppose que notre cher Paul a un yamaha série PSR chez lui ;). Cela dit la BO est très agréable à lire avec bon livre, près du feu (mais ça, c'est quand on a une cheminée).

Note donnée au disque :