Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJudas Priest › Demolition

Judas Priest › Demolition

  • 2001 - Spv, 088-72420 CD (1 cd)

cd | 13 titres | 70:49 min

  • 1 Machine man [05:35]
  • 2 One on one [06:45]
  • 3 Hell is home [06:18]
  • 4 Jekyll and Hyde [03:20]
  • 5 Close to you [04:28]
  • 6 Devil digger [04:46]
  • 7 Bloodsuckers [06:18]
  • 8 In between [05:41]
  • 9 Feed on me [05:29]
  • 10 Subterfuge [05:13]
  • 11 Lost and found [04:57]
  • 12 Cyberface [06:46]
  • 13 Metal messiah [05:13]

enregistrement

Enregistré au Silvermere Sound & Riverside Studios

line up

Ripper Owens (chant), Glenn Tipton (guitares), K.K. Downing (guitares), Ian Hill (basse), Scott Travis (batterie)

remarques

L'édition Digipack propose les bonus tracks suivants dans des versions ré-enregistrées : 14/ Rapid fire - 15/ The green manalishi

chronique

Styles
metal
heavy metal
Styles personnels
heavy metal moderne

Après un retour aux affaires avec le nouveau vocaliste, Ripper Owens, le Priest doit confirmer après l'honnête "Jugulator" et l'excellent double-live qui a suivi. En ce début de 21ème siècle, le quintette, qui a très souvent joué avec des thèmes de sciences-fiction, arrive avec un album très porté sur les ambiances électroniques et autres éléments futuristes. Judas veut apparaitre comme une groupe au top et tourné vers l'avenir. Il ne veut pas sortir un nouvel album de thrash/power metal lambda, il veut aller de l'avant et proposer de la nouveauté à son public. "Demolition" se présente donc comme un album de heavy metal au son très mécanique, froid et quasiment constamment teinté de claviers et d'ambiances futuristes. Autant le dire direct, on est loin d'un "Screaming for vengeance"... Ici, les compos manquent de mordant, l'album est long, mais long. Les guitares ont un son très moderne, limite indus par moment. Il y a quelques moments sympas comme sur "One on one" (malgré un son pas approprié), le slow "Lost and found" ou "Jekyll and Hyde". De plus, niveau production, ça manque clairement de patate tout ça. Autant on retrouve l'agressivité de "Jugulator", autant la rythmique de plomb a disparu. Ripper chante bien, mais on sent qu'il reste sur la défensive, pas de grandes envolées aiguës ni de grande performance vocale. L'album manque aussi cruellement de rythme avec une très grande majorité de titres mid-tempos, qui rendent l'écoute du disque très ennuyeuse. "Demolition" représente tout à fait le genre d'album qui plombe un retour, là où une grosse baffe aurait définitivement remis le groupe en selle. Au lieu de cela, on se retrouve avec un album médiocre et monotone. A oublier.

note       Publiée le vendredi 24 juillet 2009

partagez 'Demolition' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Demolition"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Demolition".

ajoutez une note sur : "Demolition"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Demolition".

ajoutez un commentaire sur : "Demolition"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Demolition".

torquemada › samedi 25 juillet 2009 - 13:44  message privé !

Oui, un album raté.

Wotzenknecht › vendredi 24 juillet 2009 - 16:43  message privé !
avatar

souvenirs

Note donnée au disque :